Anti-cheat (suite)

Ça avance de plus en plus !

Cheater

La compatibilité des outils anti-cheat avance sur Linux, quelles sont les avancées ?

Dans mon précédent article je vous parlais de Denuvo et autre joyeusetés. Je reprend juste deux, trois informations. Pour les jeux compétitifs en ligne, les logiciels anti-cheat sont devenus indispensables, notamment dans les jeux qui permettent des paiements en ligne. La situation de ces logiciels anti-cheat sous Linux est simple : pas compatible. Ces logiciels ont besoin d'accéder au noyau du système d'exploitation pour épier les irrégularités de comportement du joueur et ainsi bannir les contrevenants.

Wine

La dernière version de Wine montre quelques signes encourageant de ce travail, avec notamment le support “NetIO kernel driver implementation.” Des fonctions directement liées au noyau sont en train d'être développées sur Linux pour la gestion du réseau. Nous allons pouvoir trinquer une bouteille de vin !

Wine logo

EAC

La situation de Easy Anti-Cheat est particulière. Le logiciel que l'on retrouve dans Fortnite, Rust et bien d'autres a été racheté par Epic. Même si dans un premier temps l'équipe derrière EAC travaillait avec Valve pour une compatibilité avec SteamPlay, depuis le rachat par Epic, ce travail est resté à l'état de déclaration depuis 2019. Epic ne porte pas son attention à Linux (à part pour son moteur Unreal Engine, même dans sa dernière version). Mais certaines choses pourraient changer. Comme d'habitude sur Linux, les choses vont assez vite. Si vous testez une solution un jour, 6 mois plus tard vous n'aurez aucun soucis. Et c'est un peu l'annonce derrière ceci, EAC serait sur le point de fonctionner avec Wine grâce au travail de reverse engineering de cette équipe. Oui c'est tout récent, c'est tout frais, mais je voulais vous partager cette nouvelle !!

EAC