Nasra's games

A short blog about games and Linux

3 salles, 3 ambiances !

Les pilotes AMD sur Linux, il y a quelques subtilités à connaître. Avec Nvidia, c'est assez simple : les pilotes libres (peu performants) et les pilotes propriétaires (performants).

Voyons voir du côté d'AMD !

carte graphique AMD

RADV

RADV est le backend Vulkan développé par les développeurs MESA, pas AMD (même si certains développeurs AMD y contribuent). Il est installé par défaut et est ce que toute personne n'utilisant pas AMDGPU-Pro utilise pour jouer sur Linux. C'est la solution la plus simple et rapide : tout est intégré au noyau du système et il se met à jour avec les grosses mises à jour du système (ou mises à jour intermédiaires pour la famille Ubuntu). Ce sont des pilotes libres très performants !

AMDVLK

Là c'est le pilote Vulkan, open-source, développé directement par les développeurs d'AMD. Quand on parle de pilotes open-source d'AMD, on parle de ceux-là.

AMDGPU-Pro

AMDGPU-Pro est le pilote propriétaire d'AMD et n'est pris en charge que sur un très petit nombre de systèmes d'exploitation Linux : Ubuntu, SUSE, Cent et Red Hat, avec des versions spécifiques des noyaux du système. Il comprend une version d'AMDVLK que la communauté à tendance à appeler AMDVLK-Pro. Pour cette version, le support matériel de la part d'AMD est assez fidèle et une nouvelle version sort tous les mois. Petit bonus, il permet d'activer le support d'OpenCL pour le traitement d'images et vidéos par le GPU (un peu comme CUDA sur Nvidia).

AMD card

Performances et compatibilités !

Premièrement, cela peut varier considérablement selon la distribution, la version du noyau... Dans les documentations, il n'est pas aisé à tenir à jour toutes les informations facilement. Des utilisateurs comme Arch et Fedora exécuteront la dernière version de ce qui est disponible dès qu'elle sera prête, alors que les utilisateurs d'Ubuntu et de SUSE devront peut-être attendre un certain temps pour obtenir la dernière version des pilotes. Sur ces “anciennes” distributions (typiquement les distributions LTS), il peut être avantageux d'exécuter les packages AMDGPU-Pro (si possible) car ils seront probablement plus à jour. Cela dit, certaines distributions, comme Ubuntu avec leurs dépôts HWE, prennent de leur côté l'initiative pour maintenir les pilotes plus à jour.

Voici un aperçu des performances, à noter que la mention “ACO” est une nouveauté des pilotes libres RADV qui permet de meilleures performances :

Enfin, un test plus détaillé : https://www.phoronix.com/scan.php?page=article&item=mesa-201aco-amd&num=1

Petite astuce : les trois pilotes Vulkan peuvent être installés en même temps ! Tout ce que vous avez à faire est de lancer des programmes avec la bonne variable d'environnement pour la changer de la valeur par défaut !

Pour identifier votre CPU et d'autres trucs !

Parfois on a besoin d'informations précises sur son PC (version de son bios, vitesse de sa ram, version de ses pilotes graphiques...). Voici quelques logiciels pratiques au quotidien !

CPU-X

CPU-X

CPU-X est un équivalent à un autre logiciel bien connu des utilisateurs Windows : CPU-Z. Vous pouvez vérifier votre CPU, votre RAM (sa vitesse notamment), votre carte mère (la version du modèle, son bios), et des informations précieuses sur votre carte graphique. Une interface simple mais pratique et quelques bench rapides à effectuer pour tester son processeur et vérifier son bon fonctionnement. Simple, rapide, pratique et tout simplement indispensable !

CPU-X interface

CPU-G

CPU-G

Je connaissais CPU-G avant de m'intéresser à CPU-X. L'interface est plus nette, plus moderne et intègre plus d'informations comme celles sur votre batterie, les disques de votre système. Une interface plus épurée et un peu moins d'informations disponibles (pas d'infos sur la vitesse de la RAM par exemple). Pour celles ou ceux qui souhaitent un logiciel pratique et peut-être moins technique.

