TeDomum Write

Reader

Read the latest posts from TeDomum Write.

from furzikurka

Clean Food and also the Farmers Market

Why are very many individuals shopping at farmers markets, study this and possibly you may join them.

A new phenomenon has been the growth of farmers markets. Because these marketplaces wait for you immediately, removing the wholesaler, you acquire the very best local grown produce. Patronizing local business enterprise is top-notch for the economy and what may very well not realise is that the produce obtained at these marketplaces tends to own marvelous flavours. Quite simply, farmers markets are most-valuable for the buyer, the producer, and the environment.

The Pros and Cons of Farmers Markets

Guardianship for the environment is among the deepest concerns for anyone today. Each individual is looking for directions in which to help. We're cutting down our supermarket carrier bags, switching our lights off when they're not utilized and reusing more of our trash. Yet, one new thing that individuals can all practice, that individuals don't commonly consider, is change to buying local foodstuffs from the farmers market.

Packaging is just a major contributor towards waste material. If you regard the local farmers market, the packaging is limited. Foodstuffs such as for example fruit and vegetables aren't prepacked but remain loose. Because they are developed locally, they've not too far to maneuver which reduces the fuel economic consumption required to carry the commodities.

Another key point to foods obtained in farmers markets is that you realize exactly where it has been. You can ask the producer as much questions as you wish and they will have the ability to offer reliable, helpful replies about the wares they're trading. With produce that's been shipped from overseas, anything could have occurred to it and you would never know anything about it. There is also the truth that produce that is shipped is normally treated with chemicals to guarantee that it lasts longer. Goats

Local concerns is going to be helped once you purchase from the farmers market. It is more affordable for business organisations to purchase locally and simpler besides. Also, concerns near farmers markets will gain from the excess business they obtain after a market has been held. This can help to create both agricultural and city communities together.

Naturally, the important reward to consumers is the quality of the products. Normally, you're able to try the assorted merchandises available when you purchase. Homemade preserves, pates and cakes are there to sample. You will get fresh tender meat, flowers, and handmade decorations as well. There is an imposing number of food available all using its own unique remarkable taste!

Considering each one of these facts, it's wise to purchase fresh produce that is grown locally. Farmers markets offer you the outlook to guide the local residential district as well as allowing for you to sample genuine quality, fresh foods. Also, in the event that you are unable to drive or have limited mobility, these day there are online farmers markets that enable you to look at the produce of the local farms on the website and have your selected produce sent to your door.

 
Read more...

from 道 La route chante

Un vide qui appelle le plein

Cette manière d’éloigner tout ce qui bruisse en moi,

de m’ouvrir et me laisser vider en tenant l’espace grand à l’intérieur,

et à l’appel d’air me laisser emplir par le silence, la lumière, une grâce de vivre.

Ce point d’ouverture où tout bascule de soi-même dans un mouvement inverse,

où le cœur un instant devient entier et libre.

#poésie #enchemin

 
En savoir plus...

from Emma Clark

Who Is an Editor?

Any idea on the role of an editor? Editors manage and assess content forwarded for publication by other writers. Each assignment comes with several requirements, and it's up to the editors to sort out the best ones. Sometimes they may have to make the editing process extra hard, especially if the paper is long. They need to look at the structure of the essay, the sentences, phrases, and the tone of the write-up. You need essay writing to edit your essay before submitting it. Always remember that any mistake done will be caught, and you must submit clean copies of your document.

What Can You Learn from an Editor?

Learning from an editor is easy. All one needs to do is copy and paste the text on the upload page and continue editing. The next step is to read the instruction from the editor:

  • Please download the tutor's instructions if you have not understood. If the guide does not clarify the papers' requirements, seek clarifications from your tutor.
  • If the topic is extensive, ask the editor to brief you on the necessary definitions. Checking the guidelines helps you to decide on the item to include.
  • You should only submit the paper after researching, and it should be sufficient for you to earn high scores.

Personal statement editor

Below are some of the things you should learn from an editor:

Word Check

It is always advisable to proofread your work as soon as you complete editing. This enables you to track all errors and ensure that the final product is error-free. In case you do not have the time to countercheck the document, seek another expert to do it for you. The editorial team will check whether your paper has adequate word spellings, whether it is appropriate for your audience, and if it is not, highlight the areas that need correction.

Evidence reduction

Editing is a major step towards improving your writing quality. You lose marks if you have wrong formatting, and this is disastrous. An editor must eliminate all the mistakes in your paper. They shouldine clearly to enhance the message being communicated. Kindly check the opposite of it. They will check if the sentences have been carefully formulated, the content is organized, punctuation is excellent, and there are no grammar and spelling errors. On the other hand, they will confirm if the flow and substance of the write-up are consistent, whether the content is put forward in speech and written in writing.

Useful Resources

The First Step to Emotional Abuse Treatment

A Guideline on Writing a Research Paper

How to Get Original Essays for Sale From a Reliable Essay and Academic Writers

 
Read more...

from ¯\_(ツ)_/¯

Quero mandar um salve pra melhor padaria da zona sul, a padaria Ibiporã!

Não que seja a padaria mais maravilhosa do mundo. Não é sempre que tem algum salgado vegetariano, por exemplo. Mas é limpa, e as pessoas que trabalham lá usam máscara – o que não se pode dizer de nenhuma outra padaria da região. Além disso, com a pandemia, eles colocaram uma cesta de pães de graça, pra quem não puder pagar!

Por outro lado, os padeiros ambulantes voltaram, COM SUAS TROMBETAS DO APOCALIPSE, RASGANDO O ESPAÇO-TEMPO, DILACERANDO A REALIDADE, às oito da manhã.

É só elogiar, que começa a encher as UTI de novo.

 
Leia mais...

from ¯\_(ツ)_/¯

Então tem que esnobar as tecnologias imperialistas?

O seu fim essencial era fazer ruir o edifício do poder britânico nas Índias atacando a sua economia nos próprios alicerces. A Grã-Bretanha comprava então a preços irrisórios algodão indiano, que enviava às fábricas de Lancashire, e que voltavam às Índias sob a forma de tecidos, vendidos com lucros consideráveis, num mercado de que estavam praticamente excluídos todos os têxteis não britânicos. Era o ciclo clássico da exploração imperialista. Para dar um golpe nas máquinas das fábricas inglesas, Gandhi escolheu uma arma que era a antítese absoluta daquelas: a dobadoura de madeira tradicional. Ia lutar durante vinte e cinco anos com uma energia indomável para obrigar a Índia inteira a rejeitar os tecidos estrangeiros em favor do khadi de algodão cru fiado em milhões de dobadouras. Persuadido de que a miséria dos camponeses indianos provinha sobretudo do declínio das profissões rurais, via no renascimento do artesanato a chave do renascimento dos campos. Quanto às massas urbanas, fiar era para elas o caminho de uma verdadeira redenção espiritual, a recordação constante do laço que as unia à Índia do interior, à Índia de quinhentas mil aldeias.

