Anti-cheat et Linux

Tricher c'est pas bien !

Denuvo

Les programmes anti-cheat sont très utiles pour le jeu en ligne. Ils permettent d'avoir une expérience de jeu égale pour tous, notamment dans les jeux où gagner de l'expérience permet d'acheter du matériel, étendre des possibilités ou dans les jeux compétitifs. Les tricheurs achètent du matériel plus facilement en s'arrogeant des crédit dans le jeu ou certaines capacités sont aussi boostées, auto-aim pour viser les ennemis et autres joueurs...

Bref, si leur utilité est incontestées pour beaucoup de joueurs sérieux, c'est surtout leur construction qui est mise à mal. Incompatibilités, ralentissements, jeux devenus injouables sans anti-cheat ou au support technique vacillant, les exemples sont légions.

Les Anti-cheat avec Linux

DRM

Pour qu'un logiciel anti-cheat puisse servir, il doit pouvoir détecter certains types de logiciels lancés par l'utilisateur, ou certains comportements jugés inhumains (frappes au clavier trop rapide, visée automatique de la souris...). Certains logiciels vont loin dans leur implémentation : ils vont jusque dans le noyau du système d'exploitation pour détecter ces tricheries.

Oui mais, ceci n'est pas sans risque. Les anti-cheat comme les protections DRM sont souvent des logiciels liés à des entreprises publicitaires, des profils marketing, ces logiciels ne sont pas open-source (on ne peut pas savoir exactement si ce qu'ils indiquent faire, ils le font exactement ou s'il n'y a pas d'autres comportements). Par exemple, Sony avait intégré une protection anti-copie à des CD Audio et le logiciel permettant de déchiffrer cette protection pour la lecture des fichiers ouvrait des failles de sécurité importantes permettant à des rootkit de détruire des données, exploiter des machines...

Pour un système qui intègre la plupart des serveurs de données dans le monde, ou une énorme partie des supercalculateurs tournent avec, il est inconcevable d'ouvrir la porte à ces types de logiciels à la sécurité chancelante (Microsoft, lui, s'en fout royalement).

Des jeux qui ne tournent pas

Il est donc normal que certains jeux ne tournent pas sur Linux à cause de ces programmes. C'est une question de sécurité. Cela concerne particulièrement des jeux comme PUBG, Fortnite, tous les MMORPG asiatiques (même très anciens, comme MuOnline ou SilkRoadOnline, que j'ai parcouru il fut un temps)... Et récemment Doom Eternal, qui a suscité tellement d'hostilité qu'une mise à jour du jeu a dû être mise en place pour supprimer ce logiciel des parties solo du jeu.

Doom Eternal

Oui, mais...

Valve a indiqué être au courant de cet aspect et va trouver des solutions. VMWare, y travaille déjà avec leurs solutions de virtualisation (important pour eux avec les licences de logiciels professionnels), et... plus récemment Wine ! La version 5.10 de Wine annonce travailler sur le programme Denuvo Anti-cheat !