CPU-G interface

Hardinfo

hardinfo interface

Là, on rentre dans le dur ! Hardinfo est un logiciel extrêmement complet. Du processeur, à la carte mère, aux périphériques USB... tout y passe ! C'est le must en interface graphique sur Linux. Un logiciel très complet, à l'interface un peu ancienne mais très bien rangée (vu la quantité d'informations disponibles). Il vous permet aussi de benchmarker votre CPU, de le comparer à sa base de données...

hardinfo benchmark

Tout ceci n'existerai pas si...

Si Linux n'était pas un système super bien conçu ! Et oui, tout ces logiciels reprennent les informations que vous pouvez récupérer en ligne de commande directement dans votre terminal. Vous avez les informations systèmes telles qu'il les comprend et identifie (pas une surcouche d'un éditeur qui voudra indiquer ses options marketing en plus). Je ferai un article prochainement sur ces outils en ligne de commande.

Le retour de la série !

Nouvelle saison ? Après avoir expliqué mon choix puis vous avoir montré que l'installation est plutôt simple, voici quelques retours d'essais divers et variés que j'ai pu faire.

Y-a-t-il un pilote dans l'AMD ?

Oui ! Dans le noyau (ou kernel) de son Linux. Les pilotes étant open-source, ils sont directement intégrés dans le noyau du système, de sorte qu'il se met à jour directement avec tout le système. Vous n'avez plus à vous en soucier !

AMD

Sauf que...

Comme ce sont des pilotes open-source, et même s'ils sont développés par des employés de chez AMD, ils peuvent avoir quelques soucis, notamment sur les cartes récentes. Un peu comme dans mon précédent article avec le PPA expérimental lors de l'installation de CoreCTRL. On peut alors se dire qu'il est intéressant de faire appel aux pilotes propriétaires AMD pour les remplacer et avoir un support plus efficace de son matériel.

pilote

DKMS, noyau et pilote sont dans un avion... qui pilote ?

Le noyau ! Seul lui, avec sa bonne version peut permettre aux pilotes propriétaires de bien fonctionner. Pour cela les pilotes doivent supporter des versions du noyau spécifiques (souvent pas les derniers, et souvent les versions stables). Pour ce faire, ils font appel à DKMS pour construire le module permettant au pilote de s'installer dans le noyau. C'est pourquoi, les pilotes propriétaires Nvidia peuvent faire des erreurs DKMS lors de l'installation sur un noyau inconnu des pilotes. Et bien c'est le même soucis ici avec AMD ! Et c'est le soucis que j'ai eu lorsque j'ai voulu tester les pilotes propriétaires AMD.

noyau

AMD-GPU-PRO et PopOS 20.04

Bon déjà, PopOS est une super distribution, que j'ai plaisir à utiliser tous les jours sur mes PC. Ceci étant dit, voici une expérience malheureuse. Le pilote AMD-GPU-Pro est le pilote propriétaire d'AMD pour ses cartes graphiques. Lors de sa dernière mise à jour, il permet son installation sur Ubuntu 20.04. quelle ne fut pas ma surprise de voir qu'il ne reconnaissait pas mon OS. Bon, ça se corrige assez facilement en allant dans le script (un bête fichier texte), et ajouter “pop” à la ligne où Ubuntu et Mint sont cités.

PopOS

Ensuite, normalement, et puisque ce soucis est arrivé à d'autres, ça fonctionne... Et bien non. La version du noyau proposée par PopOS n'est pas reconnue par l'installateur du pilote. En fait, tout s'installe mais pas complètement, DKMS m'indique des erreurs de module non installé car le noyau n'est pas le bon. Dans ces cas là, pas de panique, ne surtout pas redémarrer, il faut désinstaller les pilotes, et tout fonctionne.

Ça y est !

J'y suis ! De retour chez AMD après quelques années chez Nvidia. Je dois dire que la migration a été plutôt surprenante. Voici un petit historique.

Le matériel

Oui, j'ai craqué pour mettre à jour ma configuration. Je suis passé sur un Ryzen 5 2600, une carte mère Asus B450, 16 Go de DDR4 (3200Mhz), et bien sûr la RX 5500 XT.