(Esta Noite a Liberdade, Dominique Lapierre e Larry Collins, Círculo do Livro, p. 76)

Foco é ritmo é vibração

Tenho conseguido manter algum foco, e os resultados são positivos (mas dá pra melhorar ainda). Enquanto que a falta de foco traz um tipo de arritmia, um descompasso, eu sinto que ter mais foco foco traz um tipo de ritmo, de vibração... uma clareza, uma paz.

Uma questão chave é que tenho que conter o impulso de preencher todo e qualquer silêncio ou intervalo com alguma distração. Distrações momentâneas não são tão ruins por si só, mas tem um grande risco de “abrir um if” que vai roubar minha atenção por um longo tempo.

 
Leia mais...

from ¯\_(ツ)_/¯

É um paradoxo o quanto o XKCD fala sobre software livre, sem parar de lamber a bunda da Apple. Tô no comecinho, espero que isso mude mais pra frente.

Quando eu aprendi a digitar (usando o layout Nativo, recomendo), eu ramelei num detalhe: quando for digitar uma letra maiúscula com a mão esquerda, aperte o shift com a direita, e vice-versa. Eu sempre CU!

Eu sempre uso a esquerda. Esse “CU!” foi justamente porque eu digitei o E maiúsculo e segurei o shift com a mesma mão. Enfim (esse eu acertei), é difício desacostumar o vício.

[Gandhi,] acocorado sobre a terra batida, respondia aos seus correspondentes – usando um lápis. Gastava os lápis até já não os poder segurar com os dedos, porque representavam aos seus olhos o fruto do trabalho de um dos seus irmãos e desperdiçá-los seria dar prova de indiferença por esse trabalho.

Gandhi andava de aldeia em aldeia, tentando conciliar hindus e muçulmanos.

Um alemão fez-lhe notar uma noite que em vez de perder tempo em Noakhali era melhor voltar a Nova Delhi para negociar com Jinnah e a Liga Muçulmana. “Um chefe”, explicou Gandhi, “é apenas o reflexo do povo que ele dirige. Ora, o povo tem primeiro necessidade de ser guiado para fazer as pazes consigo próprio.” Depois acrescentou: “O desejo do povo de viver em entendimento fraterno há de refletir-se depois fatalmente nos atos dos seus chefes”.

Dalila severgonha

cachorra sem vergonha deitada na cama de barriga pra cima

Meu celular tem síndrome de PS1: só carrega inclinado e de ponta-cabeça.

 
Leia mais...

from ¯\_(ツ)_/¯

É tão estranho ler esses XKCD antigos.

É a prova de que até grandes artistas começam fazendo uns negócio meio ruim.

Moda não é evolução. Moda não é um inexorável avanço da tecnologia.

Quero tatuar isso aqui:

Diagrama das funções da linguagem de Jakobson +-----------+ | Contexto | +-----------+ | +----------+ +-----------+ +----------+ | Emissor | --> | Mensagem | --> | Receptor | +----------| +-----------+ +----------+ | +-----------+ | Canal | +-----------+ | +-----------+ | Código | +-----------+

Eu tenho um tabelão no qual eu anoto com quase 100% de fidelidade o tanto de gente ocupando as UTIs, todos os dias. Em coisa de duas semanas os números começaram a cair consistentemente. Não tínhamos valores tão baixos desde março!

MIM INJETA DORIA

Caramba, XKCD, que paulada!

Dreams

Mouseover text é um negócio genial. TÁ POUCA PUNCHLINE MANDA MAIS PUNCHLINE

Eu acho o conceito de “essência de alguma coisa” muito engra. Pra fazer panetone, precisa de essência de panetone. Aí imagino que alguém espremeu o panetone pra tirar a essência dele. Um panetone rende apenas algumas gotas. Mas então como foi feito o primeiro panetone?

Tem um óleo (óllio, na verdade) da Jequiti (JEQUITI!) que tem escrito: “essência de mãe”. Eu fico imaginando “este frasco contém o extrato de pelo menos 15 mães”, que nem aqueles catchup que fala quantos tomate tem dentro.


Meta

Os Piratas tivemos altas conversas sobre redes sociais, blogs, podcasts e RSS.

Eu comecei a perceber que ir no Twitter pra postar links pros artigos do blog é mendicância. Digo isso sem julgamento. Por favor me leiam! E teve algum efeito.

Mas eu sinto a contradição. Eu não gosto do Twitter, não quero usar o Twitter. Ao fazê-lo, dessa forma, dou força ao Twitter, validando-o como forma de me acompanhar*, ao mesmo tempo que tiro força dele trazendo gente pra fora, mesmo que por um momento. Submissão ou subversão, qual pesa mais?

Ultimamente tenho pensado bastante, que só de escrever num blog e não numa rede social, eu já sou rebelde demais, e se eu for além, vou me afastar demais das pessoas.

Mas depois dessa cacetada do XKCD, vou acreditar mais. Quem quiser me acompanhar, faça o favor de se inscrever no meu fodendo RSS. Por favor. kkkkkkkkkk

*“nossa como se você fosse grandes coisa pra grande corporação Twitter” – pois é, mas o capital desses jardins cercados é justamente as pessoas que os usam. Cada uma, uma migalha, porém milhões de migalhas!

 
Leia mais...

from Tonton Mollo

Dans un post précédent (https://write.tedomum.net/mollo/a-propos-de-lapprehension-de-la-vitesse-ados-scoots-motos-et-vous-aussi) je vous parlais de notre difficulté d’humains à appréhender la vitesse et j’indiquais que les normes d'homologation des casques motos en Europe étaient calibrées pour un impact direct à 27 km/h maximum. Ça semble très peu, je vais tenter de vous expliquer pourquoi, et de vous donner quelques informations complémentaires.

Pour rester dans l’ambiance de la classe d’école décrite dans le billet précédent, on pose aussi cette question aux gamins : « À quelle vitesse maximum un casque vous protège-t-il d'un choc direct ? »

Les réponses les plus fréquentes, presque dans l’ordre : « 90 ! », « 100 ! », « 130 ! », « 200 ! »« 300 ! »

Étrangement, on assiste une enchère à la hausse dans les réponses et ceusses qui pensaient dire à « 50 km/h » ont bien du mal à se faire entendre quand iels ne sont pas la cible de moqueries de la part de leurs camarades.

Alors, à quoi peut bien servir un casque ? Après tout il n’est devenu obligatoire (hors agglomération) que depuis 1976 pour les usagers de mobylettes et trois ans avant pour les motards (motocyclettes).

Voyez si vous voulez cette fresque historique : http://www.ac-grenoble.fr/savoie/pedagogie/docs_pedas/securite_routiere/dates_cles.pdf

Les contextes des accidents dont sont victimes les motards privilégient les blessures à la tête, contrairement aux cyclistes où ce sont leurs membres antérieurs et inférieurs qui morflent beaucoup plus que leur boite crânienne. Portez quand même un casque à vélo, on ne sait jamais !

