Quelques textes un peu trop longs pour mastodon

Florence Maraninchi

Il y a bientôt 2 ans j'écrivais le billet De la paperasse à la numérasse

A la réflexion, je n'y change pas un mot :–)

J'ai l'honneur de figurer dans le magnifique ouvrage Le dico des mots extraordinaires

Et aussi dans quelques articles, comme :

Et aussi dans quelques pompages sans citation et sans vergogne :

@flomaraninchi@pouet.chapril.org

C'est l'histoire d'un village autrefois prospère, alimenté en eau par une source de petit débit mais toujours fiable. Cela se savait jusque dans les contrées au-delà des montagnes et des océans, des jeunes gens en venaient pour s'installer et remplacer les anciens quand ceux-ci prenaient un repos bien mérité. Petit à petit le climat a changé, la source s'est réduite à un filet d'eau. Il y a maintenant de longues périodes de sécheresse sur une vaste zone, les villageois sont au bord de mourir de soif, les jeunes ne veulent plus rester au village et les anciens ne sont plus assez nombreux pour cultiver toutes leurs terres. Or les colporteurs leur ont narré la légende du Dieu AhAhPé, venue de par-delà les montagnes et les océans, et peu à peu ils ont adopté ses coutumes et préparent avec énergie et ferveur la procession dans les rues du village. Le jour dit, à l'heure Dèdelaïne mentionnée dans les grimoires, ils défilent en psalmodiant les versets d'excellence et en portant la statue d'Heuhère Cé, fille aînée du Dieu AhAhPé et connue pour ses bienfaits en matière liquide.

Quelque temps plus tard après un roulement de tonnerre l'eau tombe d'un coup en trombes, toute au même endroit dans le potager d'une villageoise. Elle invite le village qui s'y rassemble et danse sous la pluie bienfaisante en criant de joie, toutes affaires cessantes. Et puis il faut bien retourner aux occupations en cours, nourrir les bêtes et recueillir lentement et avec délicatesse les fruits cultivés depuis longtemps. Mais les villageois se rendent compte, désemparés, qu'il est impossible de ne pas perdre toute cette eau, il n'y a pas de seaux pour la stocker durablement, seulement des passoires à trous fins qui laissent l'eau s'enfuir. Il faut lui trouver un usage tout de suite. Mais il y a une limite à la quantité d'eau qu'on peut boire, même à tout un village. Le conseil des anciens se réunit et décide en urgence d'inviter des amis et des inconnus venus de régions sèches pour boire avec les villageois, à toute allure. Il se perd quand même une certaine quantité d'eau que les villageois regardent tristement filer dans la rivière, hors d'atteinte. Et puis ils se rendent compte qu'ils ont délaissé leurs autres occupations pour s'occuper de cette eau miraculeuse, il y a des choses qui ne marchent plus très bien dans le village, certains fruits amoureusement cultivés se sont gâtés. Ils se disent qu'on ne ne les y reprendra plus. Mais quand ils recommencent à sentir la soif ils se remettent à implorer le Dieu AhAhPé de bien vouloir faire pleuvoir par chez eux.

Et tout ceci est bien sûr agravé par le changement climatique.

@flomaraninchi@pouet.chapril.org

A propos des algorithmes qu'on a dans la tête

On lit beaucoup sur mastodon que l'absence d'algorithme (à part le tri par ordre chronologique) permet d'éviter toutes sortes de défauts observés dans la mise en avant de contenus au détriment d'autres, comme cela se passait sur l'autre plateforme.

Encore faudrait-il être sûrs qu'on ne reproduit pas inconsciemment le fonctionnement ou au moins l'effet des dits algorithmes. On est aidés en cela par l'absence d'informations détaillées ou facilement accessibles sur qui suit qui, combien de likes et de re-pouets un message a déjà eus, etc. Mais on n'est pas totalement à l'abri de tous les effets d'amplification. Depuis environ 9 mois, date de la création de mon compte mastodon non anonyme @flomaraninchi@pouet.chapril.org, j'essaie de réfléchir à l'algorithme que j'ai dans la tête pour reconstruire mon réseau[^1]. Comme ce sont des réflexions un peu décousues pour le moment, voici un essai de résumé.