Nouvelle config J'ai voulu faire cette mise à jour pour une raison principale, ma RX 5500 XT ne peut pas fonctionner sans bios UEFI, et la carte mère que j'avais (Asus M5A87), n'en dispose pas.

Démontage de toute la config, pose de l'ancienne config...

Ancienne Config Tout cela m'a pris, environ 2 heures, pour y aller calmement, tranquillement, en nettoyant au passage quelques poussières, réorganisant les passages de câbles dans mon boîtier antédiluvien. Si vous ne connaissez pas, c'est un Textorm 974MB, toujours fonctionnel pour mon usage.

Oui c'est vieux

L'OS

Bon, comme j'avais déjà mon système, mon SSD et mes disques durs sauvegardés, je me suis dit que je vais tester pour voir si tout démarre. Sans avoir désinstallé les pilotes Nvidia, sans avoir changé le boot en UEFI... Et... ça démarre, mon PopOS (20.04) affiche son interface, aucun soucis, le PC est fonctionnel à 100% !!

J'ai eu une petite déconvenue sur les jeux passant par SteamPlay et donc Vulkan, ils ne voulaient pas se lancer, écran noir, sans autre message d'erreur (même en lançant Steam en ligne de commande). Certainement un soucis avec l'installation de Vulkan sur AMD. Je suis donc parti à la pêche aux infos, comme si j'installais Vulkan pour la première fois sur une carte AMD. Je me suis basé sur ce site et ai installé seulement les paquets suivants (pas le PPA) :

# apt install libvulkan1 mesa-vulkan-drivers vulkan-utils

Et depuis tout fonctionne au poil !

Les logiciels

Avec ma carte Nvidia, j'avais installé et essayé GreenWithEnvy pour gérer au mieux les performances, les déclenchements des ventilos... Avec AMD, j'avais repéré ce logiciel, CoreCTRL ! Et, vous savez quoi ? Il est diablement efficace ! Par contre une petite astuce, n'installez pas le PPA si vous êtes sur Ubuntu/PopOS/Mint, mais plutôt directement le .deb à partir du site (partie releases), et prenez la version correspondante à votre OS (20.04 = f pour Focal). Si vous installez le PPA, vous aurez une version alpha de Mesa qui peut causer des soucis (comme chez moi, des artefacts graphiques).

CoreCTRL

Mais pourquoi revenir chez AMD ?

Après mon historique personnel, jalonné de soucis entre moi, mes OS (Windows et Linux) et mes cartes graphiques ATI/AMD, voici que je reviens chez AMD ! Radeon 5500XT

Linux et l'open-source

Les fans d'Intel le savent bien, quand des pilotes sont open-source, ils sont directement intégrés dans le noyau du système. C'est un des gros avantages par rapport à Windows qui lui faut toujours des pilotes anti-datés à mettre à jour et parfois sujets à incompatibilités diverses selon la version de Windows, ou celle du pilote. Linux n'a pas ces soucis avec ses pilotes open-source car ils sont directement intégrés à son noyau. Dès que le système se met à jour, il met aussi à jour ses pilotes, automatiquement, aucun soucis de versions, d'incompatibilités, tout se passe de manière transparente, et totalement invisible pour l'utilisateur. La version du noyau peut être mise à jour avec celles du système et profiter ainsi des nouvelles performances. Un vrai confort au quotidien ! OpenSource Ceci posé, pourquoi est-ce que j'en parle pour AMD, le frère ennemi d'Intel ? Parce que depuis quelques années, AMD s'est investi dans les pilotes open-source sur Linux, et a même embauché des ingénieurs pour ce faire. Depuis les cartes graphiques RX (480 à 580 et leurs dérivées), les pilotes open-source AMD sont capables des meilleures performances face aux pilotes propriétaires de... AMD ! Alors parfois, certaines cartes très récentes sont mal supportées par le pilote open-source, comme ce fut le cas des premières cartes Navi, mais des correctifs rapides (en moins de 2 semaines) ont été apportés aux noyaux des différentes distributions Linux. Manjaro en a profité rapidement car les noyaux sont plus récents et se mettent à jour très rapidement, mais les autres distributions aussi avec des “backport” vers des noyaux plus anciens (en gros, on patche le noyau plus ancien pour qu'il profite du nouveau support matériel ou de corrections de bugs). Dans tous les cas, les récentes cartes sont toujours supportées par les pilotes propriétaires le Radeon Software for Linux.