Si vous considérez un accident depuis votre place de conducteur.trice d’une boite à roues (aka bagnole), il vous sera précieux que les circonstances vous maintiennent dans ladite boîte surtout depuis que vous êtes bardé·e·s d’Airbag et autres dispositifs de protection active. Il y a eu des tentatives de la part d’Honda de maintenir le motard sur sa moto avec le renfort de coussins gonflables, finalement abandonnées, en fait il vaut mieux pour eux voler en l’air et vaille que vaille une fois dans l’herbe ou sur le bitume, glisser et ralentir et l’issue est généralement meilleure qu’une situation qui se rapproche d’un automobiliste sans ceinture.

Notons aussi cette initiative très réussie de BMW avec son scooter C1 muni d’un toit et dont l’homologation dispensait le conducteur de porter un casque. Renault a tenté une aventure identique mais sous sa véranda il fallait en porter un. https://moto-station.com/scooter-station/essai/renault-125-fulltime

(Ping les talents du lobbying automobile teuton.)

Revenons au sujet ! Motards, disons que vous allez vous planter dans un accident. Dans la plupart des cas vous allez voler un peu, puis vous retrouver à glisser au sol si la chance vous a « épargnée » d’un choc direct avec une pile de pont ou une bordure de trottoir. L’absence d’obstacles sur les circuits de compétition fait que l’on n’y dénombre que très peu de morts.

Dans toutes ces situations fâcheuses nos corps peuvent subir grosso-modo deux types de blessures : des fractures, auxquelles on pense le plus souvent mais aussi des brûlures. Ces dernières sont souvent très difficiles voire impossibles à cicatriser et elles laissent des stigmates toute la vie.

Les fractures de type « Je me suis cassé le tibia au ski » sont généralement très faciles à guérir, on dit que la cicatrisation autour du siège de la brisure rend l’os encore plus costaud. Pour les articulations et la colonne vertébrale c’est beaucoup moins vrai.

Les fonctions de protection d’un casque sont donc d’ :

  • Atténuer l’impact d’un choc (effet possiblement délétère sur la cohérence des tissus du cerveau)
  • Être suffisamment glissant pour générer le minimum de torsions sur les vertèbres cervicales en cas de glissade. Ce sera aux vêtements de s’opposer à la glissade en assurant un « freinage ». Le cuir reste de loin un matériau in-surpassé.

Mais également :

  • De protéger du froid. (S’il fait 0C° et que vous roulez à 90 km/h, la température ressentie par vos oreilles sera de -17C°, elles risquent donc de geler.)
  • De vous éviter d’avoir des moucherons collés aux dents, c’est certes très nourrissant mais hautement inesthétique. Ou pire : un dard dans l’œil. Une guêpe de 0.5g qui choque votre rétine à 50km/h ça fait plus que très mal.

On ne parlera pas ici des deux points précédents.

Revenons à la fonction d’atténuation d’un choc, et prenons l’exemple d’un casque de chantier. Il est conçu pour protéger des impacts sur la boite crânienne d’objets qui chuteraient, par exemple un marteau ou une petite brique. La rigidité de sa coque va répartir l’énergie de l’impact sur la totalité du crâne via les lanières internes. Mais l’absorption de l’énergie sera dévolue à l’élasticité des vertèbres cervicales, c’est toujours mieux que l’impact initial sur 1cm carré de l’os du crâne qui lui n’est pas du tout élastique.

Ici on parle donc d’un objet d’environ 1kg qui tombe à environ 50km/h (chute libre depuis un troisième étage).

Mais dans le cas d’un accident moto on parle de toi, un « objet » de 75kg qui ira frapper un obstacle à la vitesse que l’on espère la plus faible possible.

L’énergie cinétique est en jeu dans ces deux situations, mais pas dans les mêmes proportions.

https://wikimedia.org/api/rest_v1/media/math/render/svg/6ae28be3edf3b1adce751c9e317ba60db13bbdae

On trouve chez les élèves deux biais qu’ils imaginent comme moyen de protéger sa tête :

  • Un édredon : C’est vrai c’est tout doux, mais sa capacité d’absorption énergétique est quasi nulle. Demandez-vous si une doudoune va vous préserver de lésions de la colonne vertébrale au ski par exemple.

  • Un casque épais en acier : Prenez un boulet de canon au centre creux, ouvrez-le, placez dans la cavité un melon ou une petite pastèque, ressoudez-le. Puis lâchez-le du 5ᵉ étage, le boulet sera intact après avoir frappé le sol, mais il aura communiqué à l’objet à l’intérieur une décélération identique à celle qu’aurait subit l’objet s’il avait directement frappé le sol. (NB : Séparés, un boulet et une pastèque tombent à la même vitesse. En tout cas depuis Galilée.)

Qui-y-a-t-il de différent dans le cas d’un casque moto ?

On ne peut pas compter sur les cervicales pour absorber l’énergie de l’impact d’un choc dans une situation d’accident à moto (même avec un casque de chantier), à 30 km/h celles-ci seraient détruites.

On retrouve donc sur un casque moto une coque rigide qui a pour rôle principal de répartir la surface sur laquelle va se dissiper l’énergie du choc. Puis une couche de mousse polyuréthane s’y trouve ensuite, et une grande partie de l’énergie y sera dissipée dans sa compression destructive. Après un choc significatif la compression de la mousse est irréversible, l’intégrité de la coque et de la mousse ne sont plus garanties sans que ce soit extérieurement visible, aussi il ne faut jamais utiliser, acheter ou revendre un casque d’occasion. Offrez-le plutôt aux services de secours qui malheureusement s’entraînent à ôter un casque à un accidenté sur des équipements anciens et ils ont besoin de connaître les techniques en service : joues amovibles, divers systèmes de lanières de fixation, systèmes d’ouverture des modulables, etc.

Vous pouvez expérimenter cet effet d’absorption d’énergie dans votre arrière-cour, placez une plaque de verre au sol sur le bitume et frappez-la avec votre pied, elle va se rompre. Maintenant superposez une plaque de polystyrène et infligez-lui le même geste, il est très probable que la plaque de verre demeurera intacte.

Si vous testez ces deux situations (avec et sans couche de poly) avec un pic à glace plutôt qu’avec votre pied vous ne constaterez pas de différence, la vitre sera brisée, la répartition en surface de l’énergie du choc est donc primordiale.

Alors pourquoi cette limite de 27 km/h ?

L’épaisseur de mousse polyuréthane dans un casque est d’environ de 3 cm. Souvent elle varie selon les zones et les fabricants utilisent selon les endroits des densités différentes.

Lors d’un choc direct à plus de 27 km/h, elle va jouer son rôle d’absorption de l’énergie, mais elle restituera à la boite crânienne une décélération encore assez forte pour léser les structures du cerveau, en provoquant une élongation délétère des dendrites, soit une lésion bien au-delà du traumatisme crânien.

