Mes notes à partir d'enregistrements d'Issâ Padovani qui éclairent ce que je vis ou ce que je sens :

Amour, compassion, empathie et sympathie

Sympathie : ressentir ce que l'autre ressent. Automatique. Passif. Non voulu. Plus ou moins grande capacité selon les personnes. Risque d'entraver discernement et lucidité.

Empathie : manière active de se relier à l'autre en étant entièrement présent·e pour l'autre personne (et en se mettant soi-même entre parenthèses ;)

Lui refléter éventuellement ses sentiments et besoins, ainsi que leur intensité (en évitant le “je”, même “je comprends”.)

Jusqu'à une sorte de bascule qui provoque une détente, un soulagement du corps et de l'esprit lorsqu'elle se sent rejointe, comprise, accueillie. Le «Oui, c'est ça !»

Alors possible expression authentique de soi dans ce que le lien à l'autre nous fait vivre ou qui est emportant pour nous.

(Bien sûr éviter de base ce que n'est pas l'écoute empathique ou écoute active)

Empathie = un hamac de présence dans lequel l'autre peut se déposer, se détendre et dire «Oui, c'est ça…»

Compassion : l'une des formes d'amour, l'élan actif de prendre soin (en étant à l'écoute des besoins réels de l'autre). Je peux donner de l'empathie par compassion. Ou m'exprimer de manière authentique. Ou proposer quelque chose à l'autre…


Désirs, besoins et attentes

Désirs : tension vers quelque chose, un objet. Stratégie ou moyen (différents des besoins' en CNV). Force motrice d'action. Manque, faim. Étoile perdu que je veux retrouver, alors que ce n'est pas dans la matière que je le peux, mais en moi, dans mon être essentiel. Passé, nostalgie, incomplétude. Retrouver la part manquante. Quête de ce que je suis mais tournée vers l'extérieur. Peut venir de la part animal. Vitalité. Élan vital. Flèche. Intensité. Feux.

Si pas de désir (eros) dans un couple = relation de partenaires, de sororité, fraternité plutôt que “couple”. Même s'il y a l'illusion de trouver en l'autre la part manquante, l'étoile perdue, ce désir est porteur d'une grande vitalité.

Besoins : nécessités vitales dans l'ici, pas en lien avec le passé. Sans objet en particulier. Énergie motrice au service de l’épanouissement de la vie humaine en moi. Universels. Différents des stratégies ou moyens (définis en CNV@. Ma part essentiel, le soi. Beauté des besoins.

L'enjeux est rester vivant en étant connecté à la force de mes désirs y compris les plus incarnés, tout en s'assurant que c'est bien de cela dont j'ai besoin, y compris dans le domaine spirituel, et que ce qui pointe la flèche du désir est bien l'humain en moi, la conscience, et non l'animal. (Souvent c'est une personne extérieur qui peut nous le dire : le “se faire vérifier par quelqu'un” de A. de Souzenelle).

Attentes : Se construisent sur les désirs ou les besoins. Projection dans le futur de comment je voudrais que quelque chose passe (réalité imaginaire projetée, espérée, attendue). Et si l'objet du désir n'est pas là je vais attendre qu'il le soit. Suite logique du désir. Tension vers. Je suis tendu·e. Risque fort de déception, de frustration, et de pétage de plomb. Plus il y a de tension moins j'ai de marge de manœuvre en moi. Plus mon désir est grand, plus mon besoin est en manque, plus j'ai de risque d'être déçu·e. Dans cette attente je ne suis pas dans mon pouvoir puisque j'attends l'autre ou quelque chose d'extérieur auquel je donne le pouvoir.

Le but n'est pas de vivre sans attentes. Les vivre autrement. Conscientiser les besoins derrières mon attente, et chercher éventuellement d'autres stratégies pour nourrir ce besoin. Ou informer l'autre de ce besoin, lui partager ma réalité projetée, en lui demandant comment c'est pour lui ou elle.

Attendre est très différent de « s'en remettre à » (pas de tensions en ce cas).

Si déception et frustration : 1. Lâcher prise (ce n'est pas une pensée mais une action, un mouvement en soi-même) si j'en ai les moyens intérieurs (confiance, amour…) . Ou 2. Auto-empathie (self compassion), la plus haute capacité humaine, entrer en amitié avec moi-même, plus j'en suis capable, plus j'ai d'espace intérieur pour supporter une différence entre ma réalité projetée et la réalité). Cet espace permet de passer du monde des attentes au monde des préférences : si ça se réalise je suis heureux·se si ça ne se réalise pas c'est ok, je suis prêt·e à ce que cela ne se réalise pas. Je peux le faire en remontant à la source de mes besoins, la source de mon être , qui est l'étoile, la plénitude de qui je suis, en me connectant à cette énergie en moi, ce feux en moi. Goûter mon existence sans que j'ai besoin qu'il se passe quelque chose à l'extérieur de moi.


Agir à cœur ouvert

À venir

#notesdelecture #enchemin