Vulkan et Navi dans un bateau

AMD est connu pour décliner ses technologies sur plusieurs générations. Ce fut le cas pour les cartes GCN, à partir des Radeon HD7000 et suivantes, jusqu'aux Vega (qu'on retrouve dans les Ryzen avec partie graphique) et Polaris (RX4XX et RX5XX). Aujourd'hui, les cartes à base de Navi utilisent une nouvelle technologie, RDNA, conçue pour durer plusieurs générations. AMD et le GCN AMD a un gros retard sur Nvidia dans le domaine des cartes graphiques et notamment sur le haut de gamme. Aujourd'hui, les RTX dominent le marché depuis leur sortie. Mais l'apparition de la gamme Navi est en train de changer les choses. D'une part les performances sont au rendez-vous, mais en plus, l'efficacité énergétique, le point faible des cartes de la gamme RX et Vega est en gros progrès. La carte Vega 64, par exemple, était un véritable monstre de chauffage par excellence (jusqu'à près de 380W en pic !). Vega Watts À performances équivalentes, les Navi s'en sortent beaucoup mieux que leurs aînées, même si la comparaison avec Nvidia est encore, sur ce point, à l'avantage des verts. RX VS Navi Ensuite, les pilotes open-sources atteignent en ce moment des performances étonnantes, meilleures que Windows sur des jeux Windows. Une belle base pour la suite des séries Navi basées sur les évolutions de RDNA ! En plus, des nouveautés comme ACO promettent encore un boost de performances notable avec Vulkan !

Mon choix

Mon choix se porte sur la RX5500 XT. Pourquoi ? Pour des questions de prix en premier, mon budget actuel ne me permet pas de dépenser 500 ou 600€ dans une carte graphique. J'avais dépensé 200€ pour ma GTX970 c'est à peu près ce que j'estime pouvoir dépenser pour une CG sur mon PC. Question de performances aussi, j'ai un écran FullHD 60Hz performant et je ne compte pas en changer d'ici là. Les performances graphiques de la carte me semblent suffisantes (un peu meilleures qu'une GTX970) et aussi parce que je compte changer le reste de ma configuration vieillissante mais pas pour tout de suite.

Et dernier argument, je suis actuellement sous Pop_OS, un système qui me plaît beaucoup mais j'aimerai tester, utiliser, et adopter Manjaro, notamment parce que la distribution est une “rolling release”, c'est-à-dire qui se met à jour constamment avec les derniers paquets de la distribution, les derniers noyaux stables, les derniers logiciels...

Avec un PC et une carte Nvidia (et ses pilotes propriétaires) ce serait de l'expérimentation hasardeuse. En effet les pilotes propriétaires de Nvidia ont la fâcheuse tendance à ne pas accepter les derniers noyaux du système et provoquer ce que l'on appelle des “black screen”. La distribution ne peut pas afficher l'interface graphique et renvoie sur une invite de terminal des plus austères. Il suffit alors de revenir à une version antérieure du noyau pour redémarrer son interface graphique. J'ai pu expérimenter cela avec une Ubuntu Studio et des noyaux temps réel que j'avais trouvé pour diminuer la latence audio. On va éviter ça

Bon, par contre, j'ai un vrai soucis. La carte n'accepte pas les Bios Legacy et ma carte mère n'a qu'un Bios Legacy... Le test de la carte est reporté le temps que je me décide entre acheter d'occasion une carte mère AM3+ avec Bios UEFI (ça se trouve aux environ de 80-90€), ou une upgrade plus complète (carte mère AM4, RAM, CPU Ryzen 5), et là, c'est plutôt de l'ordre de 400€...

Mon parcours avec cette marque.

Quand on parle fabricants de matériel et Linux, souvent, on se retrouve devant des incompatibilités. Telle fonctionnalité non supportée (encore), telle autre promise (souvent), ou tout simplement supportée grâce à la communauté.