Encore une fois, le casque sauve d’une grande majorité des accidents quand un choc à la tête est convoqué, parce que la vitesse d’impact avec les obstacles aura diminué pendant une phase de préalable de freinage ou de glissade.

Les gosses peuvent souvent réagir en disant « Ben 27 km/h c’est pas très vite, autant ne pas porter de casque ! ». Dans ce cas on peut préciser que 30 km/h c’est la vitesse d’atterrissage au sol si on se jette du premier étage (3.5m). Dans cette situation leur choix entre tête nue ou avec un casque il est vite répondu.

Comment on mesure tout ça ?

En laboratoire et pas avec des cascadeurs bien heureusement.

Grosso modo l’équipement consiste en une simili tête de motard en acier munie de capteurs sur laquelle on enfile le casque. Une enclume extérieure descend à la vitesse maxi de 27 km/h sur le casque, on connaît ici l’énergie communiquée par l’enclume au casque, les capteurs de la « tête » mesurent l’énergie résiduelle qu’ils subissent, et au-delà d’une certaine valeur on considère que les structures internes du cerveau sont endommagées.

Bien sûr on choque le casque à différents endroits, sommet, côtés, mâchoire.

Ne pourrait-on pas imaginer un casque qui protège contre des chocs directs à 50 km/h plutôt qu’à 27 km/h ?

Pourquoi pas ! Mais l’énergie est fonction carrée de la vitesse, or si on double la vitesse, on doit quadrupler l’épaisseur de mousse pour absorber l’énergie résultante et celle-ci attendrait 12cm, je vous laisse imaginer le confort, l’angle de vision et le poids qui pèserait sur les cervicales.

Quelques autres détails.

Vous portez un casque mais vous ne le portez pas !

Dans le rapport du Préfet Guyot, Gisement de sécurité routière : les deux-roues motorisés (2008), on trouve beaucoup de choses, souvent intéressantes et parfois très insolites.

Rapport disponible ici : http://isidoredd.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/dri/PREDIT0109.pdf Et son analyse par la FFMC : https://ffmc.asso.fr/IMG/pdf/analyse_Rapport_Guyot.pdf

Parmi ces mesures insolites, par exemple l’installation d’une plaque d’immatriculation à l’avant des motos ou la publication d’un chiffre sur le taux de port du casque sur autoroute : 92 %.

Ce chiffre est insensé à première vue, avez-vous vu seulement deux motards de toute votre vie, sans casque sur l’autoroute (en France) ?

Nos législateurs ne se sont pas pris la tête à déterminer toutes les situations, ils considèrent que vous portez un casque si vous en avez un sur la tète et qu’en plus :

  • Il est homologué.
  • La jugulaire est correctement ajustée.
  • Il comporte 4 auto-collants auto-réfléchissants. C’est parait-il pour retrouver de nuit un motard accidenté au fond d’un ravin. Sachez qu’ils ne doivent pas forcément être blancs, ce qui pourrait nuire à l’esthétique de la peinture spéciale que vous avez choisie pour la modique somme de 400€ chez le fabricant. Il en existe des noirs.
  • Il doit être utilisé selon son type, c’est le cas des casques modulables dont la mentonnière s’ouvre sur le haut de la tête, certains sont homologués pour « rouler ouverts » d’autres non.

Autrement dit nos 8 % de motards sans casque ce sont ceux qui soit ne portaient effectivement pas de casque, soit ne remplissaient pas l’une des conditions précédentes.

On doit le changer tous les 5 ans maximums ?

C’était plutôt conseillé il y a plus de 30 ans quand les coques étaient en fibre de verre (type kayak) qui perdait à cause du rayonnement UV sa rigidité, idem pour la mousse alors en polystyrène basique type caisses à poissons. Aujourd’hui les matériaux sont très évolués et ne subissent plus les outrages du temps et de l’environnement.

On change plutôt son casque :

  • Après un accident.
  • Quand il devient inconfortable, les mousses de confort interne sont tassées, la visière est rayée et on ne peut plus la remplacer, etc
  • Ou comme tout drogué à la consommation qui veut son shot de nouveau modèle.

Peut-on repeindre son casque ou y mettre des autocollants ?

  • Pour la peinture c’est déconseillé, elle risque d’attaquer la structure de la coque et lui faire perdre sa rigidité. Mais aujourd’hui on trouve une majorité de peintures sans solvants, si vous tenez absolument à arborer un portrait de Johnny avec un camion et des loups en arrière plan, adressez-vous à un professionnel.

  • Les autocollants sont à proscrire, ils vont altérer la capacité de la surface de la coque à glisser et accentuer les éventuelles contraintes de torsion sur les cervicales. Leurs colles peuvent aussi altérer localement la rigidité de la coque.

EOT

 
Read more...

from Sarita A

(...) Il semble vraiment très difficile pour l’être humain de garder son cœur ouvert quand sa tête ne comprend pas, quand ses croyances sont heurtées ou quand sa vision des choses est remise en question. (..) Isabelle Padovani, La contagion du coeur

#citation

 
En savoir plus...

from Argeveller

Au détour d'une discussion sur la Fediverse avec ·Gor lilith, je me retrouve l'envie d'écrire quelques mois plus tard.

C'était l'hiver dans l'hémisphère nord, une pandémie de SARS-CoV déjà âgée d'une année, un confinement en Europe.

Réalité, perception et individu

La question ainsi posée par mon interlocuteur était : « “la réalité, telle que perçue par un individu, dépend de son vécu” est une évidence ? »

« Ce phénomène a priori scandaleux aux yeux de scientifiques durs est pourtant déjà bien connu en sciences humaines, où l’on sait que la réalité, telle que perçue par un individu, dépend de son vécu⁷. » La Construction Sociale de la Réalité, Peter Berger et Thomas Luckmann, Armand Colin (2012). https://zet-ethique.fr/2017/07/13/pensee-rationaliste-et-anti-feminismes-1/

Peter Berger et Thomas Luckmann, Armand Colin, sont des cadres de la phénoménologie sociologique. La phénoménologie est un courant de pensée du XXe siècle fondé par Edmund Husserl dans l'optique de faire de la philosophie une discipline scientifique, en rupture avec le psychologisme et en opposition à la métaphysique (« Recherches logiques » (1900-1901)).

Réalité du temps

Le ressenti que nous avons du temps dépend de notre place sociale ( Le temps et les temporalités à défendre dans les politiques sociales et l'intervention sociale — Brigitte Bouquet). Par exemple, une valeur attribuée à 1 heure de votre temps de travail sera très probablement différente de celle attribuée à Monsieur Jeffrey Bezos. Autre exemple, lorsque vous une femme avec un nourrisson dans une société hétéronormée 4 heures d'une matinée sera un vécu et une réalité avec de multiples tâches, responsabilités, charges, énergies, pensées, qui sont bien différente d'un homme hétérosexuel, en cisidentité, du même âge et de même classe sociale.

« Du temps » de Nobert Elias est un sacré bouquin.

