Mémoire de Guerre par un soldat inconnu

COVID-19 – France

24 Mai 2020 – Quelque part dans la zone libre

Voilà deux semaines que nous avons entamé l'opération de déconfinement et il semblerait que beaucoup aient déjà quasiment oublié tout cela et repris les bonnes ou mauvaises habitudes.

On félicitera d'ailleurs la plupart des enseignes de super et hyper marchés qui avaient promis des primes pendant le confinement à ceux et celles qui venaient travailler en risquant leurs vies et qui ont changé d'avis après coup... A croire que jouer avec des vies pour faire profit est à la mode mais bon, c'est à l'image de l'ensemble de nos dirigeants pour qui la vie humaine n'est qu'une ressource dont la valeur dépend de son utilité...

De mon côté, j'ai eu une permission de 4 jours pour revenir vers mes proches et profiter d'un peu de repos après ces mois éprouvants. Au menu, repos, invitation chez des amis pour dîner comme avant, comme si de rien n'était et repos encore... On peut parler de nos dirigeants, mais quand je regarde, je me dis que tout le monde oublie si vite et a vite repris sa vie d'avant ou du moins en partie.

Je ne critique pas en soi, je voudrais oublier, je voudrais effacer cette réalité déplaisante et comme beaucoup revenir à mon semblant de confort d'avant mais le pourrons-nous vraiment ?

Alors que du côté de Paris, en zone occupée, l'accès aux parc et jardins n'est toujours pas autorisé et les gens s'agglutinent donc sur le peu d'espace vert (ou non) exploitable pour prendre l'air au risque d'être des cibles faciles mais aussi de se faire contrôler et de prendre des amendes pour regroupement de plus de 10 personnes, ce qui est toujours interdit... Et autant dire que la Milice Française prend plaisir à ça !

Plus inquiétant encore, nos amis aux USA enregistrent des pertes colossales contre le COVID-19 et approchent la barre des 100 000 morts en l'espace de quelques mois... Le plus gros massacre généré par le COVID-19 et pourtant certains pensent que tout est fini ? Le New York Times a d'ailleurs dédiée sa une du jour pour lister plus de 1 000 morts en précisant « Ces 1000 personnes ici ne représentent qu'à peine un pour cent du total. Aucune d'elles n'était un simple numéro ».

En France, la situation semble se stabiliser pour le moment. En effet, le bilan de la SPF est de 28 332 morts depuis le début de la guerre en France à l'heure où j'écris, soit 707 morts pour cette semaine. Bien entendu, cela se base sur les rapports officiels et je redoute que ce chiffre explose dès demain car j'ai remarqué que le week-end et jour férié, les décomptes semblent à l'arrêt ou très incomplets ou alors le COVID19 aime bien marqué le début de semaine à sa façon ?

Quoi qu'il en soi, pour le moment, il n'y a aucun signe concernant la deuxième d'assaut que nous redoutons tant. Cependant, nous restons tous sur le qui-vive car cela peut arriver d'un moment à l'autre et il faudra être prêt à agir.

Pour être sûr que nous allons dans la bonne direction, notre chef suprême est aller se renseigner auprès des « meilleurs experts », dont un humoriste. C'est vrai que c'est certainement le mieux à faire pour avoir de bons conseils quant à l'avancée de la guerre et ce qu'il faudrait faire par la suite ! Je pensais pourtant que nous payions déjà des personnes pour cela mais c'est certainement ma faiblesse d'esprit qui me fait croire ça ou peut-être le fait que nos impôts soient dépensés on ne sait où car ils n'ont pas servi à nous armer mais visiblement ils ne sont pas utilisés non plus pour conseiller nos dirigeants... Mais où va donc cet argent ?

Mais soyons rassurés, la Milice Française continue de bien faire son travail de répression (attention, il ne faut pas trop le dire, ça pourrait vexer) et la loi Avia fraîchement votée commence déjà à être utilisée pour restreindre la liberté d'expression. Tout va bien, La Répression est En Marche (#LREM) et le pouvoir de nos dirigeants mal aimés ne fait que s’amplifier et on glisse de plus en plus vers un état autoritaire et fasciste.