Les fabricants de CPU et de cartes graphiques sont souvent dans ce cas. Intéressons-nous plus particulièrement à AMD, cas d'école s'il en est, de l'ouverture d'un fabricant aux mondes engl... linuxiens (référence).

Petite histoire personnelle avec AMD

Mon histoire personnelle avec AMD commence dès les années 2000 avec mon petit AMD K6-2 cadencé à 300Mhz, je passe sur cet épisode bardé d'écrans bleus Win98 à cause de RAM mal supportées par cet OS calamiteux (plus aucun soucis avec Win 2000). Je couple ce processeur moyen de gamme de l'époque à des cartes graphiques Nvidia (Riva TNT2) pour jouer peu. Puis, après un bref passage à WinXP, je passe à Linux sur mon AMD Duron 700 Mhz, je finis le port AGP de ma carte mère avec une Geforce 4 4200 Ti et enfin une Radeon HD 3650.

ATI Radeon HD 3650

Petite pause sur cette dernière carte, je l'ai gardé peu de temps. Que ce soit sous Windows (XP, car j'étais encore en dualboot) ou Linux, le fait qu'elle soit encore en AGP la rendait capricieuse niveau pilotes. Bref, pour moi, cette première expérience graphique avec AMD (enfin ATI à l'époque), n'était pas très concluante.

Mini PC et mini performances ?

Ah l'époque des mini PC, des EEEPC d'Asus et autres joyeusetés ! J'ai succombé à la mode, oui, mais avec une bécane qui en avait ; elle pouvait faire tourner Half-Life 2 en high sans broncher, même Civ4 était jouable ! Voici mon MSI U210 !

MSI U210

Pour le coup, c'est un PC 100% AMD, processeur AMD, chipset graphique AMD... il était vendu avec Windows7 Familial (et pas l'immonde Starter Edition du monde des mini pc). Il est resté le seul PC sous Windows que je pouvais avoir pendant quelques années. Mais là aussi, le chipset graphique, un X1250, pouvait certes bien faire tourner les jeux, mais l'interface de Windows 7 était lente, peu réactive, et surtout compliqué de lui enlever tous les effets graphiques sans perdre en lisibilité sur le petit écran 12” du mini PC. Bref, passage à Linux, et là aussi des soucis de prise en charge graphique, notamment pour la lecture des vidéos, de la 3D (oui j'ai testé Wine et les jeux à l'époque, comme sur mon PC fixe). Gros avantage de Linux : on tune son système comme on veut, et j'ai pu adapter mon OS au matériel que j'avais : pas d'effets graphiques, interface minimum (XFCE, ou LXDE selon les envies), 64Bits... Entre-temps, je lui ai ajouté un peu plus de RAM et un SSD, et le PC, à part ses soucis graphiques a pu me servir encore pendant des années !

Configuration du MSI U210

J'avais envie de revenir sur cette histoire avec mon petit U210, surtout parce que j'ai vu cette nouvelle récente sur le site de Phoronix. Le noyau Linux, 5.9 va prendre en charge l'UVD (accélération graphique) des Radeon anciennes, et vous savez quoi ? Ma X1250, tout comme ma Radeon HD3650 (qui dorment paisiblement après tant d'années de bons et loyaux services) sont concernées ! Bref, le pilote libre a une meilleure compatibilité que les pilotes propriétaires, sous Linux ! (Windows, vous oubliez hein, à moins de retrouver les vieux pilotes seulement compatibles Win7 et WinXP 32bits)). Je pense que je vais le sortir de sa torpeur pour lui installer Manjaro un de ces quatre... ;)

Bon ok, mais aujourd'hui ?

Mon PC fixe a évolué, de l'AMD XP Barton 3000+ au X3-460 et au FX8350 d'aujourd'hui. Vous voyez, en terme de processeur, je suis resté chez AMD, mais en terme graphique, après mes déboires avec ATI, je suis repassé chez Nvidia, 450Ti, 650Ti et GTX970 aujourd'hui. Mais comme dit, ça commence à dater un peu ! Mon FX est toujours aussi fidèle à ses 80°C en charge, et ma GTX970 donne de sérieux signes de fatigue (90°C voire plus, ventilos qui hurlent, baisse des fps dans les jeux, blocage du PC, Windows m'aurait déjà fait 36 écrans bleus sans que je sache où serait la panne... ah oui, erreur 0x00000023 dans le module mémoire ECDFG89604 :D ). En fait, j'ai des erreurs ACPI, signe que la carte commence à ne plus tenir les températures et la charge (j'ai une alimentation 700W BeQuiet).