Il est sociologue, Allemand, docteur en philosophie, spécialiste d'une sociologie de la connaissance.

Il y creuse la question du temps dans la perspective sociologique du processus de civilisation (et pas mal avec le rapport de l'époque au concept de nature — toujours dans un dualisme nature / culture qu'il désagrège assez bien de mon point de vue) (ref)

Chez Norbert Elias, en sociologie des savoirs et de la connaissance, le niveau de développement de société dans lequel un individu est partie prenante (le groupe est la multitude – théorie de la civilisation), c'est à dire la capacité à intégrer des complexités, est corrélé avec la situation de danger individuel.

En d'autres termes, un individu d'un groupe peu « développé » lorsqu'il est en danger cherche fréquemment à expliquer son rapport au monde par des symboles (qui sont des instruments d'orientation) fantasmatiques.

Le développement de la civilisation tend à fournir plus de sécurité individuelle. Se développement est réversible.

« Le développement de notre fond commun de savoirs revêt pour l'humanité une importance qui est sans doute sous-estimée aujourd'hui, et c'est précisément pourquoi cela vaut la peine de lui accorder plus d'attention » (N. Elias, 1984).

« Le développement du savoir social, à l'instar de celui qui s’opère dans d'autres secteurs, joue lui aussi un rôle dans la survie de tous les groupes humains et de leurs membres, en ce sens qu'il participe de manière active à l'évolution de ces groupes ».

Son apport sur la question de la perception du temps au travers de plusieurs est une contribution importante pour la compréhensions de ce qui peut être vu et compris comme réalité.

« Comme les montres et les bateaux, le temps est quelque chose qui s'est développé en rapport à des intentions déterminées et des tâches spécifiques des Hommes. De nous jours le “temps” est un instrument de mesure indispensable pour effectuer une foule de tâches diverses »

Et les « temps » avec ces différentes formes d'acceptations se lie et se relit au travers de discipline.

« Et c'est finalement à Einstein qu'il revient d'avoir mis en évidence que le temps est une forme de relation et non, comme le croyais Newton, un flux objectif, élément de la création au même titre que les fleuves et le montagnes, et tout aussi indépendant qu'eux de l'activité déterminatrice de hommes en dépit de son caractère invisible. Mais Einstein lui-même n'est pas allé assez loin et n'a pu totalement échapper au fétichisme verbal. […] Il n'a évoqué les problèmes du temps que dans les limites du cadre des physiciens. Or un examen critique du concept de temps implique que l'on rende également intelligible la relation entre temps physique et temps social ou, en d'autres termes, entre la manière de déterminer le temps en référence à la “nature” ou en référence à la “société”. Mais Einstein ne s'était pas fixé cette tâche, qui, de toute façon, ne relève pas de la compétence du physicien ». Nobert Elias, « Du temps », 1984, Chez Pocket, Introduction p.55

Pour ce qui était de mon interlocuteur ·Gor lilith, au sujet précédemment cité chez Peter Berger et Thomas Luckmann, Armand Colin, il survient une question : « on ne parle pas de la réalité, mais des réalités subjectives, qui est bien notre expérience, mais ça n'est pas ce dont on parle quand on parle de la réalité. Dans ma compréhension, la réalité, c'est indépendant de l'existence d'animaux capable d'en percevoir des facettes. »

L'étude de la vie des vivants revient par fois dans les limites du cadre des biologistes.

Biologie et réalité(s)

Le mot et concept biologie lui arrive en 1766 par Michael Christoph Hanow ; puis en 1797 par les médecins Roose, Burdach et Treviranus (1800 -1802) puis par Lamarck (1800 – 1802) naturaliste, botaniste, zoologiste.

Comme discipline scientifique.

« Le positiviste en biologie évite les concepts métaphysiques en opérant une réduction dans ses questions. Ainsi, quand François Jacob déclare qu'on n'étudie plus « la vie » dans les laboratoires, on peut comprendre que le concept de « vie » s'apparente aux anciennes abstractions de la métaphysique. Que se passe-t-il dans les laboratoires ? On étudie des relations d'oxydoréductions, des méthylations, différentes réactions entre des molécules : mais voit-on jamais la « vie » ? Au lieu de la « vie », la biologie positive étudie les propriétés d'un des niveaux d'organisation caractéristiques du vivant (individus, issus, cellules, molécules). […] On pourrait convoquer d'autres exemples : la biologie étudia t-elle « l'animal » ou uniquement des séquences d'action-réaction, des réflexes, des comportements stéréotypés ? Étudie t-elle « l'humain » ou seulement sa physiologie, ses comportements sociaux ? » Métaphysique et biologie, par Thierry Hocquet dans précis de biologie https://fr.calameo.com/read/000015856d

Sur le rapport à la « réalité », notamment en biologie (et pourquoi malgré la proximité avec la philosophie) et les acceptions ou non de certains angles apportés par diverses branches de la métaphysique, nous pouvons apporter quelques regards en prémices d'examen.

Bien avant cette biologie, il y a des origines et des héritages que l'on ne doit pas masquer, notamment si l'on insiste à creuser la réalité et les rapports que nous entretenons avec elle.

« La magie se relie aux sciences, de la même façon qu'aux techniques » p.136 « si éloigné que nous pensions être de la magie, nous en sommes encore mal dégagés » (p.137) ; « Elles (les écoles de magie) furent les premières académies » ; « Ni les techniques, ni les sciences, ni même les principes directeurs de notre raison ne sont encore lavés de leur tâche originelle » (p. 137) Marcel Mauss (1902 – 1903), Théorie générale de la magie, Puf édition.

Le phénomène de la réorganisation des sciences du vivant au XVIIIe étaient déterminé par des réflexions logique sur l'essence du sujet et sur des exigences portées sur la connaissance authentique de la « nature ». C'est une volonté radicale, qui s'entreprend en profondeur racinaire, de fonder une nouvelle logique. Logique qui dirige à l'examen de la ou les réalité⋅s.

C'est ici un esquisse a minima pour donner à comprendre comment se passe aujourd'hui des « choses » dans les universités, écoles, labo, à des personnes qui sont en demande de participer à la discussion (voir même la disputatio) et qui n'ont jamais pu franchir les murs de ces institutions.

Maintenant, pour m'orienter :

  • Qui juge de qui / de quoi ?
  • Depuis quelle position ?
  • Sur quoi ?
  • Comment ?

Ensuite la « “vieille” épistémologie » avec objet et sujet bien distant, séparation étanche, a commencé à exploser au début du XXème siècle (philo, anthropo, socio, ect) et continue aujourd'hui. Par exemple, le changement de de l'hérédité tout génétique¹ à d'autres approches en biologie². Aveux et consensus se forment après les études sur le fait qu'il n'y que peu ou prou de cloison étanche entre objet et sujet, entre observatrice, observateurs, et observées ; entre milieu et individu. Les inter-influences existent (exemple: « Microbiote : dites-le avec des flores )

Par exemple, Maria Sibylla Merian, naturaliste et illustratrice science du XVIIeme siècle (le mot et concept biologie lui arrive plus après les naturalistes). Elle a longtemps été érigée en « rockstar » de la science.