Et pour combler le tout et nous faire penser à un retour de la France de Vichy, notre Chef suprême a fêté le 1er Mai le Travail. Sauf que cette fête n'est pas en l'honneur du travail mais des travailleurs et des travailleuses, nuance subtile mais qui fait toute la différence... Mais bon, qu'attendre de plus d'une personne qui est prête à honorer Pétain...

Je pense que nos frères et sœurs de l'armée de l'ombre doivent se retourner dans leurs tombes en voyant la France sombrer peu à peu. Cela m'attriste de plus en plus et mon impuissance face à ce fléau me déchire encore plus ! Est-ce un tort de rêver à nouveau d'une France Libre ?

Drapeau France Libre

Quand je vois l'état du monde actuel, je me dis que si nous dérivons trop loin, je ne suis pas sûr que cette fois, nous serons libérés...

Bref, nous vaincrons peut-être le COVID19 mais arriverons-nous à vaincre ceux qui pourrissent de l'intérieur notre si beau pays ? Je commence à en douter, surtout quand je vois à quelle vitesse vont les choses.

Demain, je reprends la route vers le front pour veiller à ce que la ligne de démarcation reste à sa place. Le travail ne va pas manquer mais l'attente d'une possible seconde vague est d'une angoisse sans nom.

J'aimerais pour moi et mes frères et sœurs d'armes que tout cela se termine rapidement. Continuons de garder espoir car comme on dit, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir et rien n'est perdu !

17 Mai 2020 – Quelque part en France dans la zone verte

Voilà une semaine que la guerre est partiellement finie pour nos dirigeants qui pensent visiblement qu'un pacte est possible avec l'ennemi alors que celui-ci continue à tuer les nôtres... Mais bon, quand il s'agit de relancer l'économie, la valeur de l'être humain ne compte pas, c'est juste une ressource comme une autre...

Et la propagande d'état n'en parle quasiment plus, préférant nous parler de la santé des gros groupes et des riches à plaindre et à qui il faut prêter des milliards pendant que ceux et celles qui sont sur le front n'ont toujours pas assez de moyens pour contenir l'ennemi.

Pourtant, la SPF compte à ce jour 27 625 morts soit 1 245 morts en une semaine mais tout va bien, nous allons avoir des médailles pour aller mourir dignement au front... Visiblement, nos appels au secours sont encore une fois tombés dans les oreilles d'un sourd et on ose nous sortir « Si vous n'en voulez pas, ne la prenez pas » ... Voici donc la vision du monde d'après qu'on nous a tant vendue ? J'ai l'impression d'entendre cette expression en voyant cette situation : « Et alors, tu veux un pin's ? »

Et pour mieux faire passer tout cela, on nous annonce que les bars et restaurants pourraient rouvrir dans la « Zone libre » à partir du 2 Juin et que nous devrions également avoir le droit de partir en vacances cet été (afin de relancer le tourisme) ! Quelle chance, il ne manquerait plus que l'on relance l'aérien et on serait au comble de la connerie en mettant les moyens là où ils ne sont pas prioritaires... Ah? On me souffle dans l'oreillette qu'il se pourrait que le trafic devrait également commencer à repartir de Juin. Vraiment, tout va bien !

Concernant la « Zone occupée », peu d'informations à ce jour sur ce qui va se passer réellement là-bas après le mois de Mai. A priori, des annonces devraient être faites durant la dernière semaine de ce mois.

Plus les jours passent dans ce monde d'après, plus on voit que les leçons d'hier n'ont pas été comprises ni-même relues, on continue d'avancer de la même façon qu'avant mais avec encore plus de contraintes, donc en somme nous avons un monde moins bien qu'avant ? Quel succès ! On ne devrait donc pas offrir une médaille à tous nos hauts dignitaires pour ça ?