Scusez du truc technique

Donc, aujourd'hui, je me retrouve devant un dilemme : changer ma carte graphique, au meilleur prix et trouver quelque chose de stable et bien supporté. Et... je suis repassé chez AMD !

Radeon 5500XT

Bon, entre-temps j'ai un autre soucis : ces cartes ne supportent plus les bios legacy (ma carte mère ancienne n'a pas d'UEFI), et je vais devoir tout changer, ou changer de carte mère... :/

À suivre donc ! Prochain article : mais pourquoi ce choix ?!? Oui, cet aricle est trop long ! :)

ToBeContinued

Ça avance de plus en plus !

Cheater

La compatibilité des outils anti-cheat avance sur Linux, quelles sont les avancées ?

Dans mon précédent article je vous parlais de Denuvo et autre joyeusetés. Je reprend juste deux, trois informations. Pour les jeux compétitifs en ligne, les logiciels anti-cheat sont devenus indispensables, notamment dans les jeux qui permettent des paiements en ligne. La situation de ces logiciels anti-cheat sous Linux est simple : pas compatible. Ces logiciels ont besoin d'accéder au noyau du système d'exploitation pour épier les irrégularités de comportement du joueur et ainsi bannir les contrevenants.

Wine

La dernière version de Wine montre quelques signes encourageant de ce travail, avec notamment le support “NetIO kernel driver implementation.” Des fonctions directement liées au noyau sont en train d'être développées sur Linux pour la gestion du réseau. Nous allons pouvoir trinquer une bouteille de vin !

Wine logo

EAC

La situation de Easy Anti-Cheat est particulière. Le logiciel que l'on retrouve dans Fortnite, Rust et bien d'autres a été racheté par Epic. Même si dans un premier temps l'équipe derrière EAC travaillait avec Valve pour une compatibilité avec SteamPlay, depuis le rachat par Epic, ce travail est resté à l'état de déclaration depuis 2019. Epic ne porte pas son attention à Linux (à part pour son moteur Unreal Engine, même dans sa dernière version). Mais certaines choses pourraient changer. Comme d'habitude sur Linux, les choses vont assez vite. Si vous testez une solution un jour, 6 mois plus tard vous n'aurez aucun soucis. Et c'est un peu l'annonce derrière ceci, EAC serait sur le point de fonctionner avec Wine grâce au travail de reverse engineering de cette équipe. Oui c'est tout récent, c'est tout frais, mais je voulais vous partager cette nouvelle !!

EAC

Tricher c'est pas bien !

Denuvo

Les programmes anti-cheat sont très utiles pour le jeu en ligne. Ils permettent d'avoir une expérience de jeu égale pour tous, notamment dans les jeux où gagner de l'expérience permet d'acheter du matériel, étendre des possibilités ou dans les jeux compétitifs. Les tricheurs achètent du matériel plus facilement en s'arrogeant des crédit dans le jeu ou certaines capacités sont aussi boostées, auto-aim pour viser les ennemis et autres joueurs...

Bref, si leur utilité est incontestées pour beaucoup de joueurs sérieux, c'est surtout leur construction qui est mise à mal. Incompatibilités, ralentissements, jeux devenus injouables sans anti-cheat ou au support technique vacillant, les exemples sont légions.

Les Anti-cheat avec Linux

DRM

Pour qu'un logiciel anti-cheat puisse servir, il doit pouvoir détecter certains types de logiciels lancés par l'utilisateur, ou certains comportements jugés inhumains (frappes au clavier trop rapide, visée automatique de la souris...). Certains logiciels vont loin dans leur implémentation : ils vont jusque dans le noyau du système d'exploitation pour détecter ces tricheries.