Prenons un exemple : un mastodonien X (je le mets au masculin par vraissemblance statistique) a 20k abonnés, auxquels je n'appartient pas. Mais je suis abonnée à Y1, Y2, ..., Yn qui eux ou elles sont abonné-e-s à X. X fait un message m intéressant, ou au moins pile dans les sujets du jour, bref un message qui attire l'attention. Un certain nombre des Y1, ..., Yn relaient ce message m. Je le vois donc passer plusieurs fois. Est-ce que je me dis “X a dit m, il a l'air intéressant, je vais m'abonner” ? Ou bien au contraire, en constatant que de toute façon je ne “rate” pas les messages populaires de X, je décide que je n'ai pas besoin de m'abonner ? Eh bien c'est là que je regarde combien d'abonnés X a déjà, pour m'en servir d'anti-critère. Si je constate qu'il a déjà de très nombreux abonnés, je me dis que c'est bien suffisant. Si au contraire il a quelques centaines d'abonnés ou carrément moins, je me dis que je suis tombée pile au moment où son message a été relayé, que c'est un peu le hasard, et que je vais me donner une chance de le lire directement. Donc je m'abonne (sauf s'il n'y a aucune info sur le compte, auquel cas je passe mon chemin).

J'essaie donc depuis le début d'aplatir en quelque sorte la structure du graphe dans lequel je me trouve, pour éviter d'être trop près des hubs qui cachent le reste. Je m'abonne presque systématiquement aux petits comptes qui viennent de naître et qui ont fait l'effort d'un ou deux pouets de présentation. En revanche les pouets du genre : “OMG, @trucmuche est là, suivez-le !”, et quand on va voir le profil de Trucmuche il y a très peu d'information et déjà 10k abonnés, comment dire... c'est un peu un repoussoir.

Ce matin, j'ai répondu à @marie_peltier@mastodon.social (qui s'inquiétait, à juste titre je crois) du risque de “reproduire l’horrible proportion twiterienne (3 hommes pour une femme)“[^2].

J'ai dit : Personnellement j'applique une règle simple pour choisir à qui je m'abonne ici, par exemple quand je vois passer une liste de journalistes nouvellement arrivés : je m'abonne aux femmes seulement. Je fais le pari que je verrai les contenus les plus intéressants des hommes de toute façon, relayés par qq'un d'autre. C'est une expérience de rééquilibrage.

Je prends volontiers le “risque” de m'enfermer dans une bulle féminine et féministe. Ce serait peut-être reposant, à l'abri des diverses formes de pénisplication[^3] ! Mais je crois que dans le monde tel qu'il est, de toute façon on ne risque pas de passer à côté de ce que disent les hommes. Les efforts à faire sont dans le sens inverse : donnons de la visibilité aux femmes (et à toutes les minorités). Et essayons collectivement de construire un graphe plus “plat”.

Récemment je me suis abonnée à : quelques bibliothécaires, une ou deux femmes en politique, des femmes journalistes, des femmes scientifiques, quelques Grenoblois-e-s, un raton laveur, des écrivains mexicains, des coopératives diverses, un gardien de parc au Yellowstone qui poste de spendides photos d'animaux, plusieurs photographes qui participent au #BridgesOfMastodon, ...

[ Edité le 26/12/2022 : je regarde ce que me donne l'outil followgraph et ça me conforte dans mon “algorithme” ci-dessus : – Au début j'ai des gens à quelques milliers d'abonnés, et déjà suivis par une centaine de mes contacts. Donc ça ne sert vraiment à rien que je m'abonne. – A la fin de la liste il y a des comptes encore gros, et une trop grande proportion d'hommes et d'informaticiens (ou journalistes tech...). Donc des gens dont on ne risque pas de rater les messages. ]

[ Edité le 30/12/2022 : il y a une autre caractéristique très importante de mon algorithme personnel, que j'appliquais déjà sur cuicui : ne pas m'abonner, ou alors seulement après très mure réflexion, à un compte qui a par exemple 1000 abonnés et 20 abonnements. Ce que je cherche ici, c'est la variété des contenus et des voix, et quelqu'un qui n'a que 20 abonnements n'a pas grand chose à relayer à part sa parole personnelle. Encore une fois, s'il a 1000 abonnés, je ne risque pas de rater cette parole, à supposer qu'elle vaille la peine qu'on s'y attarde plus que sur une autre. ]

[^1]: Je suis sûre que les chercheurs et chercheuses dans ce domaine ont des cadres théoriques pour réfléchir à ce sujet. Si vous en faites partie et passez par ici, je veux bien des pointeurs sur des choses à lire. [^2]: Cf. le message d'origine. [^3]: Merci aux Québécois pour cette magnifique francisation du Mansplaining

@flomaraninchi@pouet.chapril.org