Heureusement les disciplines collaborent et la science fonctionne aussi par réfutation (aka mise à l'épreuve des théories et hypothèses).

Maria Sibylla Merian vivait dans son « siècle » avec sa classe sociale. Elle n'a pas pris ce contexte comme biais possible dans ses recherches (c'est l'un des actes les plus difficiles en science : penser contre soi-même / sa « réalité »). Tel que sont l'esclavage, sexisme, soumission des femmes, etc

Ainsi, ses recherches les insectes et leur reproduction sont totalement teintés de « white supremacy » et de « masculinisme » : “Breeding Insects and Reproducing White Supremacy in Maria Sibylla Merian’s Ecology of Dispossession”.

Revenons plus de notre époque avec la proximité biologie / philosophie et le problème de « réalité ».

(Métaphysique et biologie, par Thierry Hocquet dans précis de biologie)

Rejet de la métaphysique fumeuse et saine méthode scientifique

le positivisme en biologie évite les concepts métaphysiques en opérant une réduction des questions […]

La science, dans sa forme (ultra)spécialisée, est devenue une « sorte de technique théorique qui comme la technique au sens habituel du terme, repose beaucoup plus sur une “expérience pratique” dans l'exercice lui-même d'une activité répétée et variée (aussi appelée “intuition”, tact, dans la praxis. » (Husserl, 1929).

Ainsi, la réalité nous vivons une relation avec elle, et certaines de ces relations passent par des cadres disciplinaires qui sont voué à décrire et étudier des existants. Il serait bon pour notre réflexion d'avoir plus d'apport en sociologie et en anthropologie sur ce sujet.

Par contre donner une matière, un corps à la réalité, la réifier, pousserait probablement à du fétichisme verbal (expression de N. Elias) et entretiendrait la substance d'un mythe de la réalité mesurable selon les outils, méthodes, appareils, de sciences « formelles ».

Disputatio

(J'empreinte ici les mots de mon interlocuteur premier)

Mon propos et mon étonnement était face à une vision caricaturale avec d'un côté des défenseurs de La Réalité, avec La Science qui en serait la description exact, neutre, infaillible, et de l'autre les tenants de la réalité comme construction sociale, donc le règne des réalités subjectives, en partie irréconciliables. Je pense qu'on ne parle pas des même « réalités ». (ici j'ai voulu insérer une citation à visée de discussion dans nos échanges)

“it may be, that long after the theories of the philosophers whose achievements are recorded in these pages, are obsolete, the vision of the poet will remain as a truthful and efficient symbol of the wonder and the mystery of Nature. ” Thomas Henry Huxley (1869), 4 novembre 1869, introduction au premier numéro paru de la revue scientifique Nature.

J'en vois au moins 3. Les sciences (et pas la science…) serait au milieu des 2 autres. Ce sont des tentatives de décrire une réalité objective (et voilà l'une des 2 autres), de manière faillible et perfectibles, sujettes à nos biais culturels et sociologiques, mais avec des pratiques qui cherchent à les réduire, au moins en partie, progressivement, notamment grâce à des regards nouveaux. Dans ce sens-là, les propositions des sciences sont des réalités socialement construites mais plus générales, plus partageables, plus collectives que mon expérience individuelle. La troisième réalité, qui en fait n'est pas la réalité, mais mon expérience subjective, réelle en quelque sorte, mais qui n'est pas générale, qu'en partie partageable.

Dans La science, sa méthode et sa philosophie³, Mario Augusto Bunge, philosophe des sciences argentin, propose 4 désignations pour loi scientifique. Je n'ai pas encore tout bien compris, mais la première, loi-1, c'est « toute relation constante et objective dans la nature, dans l’esprit ou dans la société ».

La deuxième, loi-2 « ou énoncé nomologique ou énoncé de loi, désigne toute hypothèse générale qui se réfère indirectement à une loi-1 et qui constitue la version conceptuelle de celle-ci. » (ici encore j'insère une citation dans nos échanges en guise de discussion)

« Nous avons compris que les non-humains étaient tout sauf la nature. La nature est un dispositif métaphysique, que l’Occident et les Européens ont inventé pour mettre en avant la distanciation des humains vis-à-vis du monde », Philippe Descola

Et c'est bien là que se glissent les constructions sociales, dans le fait que c'est un énoncé, et même avec toutes les précautions possibles, ça reste emprunt de subjectivité.

Je pense quand même que les sciences reposent sur le postulat qu'il existe une réalité objective et qu'il est intéressant d'essayer de la décrire. Certes, comme nous sommes des animaux, nous devons accepter qu'on n'y arrive jamais vraiment, on y approche, on ne fera jamais que d'en approcher.

Sinon, qu'est-ce qui nous empêcherait de dire n'importe quoi ? Ou alors de dire des propositions selon une logique interne et des méthodes rigoureuses (les sciences formelles) sans se préoccuper des faits.

Et ça n'empêche nullement à des groupes sociaux exclus, dominés, de ne pas se laisser faire, de renverser les tables et de montre que « cette » description du réel est injuste, partiale, biaisée.

Ni à la poésie d'exprimer nos vécus, nos rêves, nos folies, nos subjectivités.

(Et en rebond à mes insertions, mon interlocuteur ajoute)

La nature != la réalité. C'est une autre question. Sur ce point, on peut dire que les artefacts de l'animal humain sont encore de la nature, ou que l'artificiel appartient à la nature.

À noter que dans l'ontologie matérialiste de Bunge⁴, la réalité, la matière, la nature, etc., sont des concepts, pas des entités réelles. J'imagine que l'espèce en fait partie. Le réel (concept, non réel donc) est fait d'objets individuels et uniques. Mais c'est encore une autre question.

Cognition

Le fait de connaître passe aussi par les outils, physiques et conceptuels, que nous avons à notre disposition.

« La cognition est l'ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance et mettent en jeu la mémoire, le langage, le raisonnement, l'apprentissage, l'intelligence, la résolution de problèmes, la prise de décision, la perception ou l'attention. » Wikipedia

Ces outils servent d'instruments d'orientation, d'utilisation et de production. Des lances de Néandertal aux actuels téléphones dit intelligent en passant par les montres du temps depuis 1510, nos cognitions passent par des objets. Les connaissances, les descriptions, que nous pouvons tenter de produire sur la notion de réalité sont filtrées dans ce maillage.

