Il n’y a véritablement de présence que par l’attention active et soutenue que nous portons à la réalité qui nous entoure. Chaque moment de conscience, chaque fragment d’existence recèle une sorte d’absolu. (...)

Cette attention aux choses, aux être pour eux-mêmes, n’est pas seulement le commencement de la prière, elle en est le sceau : l’homme et la femme qui prient libèrent un sentiment grandissant de la vie. L’ordinaire s’embrase à son contact.

Le cœur ne peut aimer que parfaitement éveillé. (...)

Chaque moment d’attention, de pleine conscience, se manifeste comme un retour à la source, autrement dit comme un nouveau départ, un nouvel essor. La poésie n’est pas autre chose que cet état de perpétuel éveil.

Philippe Mac Leod

#citation #enchemin