Correspondance

Échange entre Danielle, jeune retraitée internée au service “Les Mouettes” et Mathieu, jeune adulte interné à “Ty Mad, au Centre Hospitalier des Pays de Morlaix

Lundi 5 juillet 2021, “Les Mouettes”

Vu tout ton savoir Mathieu, tu n'as pas le droit de gâcher ta vie. “Tu perds ton temps”. Le dernier séjour aux “Mouettes” j'ai rencontré un certain Grégory. Fils de marin pêcheur, il avait la belle vie. Il buvait, il fumait et prenait toutes sortes de drogues. Je lui ait dit fait attention Grégory : tu brûles ta beau de chagrin par les deux bouts. Par exemple je connaissais une très jolie femme qui faisait la fête tous les weekends avec des amis. Il y a encore bien de belles choses à vivre dans ta vie.

Mardi 6 juillet 2021, “Ty Mad”

Danielle,

Merci d'avoir pris le temps de m'écrire. J'avoue avoir douté te lire un jour et c'est finalement un vrai bonheur, surtout vu ma condition actuelle.

Pour te répondre, je te passe les détails qui m'ont mené ici, car je n'aime pas me répéter. J'ai bien conscience de ne pas avoir le droit de gâcher ma vie. En même temps, je crois que ce n'est pas non plus un devoir que de la réussir. Chacun devrait seulement faire tout ce qui lui est possible avec ce qui lui a été donné.

Tu écris que je perds mon temps. C'est certain, on a tous 24h à perdre dans une journée. En ce qui me concerne, c'est bien parce que je refuse de le perdre trop vite que je suis là où je me trouve.

J'ai donné de la valeur à des choses futiles, et j'ai négligé d'autres plus importantes. Aujourd'hui je mène ma vie comme je l'entends, j'exerce mon droit à l'errance et je m'efforce de mettre du sens dans ce qui semble ne pas en avoir.

Enfin je ne crois pas pouvoir affirmer avec certitude que je perdes mon temps plus qu'un autre.

Mathieu