Les questions que je me posais il y a une semaine me martèlent la tête tant la seconde vague semble inévitable et catastrophique vu la piètre gestion de nos dirigeants... Si je ne sais pas où on va, je sais déjà que peu importe la destination, un mur nous attend à l'arrivée et nous allons prendre celui-ci en pleine face et à pleine vitesse, ce qui fera très mal... Mais comme je sais tirer les leçons contrairement à d'autres, je sais donc déjà qui paiera encore la facture de ce nouvel « accident » que personne parmi nos grands dirigeants aura vu arriver...

Ceci dit, un vent d'espoir souffle à nouveau et il est porté par cette chanson :

En effet, un « Conseil national de la Nouvelle Résistance » a été décrété pour lutter contre la politique liberticide actuellement menée par notre gouvernement.

Honnêtement, je ne sais pas si cela aura la portée de son ambition mais c'est une bonne chose que de voir qu'il y encore des gens qui ont la volonté de se battre dans ce pays et de faire bouger les choses. Beaucoup oublient que rien n'est acquis et que ce nous avions jusqu'à aujourd'hui a été acquis très difficilement. Si vous ne voyez pas en quoi, je pense qu'il est grand temps de rouvrir vos manuels d'histoire et de vous instruire un tant soi peu, il n'y a pas d'âge pour cela.

A mes Frères et Sœurs d'armées, aux Français et Françaises qui liront ceci, tenez bons ! Le combat n'est pas fini et tant que nous avons de l'espoir alors la guerre n'est pas perdue.

Un soldat « non médaillé » parmi tant d'autres.

11 Mai 2020 – Quelque part en France dans la zone verte

Nous y voici à ce premier jour de « liberté » si chère à notre pays ! Mais attention, il s'agit d'une liberté conditionnée et cela, même si nous ne sommes pas en territoire occupé par ce nouvel ennemi qui a conquis une bonne partie de la France dont la capitale !

France occupée par le COVID19

Bien qu'un retour à la normal nous a été annoncé, notre ennemi a encore frappé aujourd'hui et a emporté plus de 263 des nôtres pendant que nos dirigeants continuent de nous dire que tout va pour le mieux et qu'il faut aller de l'avant et qu'ils analyseront dans les jours à venir les conséquences de tout ça afin d'en tirer des leçons...

Ils ont pourtant déjà de quoi faire avec toutes les décisions prises jusqu'ici mais il semble que se remettre en question leur est difficile et d'admettre leurs erreurs encore plus.

Mais passons et revenons sur des évènements plus concrets. Aujourd'hui, comme certainement plusieurs Français et Françaises, j'ai pu sortir et sans la moindre attestation pour prouver le motif de ce déplacement... Croyez-le ou non mais le fait de ne pas avoir en permanence un bout de papier sur soi et à prouver pourquoi on se déplace est un vrai soulagement... En effet, aujourd'hui pour la première fois depuis près de deux mois, je suis sorti sans avoir l'impression de faire quelque chose de mal et d'avoir peur d'avoir d'un contrôle et de prendre 135 € par nos chères Force de l'Ordre qui auraient décidé arbitrairement que quelque chose n'allait pas avec mon attestation ou son motif.

On ne peut pas imaginer ce que cela fait de se voir priver de la liberté de se déplacer où l'on veut, quand on veut et cela sans avoir à se justifier. Cela nous parait un droit élémentaire et acquis, pourtant nous avions perdu ce droit. Nous l'avons retrouvé que partiellement, en effet, les déplacements au-delà de 100 km (à vol d’oiseau) de son lieu de résidence sont interdits, sauf si on reste dans le même département ou si notre déplacement est d'ordre professionnel ou avec un motif impérieux si personnel.

Pour s'en assurer, tous les lieux de voyages sont sous contrôle, gare et stations de métro ou bus peuvent font l'objet de contrôle, tout comme les autoroutes pour s'assurer que les gens respectent les consignes scrupuleusement données par nos dirigeants.

Et pendant que certains retrouvent un semblant de liberté, d'autres toujours au front, continuent à sacrifier leurs vies pour éviter que la zone d'occupation du COVID19 s'élargisse et emporte tout le pays avec lui.