D'une certaine position de vue, nous tentons d'examiner réalité / réalités avec une effectuation technique naïve. Aussi, s'efforcer à travailler la méthode avec laquelle nous tentons cette entreprise est nécessaire. Comme par exemple, nous poser cet enchaînement de questions lorsque nous regardons le concept de réalité⋅s :

  1. Quelle logique est mise en œuvre (formelle, aristotélicienne, transcendantale, sophiste (beurk), etc)

  2. Quelle philosophie radicale soutenant cette logique (essentialisme, matérialisme, etc) ?

  3. Quelle normalisation et quelles directions établie cette logique choisie consciemment ?

  4. Dans quel régime de principes est-elle réalisée ?

  5. Quels effets, effectuation, pattern d'effets sont observables en « sortie » ?

C'est un travail sur quelle méthode et quelle place pour cette méthode dans le regard que nous portons sur la « réalité ».

D'un point de vue depuis l'anthropologie générale, plus encore en anthropologie de la technique, « dès le langage apparu, le monde dans son entièreté est devenu signifiant » (Mauss, M. 1901 -1902, Esquisse d'une théorie générale de la magie). Des millénaires plus tard nous peinons toujours à signifier, dire, expliquer ce monde.

Notre réflexion ici et les discussions que nous ouvrons sont assujetties à une inclinaison en 2 pentes qui apporte un angle qu'il faut souligner. Le choix, ou choix peu réfléchi, de boussole et de compas, oriente notre cheminement. D'une part, toutes nos références utilisées sont Européennes (ou Européo-Nord Américaine pour Peter Berger) ; de l'autre toutes les personnes qui portent ses références sont masculines (hors Brigitte Bouquet) et du sérail universitaire. Notre réflexion et nos discussions gagneraient à être abondées d'autres sources, angles, et racines. Réalité, réalités, subjective(s) et/ou objective(s) et les questionnements inférant et affordant ne feraient que souffrir d'une approche uniquement provinciale et d'une vision normative héritée d'un passé que nous n'avons pas décidé.

NDLR : Voilà, nous avons discuté de réalité(s), d'objectivité(s) et et du subjectivé(s) lors d'une saison hivernale au sein de laquelle nous étions sous un régime de confinement. Aujourd'hui nous vous en partageons une retranscription. Grand merci ·Gor lilith <3


Notes et références

  • 1: 6 Juillet 2021 : Décès de Richard C. Lewantonin Biologiste, philosophe des sciences du vivant, généticien, marxiste matérialiste, de 92 ans. Il a œuvré avec force, conviction, et rigueur au démantèlement des théories racistes, déterministes (biologiquement parlant), et néo darwinisme et aussi sociobiologie et psychologie évolutionniste.Notamment par la rigueur d'étude de la génétique des populations. https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_C._Lewontin & https://www.newscientist.com/article/2283160-richard-lewontin-pioneering-evolutionary-biologist-dies-aged-92 . Avec le décès par cancer ce jour de Axel Kahn, C'est une immense page des sciences qui se tourne, alors que nous vivons sous le porche des obscurantismes idéologiques fascistes violentes, du racismes, et des agressions contre les LGBTQIA+.

  • 2: Si les origines des humanités vous intéressent :

Anthropologie, paléo, biologie, génétique, archéologie, philosophie… il est aussi beaucoup question de techniques, outils, cognition, culture et ce qui fait Humanité(s)

1 documentaire Arte de 50 minutes sur « à la rencontre de Néandertal ». Bien foutu, bien accessible, quelques ratés de traduction en fr et un ou deux bullshit de la voix off. https://www.arte.tv/fr/videos/081663-000-A/a-la-rencontre-de-neandertal/

4 billets de ma part. 4. https://xavcc.frama.io/humain-4 (avec lecture enregistrée) 3. https://xavcc.frama.io/humain-3 2. https://xavcc.frama.io/humain-2 1. https://xavcc.frama.io/humain

Cartes géographique « interactives » de l'évolution de l'humain·e au travers des espèce qui composent celle, celui, ci. Et des filiations génétiques https://todon.eu/@XavCC/106483210231501680

Un podcast Une histoire génétique : notre diversité, notre évolution, notre adaptation, leçon inaugurale de Lluis Quintana-Murci https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/une-histoire-genetique-notre-diversite-notre-evolution-notre-adaptation-lecon-inaugurale-de-lluis

  • 3: traduction de La ciencia, su método y su filosofía (1960).

  • 4: MAHNER, Martin, 1997. Foundations of biophilosophy. Berlin : Springer. ISBN 9783540618386.

 
En savoir plus...

from Argeveller

Fabuler n'est pas interdit en recherche et pratique scientifique. Fabriquer et utiliser puis diffuser des fables, par l’ingéniosité et la technique, peut même se révéler utile. Il y a des fabuleuses et fabuleux scientifiques et chercheuses, chercheurs.

C'est pour cela que nous investissons le bioart, biohacking sous certains angles ici, et aussi bio jamming.

Cette dernière méthode est liée a une approche culturelle et critique.

« Culture jamming, que l'on peut traduire en français par sabotage culturel ou détournement culturel, est l'acte de subvertir de l'intérieur le fonctionnement d'un média de masse existant, en usant de la même méthode de communication utilisée par ce média. » Wikipédia

Par exemple, nous explorons les chemins critique pour exposer l'hyper solutionnisme en science du vivant et biologie, le dangereux ridicule du libertarisme qui se lie à une des vision eugéniste dans le transhumanisme (lui même plus vaste et divers), et aussi les oppressions et violences raciste, sexiste, classiste, genriste, dans le espace-temps de croisement entre biologie et soin. Cette exploration et révélation peut passer par l'acte artistique en biologie synthétique pour donner corps, fabriquer, un gène chimère issu du « big data » qui donne réalité à une mutation provoquant la luminescence de nos/vos poils d'avant bras.

https://www.hackteria.org/wiki/Mind_thGAP

Ce genre de pratique permet aussi d'explorer et de travailler les liens entre technique, science, éthique, et technologie (étude de l'histoire, de l’évolution, de l'état de l'art de la technique), participant à dessiner de nouveaux contours d'une science en perpétuel mouvement et en dialogue avec la société.

Si j'ai piqué votre curiosité : Venez on discute, on se rencontre ici ou ailleurs. Peut être même qu'on envisage des trucs à mettre en œuvre ensemble.

Bio jamming et des usages de la fabulation.

Merci aux soins portés par Amélie Tehel. Nous avons maintenant à nous pencher sur : + Les types de privilèges qui permettent la fabulation dans le système actuel. + Qui pratique cela ? Des chercheuses et chercheurs bien établi·e·s ou dans la marge ? + Avec quelle(s) visibilité(s) externe(s) et interne(s) ?

Quelques pistes sont déjà ouvertes par l’intermédiaire d'’un sujet de recherche jusqu'à la forme d’une écriture de recherche : Autoéthnographie et fabulation de la thèse + https://infusoir.hypotheses.org + https://infusoir.hypotheses.org/8689

Et CERN en 2017, De l'usage de la fabulation en recherche.

