Venteux

Saisies dans les vents

Que valent les mots sinon tout sauf ses doigts sur ses lèvres comme le passage d'un vol d'oies sauvages sur le ciel écrivant « aujourd'hui » pour seul message ?

Que valent les mots sinon rien sauf le banc public où ils sont assis sans ailes et où s'écrit avec violence « j'encule les flics » Au-dessus de « elle aime il aime elle » ?

Que valent les mots sinon tout sauf la distance de ses lèvres à son souffle de son souffle à ses mains de ses mains à son souffle de son souffle à ses lèvres ?

Que valent les mots sinon rien sauf l'espoir d'écrire, juste là, avant le « je t'aime » entre le « me » et les « manques » de son corps tendu un poème ?

#poeme #poème #poetry

windy

Petite présentation du blog

Octobre tissé l'arraignée s'évapore me laissant toile.

#poetry #poeme #haiku

windy

Petite présentation du blog

L’eau se condense sur le carreau. C’est la pluie qui tombe de l’atmosphère du ciel.

Elle descend en gouttelettes vers nous qui sommes la Terre.

Voilà que j’en sens une qui me pénètre.

Son objectif, c’est la douleur d’aujourd’hui, qui dure.

Nettoyer ce morceau de cœur qui n’en finit pas de refuser.

La goutte caresse la douleur qui se relâche le temps de l’accueillir. Puis de se refermer.

Certes un peu moins qu’avant. Je l’espère du moins.

Elle poursuit son chemin, rentrant au plus profond de moi.

Où j’ai le plus soif.

Où j’ai le plus aride.

Elle étanche alors. Elle arrose. Elle pénètre profon- dément.

Infiniment plus profonde, infiniment.

Elle pénètre en moi jusqu’à l’instant (c’est-à-dire l’endroit) où elle est libérée.

Et atteint l’univers.

Là où les soleils s’entrechoquent, les étoiles ex- plosent, les gaz se figent.

C’est les galaxies en expansion.

Elle rejoint l’atmosphère d’un ciel.

Qui recouvre une Terre d’océans et de chemins et de vies.

De là, elle se condense sur un carreau.

Et fait tomber la

pluie.

#poetry #poeme

windy

Petite présentation du blog

Tracteur embourbé dans la rosée les cieux se font tout petits

#poetry #poeme #haiku

windy

Petite présentation du blog

il y a toujours à ouvrir une porte à fermer à tourner une page à lire à vivre de la vie à mourir à accepter un rejet à dire à refermer la porte à rouvrir à relire la page à re-tourner à remourir la vie à revivre à redire le rejet à ré-accepter et si, justement, je me relâchais par la main ?

#poetry #poesie #poeme

windy

Petite présentation du blog

Déclinant pourtant – sur ma route ce matin le soleil se lève

#poetry #poesie #poeme #haiku

windy

Petite présentation du blog

l’univers ne connaît pas la tragédie.

#poetry #poesie #poeme

windy

Petite présentation du blog

Ne respectant rien ni personne, il pisse contre le vent.

#poetry #poesie #poeme #haiku

windy

Petite présentation du blog

A shattered world in a shattered man — ah! which is the bird watching now?

windy

Petite présentation du blog

(poème)

Il était une fois une tempête qui secoua tous les saints pire que jamais un cycliste balayé et 4.000 tonnes de styrène par 70 mètres de fond.

Rien n'y fit: des feuilles par centaines s'accrochent encore malgré les racines tordues. L'arbre ne les laisse pas partir — contre certains liens même des vents de force 10 ne peuvent rien.

Quand ce n'est pas notre heure s'y briseront même les tempêtes.

Mais à force de force et de vie vécue, chacune aura son heure venue.

Leur arbre y veillera au grain et chacune sera lâchée tôt ou tard.

Ce qui fait de chacune qui tient tête aujourd'hui la promesse de demain et, tant qu'elle tient, une promesse tenue, celle grâce à la force du lien de ne plus l'être, son heure venue.

Des promesses, nous en sommes toutes, tenues par le Lien, accrochées aux tempêtes qui s'y brisent et à nos racines tordues.

Nous promettons, par la force des forces et de vie vécue, d'être lâchées à l'heure due.

(“Aujourd'hui je suis vivant. Célébrations sur le chemin de Compostelle, david broman, 2015)

windy

Petite présentation du blog