Oui mais, ceci n'est pas sans risque. Les anti-cheat comme les protections DRM sont souvent des logiciels liés à des entreprises publicitaires, des profils marketing, ces logiciels ne sont pas open-source (on ne peut pas savoir exactement si ce qu'ils indiquent faire, ils le font exactement ou s'il n'y a pas d'autres comportements). Par exemple, Sony avait intégré une protection anti-copie à des CD Audio et le logiciel permettant de déchiffrer cette protection pour la lecture des fichiers ouvrait des failles de sécurité importantes permettant à des rootkit de détruire des données, exploiter des machines...

Pour un système qui intègre la plupart des serveurs de données dans le monde, ou une énorme partie des supercalculateurs tournent avec, il est inconcevable d'ouvrir la porte à ces types de logiciels à la sécurité chancelante (Microsoft, lui, s'en fout royalement).

Des jeux qui ne tournent pas

Il est donc normal que certains jeux ne tournent pas sur Linux à cause de ces programmes. C'est une question de sécurité. Cela concerne particulièrement des jeux comme PUBG, Fortnite, tous les MMORPG asiatiques (même très anciens, comme MuOnline ou SilkRoadOnline, que j'ai parcouru il fut un temps)... Et récemment Doom Eternal, qui a suscité tellement d'hostilité qu'une mise à jour du jeu a dû être mise en place pour supprimer ce logiciel des parties solo du jeu.

Doom Eternal

Oui, mais...

Valve a indiqué être au courant de cet aspect et va trouver des solutions. VMWare, y travaille déjà avec leurs solutions de virtualisation (important pour eux avec les licences de logiciels professionnels), et... plus récemment Wine ! La version 5.10 de Wine annonce travailler sur le programme Denuvo Anti-cheat !

Un OS pour les gamers !

Oui, comme son nom l'indique, cet OS est spécialisé dans le gaming. Tout tourne sur Linux, avec tous les derniers raffinements possibles.

GamerOS

C'est basé sur Steam ?

Oui c'est basé même sur Steam en mode Big Picture mais avec quelques raffinements en plus. GamerOS est une distribution basée sur Arch-Linux, il s'agit d'une “rolling-release” (qui se met à jour tout le temps avec les dernières avancées logicielles). GamerOS contient en plus d'autres choses.

Outre les derniers pilotes Nvidia (propriétaires) et Mesa (libres pour Intel et AMD), vous avez accès au dernier kernel Linux, ce qui veut dire un support matériel étendu (manettes par exemple) et en lien avec les derniers supports de l'équipe de développement du noyau Linux.

GamerOS

Ok, SteamOS je connais, et puis quoi ?

Justement ! GamerOS inclus aussi Retroarch ! En gros, vous avez là la plupart des émulateurs que vous trouvez dans les RecalBox, Batocera ou Retropie dans un système unifié, accessible à la manette. À vous les joies du retrogaming directement sur votre PC. Les systèmes émulés vont de l'Atari 2600 à la PS2 et GameCube !

GamerOS Retro

Tester ?

Pour tester GamerOS, c'est assez simple, il vous suffit de copier l'OS sur une clé USB ou disque dur externe, de démarrer votre PC dessus, installez... et voilà ! En gros, votre système est directement prêt, avec tous les pilotes nécessaires pour tester et faire tourner GamerOS ! À vos manettes !

Un logiciel à tout faire !

Vous avez du matériel Corsair (souris, clavier avec des LED...) et vous souhaitez configurer un peu tout cela directement avec votre pingouin ? Pas de soucis, ckb-next est là pour ça !

CKB-Next, le couteau suisse du corsaire !

CKB-Next

Attention, ceci n'est pas un logiciel officiel du fabricant. Il est distribué en licence libre par ses auteurs.

Avec ce logiciel vous allez pouvoir configurer assez finement votre matériel, LED du clavier, performances de la souris... Comble du bonheur, vous pouvez aussi créer des profils selon la configuration que vous allez créer et les lancer directement au démarrage du système.

De nombreux périphériques supportés

Voici la liste des périphériques supportés : Claviers K55 à K95, Souris M65, Glaive, Harpoon... Toute la liste est ici

Et, petite cerise sur un gâteau déjà bien appétissant, il est possible de mettre à jour le firmware des périphériques ! (roooooo !)

Update

CKB-Next est disponible ici

Amusez-vous bien !