Nasra's games

ubuntu

L'utilisation de PPA permet, dans le monde d'Ubuntu et ses dérivées (Mint, PopOS...), d'ajouter des sources à votre liste de paquets disponibles sur votre système.

Je vous ai perdu ? Je vous explique !

L'installation d'un logiciel sur les distributions Linux

Pour installer un logiciel, il est nécessaire d'aller sur le site de l'éditeur du logiciel, télécharger le logiciel et de l'installer. Ok pour ça tout le monde sait de quoi il s'agit. Dans Linux, les distributions mettent à disposition un ensemble de logiciels qui seront par la suite mis à jour avec tout le système, c'est ce qu'on appelle des paquets logiciels, ou paquets. Paquets car ces “logiciels” ne contiennent pas seulement les applications, mais aussi tout ce dont elles ont besoin pour fonctionner (pilotes, librairies bluetooth par exemple...

Donc, quand vous choisissez une distribution, vous choisissez aussi un ensemble de logiciels. Certaines distributions permettent de suivre l'avancée des logiciels (dernière version de Firefox, LibreOffice par exemple), d'autres restent bloquées dans des versions un peu plus anciennes. C'est pour remédier à cela que vous pouvez ajouter des sources supplémentaires (des adresses de serveur, par exemple pour Steam, celle de Valve) pour mettre à jour plus facilement vos logiciels.

Le PPA, dans l'univers d'Ubuntu et ses dérivées.

C'est ici que rentre en jeu les PPA. Ce sont des sources de nouveaux logiciels hébergées par un service de Canonical (éditeur d'Ubuntu), Launchpad.

Dans les temps anciens d'Ubuntu, il fallait éditer à la main un fichier texte, le fameux sources.list et lui rajouter les adresses de serveurs. Aujourd'hui, l'installation d'un PPA se fait grâce à une ligne de commande à copier-coller dans votre terminal : sudo add-apt-repository ppa:LE_NOM_DU_PPA

Mises en garde sur l'utilisation des PPA

Les PPA sont bien utiles pour avoir accès à certains logiciels récents non proposés par défaut par votre distribution. Mais, certains PPA embarquent plus de logiciels et sont de véritables suites logicielles, avec tous les composants à jour pour faire tourner leurs logiciels. Et c'est ici qu'il faut être vigilant. Installer un PPA qui ne contient qu'un seul logiciel, ça se tient, et c'est même intéressant dans la plupart des cas. Installer un PPA avec une suite de centaines de logiciels et leurs dépendances peut casser votre installation facilement.

Je vous recommande ceci : bien vérifier les paquets qu'on peut mettre à jour sur le site du PPA. Comme cela vous saurez si le PPA contient le logiciel ou aussi des mises à jours de Mesa, de pilotes... dont les versions vont se substituer à celles de votre système et le rendre potentiellement instable.

Une solution, n'installer que ce qui est utile ! ;)

Par exemple, pour le logiciel CoreCTRL, nous pouvons remarquer que le PPA proposé ( https://launchpad.net/~ernstp/+archive/ubuntu/mesarc ) contient le logiciel et des mises à jours de Mesa, de pilotes...

Nous pouvons n'installer que le logiciel dont on a besoin en prenant le .deb : “view package details”, le télécharger, et l'installer. C'est comme cela que je fais souvent. Si le logiciel a des dépendances bizarres, je le saurai tout de suite et/ou je pourrai passer à la compilation pour l'utiliser... ou pas (car s'il a des dépendances pourries, c'est peut-être aussi que le logiciel en question un peu moisi)

Voici en image ce que ça donne :

#ppa #ubuntu #popos

Nasra, passionné de jeux vidéos depuis longtemps (j'ai commencé sous DOS en 1986 ^^). Je suis aussi un fan des consoles Nintendo depuis la Gameboy.

J'ai eu une période PC only (où j'ai “loupé” des consoles comme la N64, GameCube et Wii). Cette période est pour moi aussi une période où je découvre l'émulation (UltraHLE pour Zelda OoT que j'ai fini sur émulateur) et beaucoup de jeux non sortis en Europe (les J-RPG de la Snes comme Rudra No Hihou, les shoot-them-up de l'arcade (Cave mon ami)...). Je jouais principalement sur PC avec Baldur's Gate, DukeNukem3D, Quake 3, Homeworld, Civilization, Morrowind, SilkroadOnline...

Rudra

Puis, j'ai acquis quelques consoles portables (GBA, NDS, 3DS). Je suis revenu aux consoles de salon Nintendo avec la Switch. Je me suis créé sur un RaspberryPi une petite machine multi-jeux qui me permet de redécouvrir des systèmes que j'avais un peu zappé (megadrive et psp surtout).

Linux ?

Linuxien depuis la version 5.04 de Ubuntu, je tourne depuis la 19.04 sur Pop_OS.

Voici mon parcours de linuxien

  • 2001 : Tests sur un PC P266MMX 32Mo de Ram (PC “Portable”, Acer Extensa 503) –> installation d'une Slackware 7.0 puis 8.0
  • 2002-2003 : Différents tests sur mon PC principal en live-CD par dessus mon installation de Win2K. (Knoppix, Fedora...)
  • 2004 : Passage à Win XP, puis installation en dual-boot de Ubuntu 5.04 (je ne suis plus passé par Win après).
  • 2005 : Installation de Kubuntu
  • 2006 : Suppression du Dual-Boot (c'est quoi déjà cette partition qui me prend des Go inutilement ?)
  • 2006 à 2012 : Je suis tous les versions de Ubuntu (LTS comme intermédiaires) jusqu'à la 12.04, en changeant entre Kubuntu, Xubuntu et Ubuntu.
  • 2013 : ElementaryOS (+ installation chez beaucoup de personnes).
  • 2016 : Xubuntu 16.04 (PC fixe comme portables)
  • 2019 : Réflexions pour passer à Manjaro.
  • 2019 : Passage à Pop_OS 19.04, puis 19.10.

Finalement, il m'a fallu près de 4 ans pour être si à l'aise avec le système que je n'avais plus besoin d'un refuge Windows. J'ai commencé à devenir une référence “Linux” auprès de mes proches 6 ans après que je me sois senti “à l'aise” avec mon système.

Comme quoi, il est à mon sens compliqué de dire à des personnes qui viennent juste d'installer Linux qu'elles peuvent être à l'aise et en sécurité tout de suite avec ! ;)

#nasra #linux #ubuntu #elementaryos #popos #emulation #linuxgaming