La route chante

Contrastes

coquelicots et cactus

J'aime les contrastes, la vie en est d'autant plus vivante, ce vertige de la lumière et de l'ombre. Les contrastes me réveillent.

Quand j'ai vu ces coquelicots ce cactus en fleur au jardin du Rayol, avec la mer le vent, le ciel les nuages, la roche, j'en ai aimé les contrastes : courage et force des coquelicots fragiles, piquants et apparente solidité du cactus…

Les contrastes me révèlent

#enchemin

De la souffrance

De la souffrance vient la sensibilité dont naît l’intelligence. Tout le monde parle de savoir-vivre, mais personne du savoir-souffrir.

Ce qui importe ce n’est pas le poids qui t’accable, c’est comment tu te courbes pour ne pas casser. Ce n’est pas le bruit qui t’abasourdit, c’est comment tu écoutes les murmures du monde.

En savoir plus...

Il n’y a véritablement de présence que par l’attention active et soutenue que nous portons à la réalité qui nous entoure. Chaque moment de conscience, chaque fragment d’existence recèle une sorte d’absolu. (...)

Cette attention aux choses, aux être pour eux-mêmes, n’est pas seulement le commencement de la prière, elle en est le sceau : l’homme et la femme qui prient libèrent un sentiment grandissant de la vie. L’ordinaire s’embrase à son contact.

Le cœur ne peut aimer que parfaitement éveillé. (...)

Chaque moment d’attention, de pleine conscience, se manifeste comme un retour à la source, autrement dit comme un nouveau départ, un nouvel essor. La poésie n’est pas autre chose que cet état de perpétuel éveil.

Philippe Mac Leod

#citation #enchemin

Quel est notre alliance avec l'animal ? Sentons-nous sa présence ? peut-être même son existence propre en nous même ?

Photographie : Isabelle Vaillant Peinture : Daria Petrilli

#enchemin

Lhasa De Sela, 1972-2010 La marée haute, 2004 La marée haute et interview, 2004 11 ans déjà, merci pour ta lumière dont les rayons doucement voyagent en mon cœur

#musique #poésie

Marche, N’arrête pas de marcher D’ouvrir des portes De soulever des pierres De chercher dans les tiroirs de l’ombre De creuser des puits dans la lumière Cherche, N’arrête pas de chercher Les traces de l’oiseau dans l’air L’écho dans le ravin L’incendie dans les neiges de l’amandier Tout l’ignoré Le caché L’inconnu Le perdu Cherche Tu trouveras Le mot et la couleur de ton poème


Jean-Pierre Siméon

#poésie

Anne Dufourmantelle, Une question d'enfant (cité par Jean-Philippe Domecq, L'amie, la mort, le fils)

#enchemin #àvoixhaute

Image

Rendre l'oiseau à son vol sa guérison libère ainsi ton cœur

#poésie #écriture #photographie #argentique

Ce qu'on met de soi dans l'autre est infiniment plus vaste que ce qu'on croit lui confier. Quelquefois c'est sa propre vie, d'autres fois c'est son âme, sa vocation, sa sauvagerie, sa misère, une dette ancestrale, c'est toujours exorbitant, une valeur passée en douce, clandestine, que l'on s'échange dès le premier regard.

Anne Dufourmantelle, En cas d'amour

#citation #enchemin

Des notes à partir d'enregistrements d'Issâ Padovani qui éclairent ce que je vis ou ce que je sens.

Les notes ont déménagées là

https://nosliensvivants.fr/index.php?article4/amour-attentes

#notesdelecture #enchemin