TransOrgansOnAchip

Concept:

The newest speculative project to arise from Biotranslab, Trans.Organ.on.a.Chip seeks to blur the boundaries of categorized life and to dilute the lines of sexual differentiation.

http://paulapin.net/transorgansonachip/

Aussi par l'intermédiaire de Vanessa Lorenzo

“cuerpos se vacían reciclándose como estructuras para alojar nuevas entidades híbridas [...] #ingenieríainversa interviene como tecnología de destrucción creativa, estrategia de supervivencia [..] devuelven al cuerpo a una nueva condición de posibilidad emergente” Marzia Matarese

ref: + Source image: https://hybridoa.org/marimutare + https://hangar.org/ca/labs/produccio/ + [PODCAST] : + https://soundcloud.com/vanessa-lorenzo-662135359/podcast-marimutare + Soundscape hybrides entering the hybrid queerdom of marimutar https://soundcloud.com/vanessa-lorenzo-662135359/overture

Les alternatives infernales

Et les « alternatives infernales » comme manifestations du capitalisme Ces alternatives infernales, comme les appellent Isabelle Stengers et Philippe Pignarre (2017), pièges dans lesquels nous laissons piéger, capturer, envoûter, pour nous condamner à « l'alternative ». (Bien que je repousse certains points d'une intrusion de « Gaïa mère de toute chose » version Lacan chez elle et lui).

Infusoir https://infusoir.hypotheses.org/8407 Benedikte Zitouni https://usaintlouis.academia.edu/BenedikteZitouni

Çar étouffé, suffocant, je cherche…

Et j'entrevois des pistes de réflexions sur mes refus du concept « alternative » et aussi de mes fuites, goûts pour la fiction et fabulation. Et plus profondément ma tendance depuis 5 ans vers forensiques, rétro-ingé, paléo-bio, l'enquête, et l'investigation, parfois en jamming ou biojamming… plus que le « simple biohacking » Et surtout je ne me laisse pas éblouir bien qu'attiré.

 
En savoir plus...

from ¯\_(ツ)_/¯

Os números dizem que tem gente lendo meu blog, não é possível.

Estava lendo sobre esse felômeno chamado Belle Delphine, e pelo que eu entendi, ela é o Monty Python do erotismo.

Fazia tempo que eu não lavava o nariz, que delícia, que saudade.

 P
 A
AÇAÍ
 O
 C
 A

  A
PAÇOCA
  A
  Í

P   Í
 A A
  Ç
 A O
    C
     A

     A
    C
 A O
  Ç
 A A
P   Í

Meta

Mas olha só, colocar esses microposts aqui tem suas vantagens. Me ajuda a pensar duas vezes antes de postar bobagem, e tem um ritmo bacana, que me protege do imediatismo compulsivo das redes sociais.

Eu até pensei em voltar a postar esse tipo de coisa no Twitter, mas fui lá e não consegui. Achei bizarrão. Sei lá, muito público. Aqui também é, né? Não faz muito sentido. Mas aqui a sensação é de “querido diário”, lá é praça pública (mesmo sabendo que só me seguem uns poucos amigos).

 
Leia mais...

from furzikurka

Any 5 Bible Study Fundamental principles – Earning An individual's Bible Investigation Point in time Deal with Superior Super fruit

Even in the 21st century, seated and reading the Word remains one of the very used types of Bible study. Just pick it up and read it. Sounds simple enough. Right? But, grabbing your Bible ten minutes before you get to sleep and reading a couple of verses. That doesn't qualify as fruitful study time. Sure, you'll manage to say you read something. And, if that has been whatever you desired to accomplish, then you definitely hit your goal.

But, your Heavenly Father does not need your time in His Word to you should be another item to test away from your to-do list. He wants it to become a time where He is able to use His Word to renew your mind. Where He is able to change you into anyone He predestined you to be. So, how will you study the Bible? Underneath the guidance of the Holy Spirit, that's How!

“But when He, the Spirit of Truth (the Truth-giving Spirit) comes, He will guide you into all of the Truth (the whole, full Truth)...” – John 16:13 (Amplified)

So, now you have discovered the first of one's Bible Study Basics.

Bible Study Basic #1: Never Study Without The Spirit of The Lord!

But what other techniques can allow you to make your Bible study time bear good spiritual fruit?

Bible Study Basic #2: Don't hesitate to create in your Bible!

Some people are scared they'll screw up their Bibles. Don't be. Make notes in the margins of one's Bible and highlight passages that touch your heart. This helps it be more straightforward to sit down from time to time and revisit what exactly you've learned. Reading over your notes and revelations regularly is one of the finest approaches to remind yourself of thing that the Holy Spirit reveals to you as you study.

Bible Study Basic #3: Purchase mini post-it notes and sticky tabs.

Desire to leave a larger note directly on the page of a specific scripture? Work with a mini post-it so the revelation you received will be there looking forward to you the next occasion you flip past. Instead of using bookmarks, use small sticky tabs to indicate verses you wish to come back to or meditate on. This way, you can color code your study topics by using different colored tabs, and even keep track of more scriptures. scripture verses at alive christians

Bible Study Basic #4: Select A topic or reason for your Bible study.

Focus your study around something you're thinking about, and you'll never forget to review your Bible again! Discover what God has to say about developing faith or raising godly children? Look for every one of the wisdom in the Proverbs or pick apart the story of creation in Genesis? This is the greatest solution to personalize your Bible study experience.

Bible Study Basic #5: Keep a Bible Study notebook.

As you study, write down the things that you learn. You can keep a working set of your favorite scriptures or write down things that God reveals to your heart as you study. Using your notebook to journal can be key. Journal on specific scriptures, what they mean to you, and how you'll incorporate them into everyday life.

Of course, reading the Word isn't the only way to review the Bible. Bible study workbooks and classes can be excellent approaches to grow closer to God through His Word. You may also do your Bible study online. Free online Bible study lessons make God's Word available wherever you are. While everyone at the office is going for a smoke break, take a Word break and shoot to your favorite Bible study online website! Irrespective of the method that you study God's Word, don't forget your #1 Bible Study Basic. Pray before you begin your Bible study sessions and invite the Holy Spirit in to be your guide. This way, your study time will always bear good fruit!

 
Read more...

from Sarita A

Sur les fleurs de mon cœur Pâlissent mes peurs Ces pétales j'effleure Une à une je saisis Doucement je nourris L'espoir de la vie

Sarita 04/07/21

#poésie

 
En savoir plus...

from 道 La route chante

Chasteté

Il faudrait retrouver le bonheur de s'aimer de loin, comme des inconnus. Avoir la même grâce que Jésus, la même innocence. La même chasteté. Ce ne sont pas les baisers que la chasteté empêche, ce ne sont pas les étreintes, ni les cheveux qui baignent les pieds nus et les bénissent. Ce qu'elle empêche c'est de déposséder quiconque de son histoire, de sa parole, de son secret. C'est de confisquer son voyage et de réduire sa vie à une chose utile ou même à une chose aidante. C'est de manger sa blessure, de l'étouffer au lieu de la veiller, et d'éteindre son rayonnement avec sa propre lumière.


Marie Laure Choplin, Jours de Royaume

#citation

 
En savoir plus...