Pourtant, ces femmes et ces hommes sont au bord de l'épuisement pour ceux et celles qui sont encore debout. Et le pire, c'est qu'ils savent que l'ennemi qui se tapit dans l'ombre à commencer à étendre son piège mortel qui lui permettra d'amorcer la deuxième vague. Et beaucoup de questions subsistent :

  • Pourrons-nous tenir et résister à une seconde vague qui pourrait être plus meurtrière que la première ?
  • Aurons-nous la force de lutter et de ne pas céder à la panique ?
  • Aurons-nous tous les moyens nécessaires pour repousser notre adversaire et sauver toutes les vies qui peuvent l'être ?

Rien n'est moins sûr mais je continue à croire en nos frères et sœurs d'armes, qui malgré un épuisement sans précédent, continuent de tenir le choc et font de leur mieux pour sauver des vies, comme ils se sont engagés à le faire lorsqu'ils ont prêté serment.

A mes Frères et Sœurs d'armées, aux Français et Françaises qui liront ceci, ne cédez pas à la panique, continuez à respecter les consignes de sécurité et gardez espoir car si l'espoir ne fera pas tout, il est sûr que si nous abandonnons maintenant, tout sera perdu pour la suite.

Un soldat inconnu.

10 Mai 2020

Nous y voilà ! Nous sommes à la veille du dernier jour de cette période historique appelée « le Grand confinement », décrétée le 16 Mars 2020 par notre grand chef suprême des armées, Emmanuel Macron, afin de luter contre notre nouvel ennemi commun, le COVID-19.

Cet ennemi contre lequel nous venions officiellement de rentrer en guerre, frappait le monde entier depuis fin 2019. Il s’est attaqué en premier à la Chine le 17 Décembre 2019 et plus particulièrement à Wuhan dans la province de Hubei avant de finalement envahir tout le pays. Aujourd’hui encore, le pays fait toujours face à l’ennemi.

En France, bien que des rapports alarmants aient été rédigés et présentés au plus haut sommet de l’état dès les premiers faits, rien n’avait réellement changé et tout continuait comme si de rien n’était, notamment en continuant de s’attaquer aux retraites ainsi qu’aux manifestants.

Pourtant, dans le même temps, 193 personnes ont été rapatriées de Chine le 31 Janvier 2020 grâce à l’escadron 3/60 Estérel. Moins d’un mois plus tard, dans la nuit du 25 au 26 Février, la première victime du COVID-19 était déclarée en France.

C’est à partir de ce moment que les choses se sont accélérées et que peu à peu la crainte s’est installée et étant en contradiction avec les nombreuses prises de paroles de nos dirigeants nous assurant que tout allait bien, que nous n’avions rien à craindre et que nous ne verrions pas nos libertés réduites pour faire face à ce nouvel ennemi… Pourtant, un premier message lancé par notre Premier ministre, Edouard Philippe, annonçait la fermeture des bars, restaurants ainsi que les établissements scolaires à partir du 14 Mars au soir.

Les premiers effets suite à cette annonce se sont faits ressentir rapidement dans certains magasins où des rayons entiers se sont faits dévaliser laissant craindre une éventuelle pénurie alors que tout allait bien de ce côté là, c’est juste que la demande avait été plus forte que d’habitude.

Deux jours plus tard, le 16 Mars au soir, le message a été bien plus fort, plus brutal, plus retentissant et martelé 6 fois par le chef suprême des armée : Nous sommes en guerre !

Je dois l’avouer, même si cela faisait quelques jours que je pressentais cela, l’entendre dans le message du président adressé à tous les Français reste un fait marquant. On a beau apprendre que la guerre fait partie de notre histoire, tout comme la maladie, je pense que peu de gens s’imaginent entendre un jour un de leur dirigeant prononcer une déclaration aussi lourde de sens.

Nous savions donc à partir du 16 Mars au soir, que nous allions devoir déplorer nos morts et les compter. A ce jour, la SPF en charge de cette mission en déplore 26 380 dans toute la France sur les 139 063 atteints par l’ennemi.

Le 17 Mars à 12h a donc commencé le Grand confinement. Les règles sont simples, interdiction de sortir sauf pour ceux et celles travaillant encore, les urgences et pour acheter les produits de première nécessité et même pour cela, une attestation doit être faite.

Cette opération devait durer au moins deux semaines et elle a été renouvelée jusqu’au 15 Avril une première fois, le 27 Mars, puis une seconde fois, le 13 Avril, pour nous dire que si tout se passait comme prévu, nous pourrions entrer dans la seconde phase le 11 Mai 2020…

Le fait que cette première opération dure plus longtemps que prévue était une évidence au vue des événements se déroulant partout ailleurs dans le monde. En revanche, la façon désastreuse de mener cette guerre a mis en valeur l’incompétence de nos dirigeants…

Si nos soldats durant la grande guerre sont partis la fleur au fusil, ici, les nôtres sont partis uniquement avec la fleur et sans fusil… Oui, nos dirigeants ont envoyés au front de nombreuses personnes sans le moindre équipement ou avec des équipements manquants ou défaillants. Et aussi surprenant que ça peut l’être, il y a quelques jours/semaines encore, ce manque n’était toujours comblé et cela malgré les discours où on nous mentait royalement en nous disant que les gens en première ligne étaient bien équipés pour faire face à l’ennemi.

Par ailleurs, en dehors des remerciements et des applaudissements quotidien, peu de choses ont été faites pour tous les héros sacrifiés quotidiennement pour que le pays tienne bon. On leur a finalement offert une prime, bien que coquette, celle-ci ne durera pas dans le temps et n’est qu’une maigre reconnaissance pour avoir mis sa vie en danger pour le pays sans avoir même les moyens de lutter.

A côté de ça, nous avons également distribué des milliards à des sociétés non vitales au pays durant ces temps difficiles et refuser certaines aides aux plus démunis ou en leur donnant des miettes... Voilà ce qu’est devenu le social dans le pays de droit qu’était la France, de l’argent et encore plus d’argent pour les riches pendant que les pauvres trinques et donnent leurs vies… Triste pays qu’est devenu la France mais on dit toujours que c’est dans les moments de crise que l’on voit la vraie face des gens et de notre monde.

C’est donc après cela, que nous arrivons à la veille de cette deuxième phase. Et pour rien ne vous cacher, nous sommes loin d’être sereins quant aux jours qui arrivent car nous savons que rien n’est terminé.

Mais il faut bien que la vie continue, laisser les gens sortir, les enfants aller à l’école et surtout relancer l’économie car les lieux de réjouissance eux, restent fermés… Ce n’est pas dit ouvertement bien entendu, mais on sent très bien que le mot d’ordre est « allez bosser » et on nous justifie ça par « Les Français aiment le travail ». En dehors du fait que cela n’est certainement pas vrai pour une majorité de personnes, il y a aussi le fait de se demander si on sera en sécurité dans son travail, ce qui est plus que discutable, et encore plus quand on nous prive des endroits nous permettant de nous détendre et d’oublier une peu la réalité car c’est potentiellement dangereux.

Bref, je pense que nous allons entamer un second moment historique de cette « guerre » contre le COVID-19 et aujourd’hui, rien ne présage une victoire dans les jours à venir… Il y a donc fort à parier que cette guerre s’installe sur la durée et qu’elle donne lieu à une seconde vague venant de l’ennemi et si c’est le cas, cela en fera parler, j’en suis convaincu.

Pour finir, je tiens à dire à tous mes frères et sœurs d’armes, Merci encore pour votre formidable travail non reconnu à sa juste valeur. Tenez bons et d’essayez d’entrevoir des jours futurs et meilleurs, j’ai espoir que ceux responsables ici payent un jour le lourd tribut qui leur est dû et que la reconnaissance soit donnée à ceux et celles qui le mérite vraiment !

Un soldat inconnu parmi tant d’autres.