TeDomum Write

Reader

Read the latest posts from TeDomum Write.

from ¯\_(ツ)_/¯

O GERENTE FICOU MALUCO

Biblioteca terá novo horário de atendimento aos sábados e feriados, até as 17h!

Era exatamente o que eu queriaaaaa rarararararar!

Retiro tudo que eu disse de ruim sobre a prefeitura (mentira).

...

Mil anos sem postar, né? Mas não abandonei não. Tenho muita coisinha guardada. Quando eu conseguir finalmente me mudar pra geminisfera (nos próximos dois ou três meses, quem sabe), posto tudo lá de uma vez.

...

Sexta e sábado toquei um foda-se e fiquei jogando Space Station 14. Tô jogando no Parkstation e achando bem bom. A essa altura, entendo que um jogo desses, aberto demais, multiplayer online demais, não dá pra ter experiências positivas o tempo todo. Mas no Parkstation as decepções são raras e pequenas. Gosto do tom do lugar.

Eu tinha falado bem da Estação Pirata, mas hoje tenho com ela uma relação de amor e ódio. Ou melhor, esperança e decepção. Sempre bom demais jogar na minha língua, mas o nível de trolagem e agressividade gratuita que se tolera lá, pra mim não dá. Cai do Low Role Play pro No Role Play. E até admins estimulam powergaming (“ciência boa não fica sem energia”).

Eu geralmente acabo sempre dando segundas, terceiras, quartas chances pro Pirata, mas por enquanto o Parkstation tá tão gostosinho que não dá vontade de trocar.

Também outro dia joguei uma vezinha só no Lizard. Foi bom, não foi ruim não, servidor cheião, 75 jogadores. Experiência interessante. Ainda não sei se curto mais uma pegada LRP ou MRP. LRP é mais gamey, MRP tem mais respiro pra brincar.

 
Leia mais...

from Wpland

Advantages Of Woocommerce Wishlist Plugins

Anyone engaged in internet business is aware of the rise in their use by consumers. Let's talk about the wishlist, which is present on most internet storefronts.

The objective of this tool is to serve as a type of reminder for a fascinating item that will be purchased later.

By adding it to your wish list, you promise to “watch it” and return to the same online merchant. A fantastic perk for any retailer who wants to maintain the customer.

The wish list function is only available to registered E-Commerce users, and you must be logged in and have an account in order to add items.

The user might modify it based on the circumstance or usefulness for which he is creating and consulting.

You may choose to submit your wishlist on social media to display your tastes or to compare yourself to your Facebook, Twitter, and other connections.

Through social media sharing, every seller has the opportunity to increase their brand recognition and any new conversions.

What benefits do the implementation bring about?

Users may enhance their buying experience and encourage repeat visits to e-commerce sites by using the Wishlist.

Making a list for each user allows you to keep track of everything you need to buy, give away, or want.

We consider significant occasions (weddings, birthdays, graduations, anniversaries, births, etc.): making a wishlist eliminates unpleasant shocks and saves time when navigating.

Each vendor has the option to alert the customer about a flash sale or even ask him to store an item that isn't currently available and update it whenever it becomes available again.

As a result, a wishlist serves as a crucial tool for retailers and online marketers who provide information on specific users' shopping patterns.

Each seller is able to keep track of which items are bought right away and which are saved for a later purchase thanks to the formation of a desire list.

The desire list also shows any responses to flash discounts, coupons, or free shipping offers and delivers valuable data on email marketing efforts.

Each merchant may identify their target market by utilizing the WooCommerce wishlist plugin wordpress.

When there is only one item left in stock or the price drops, the customer might be kept and notified.

Additionally, the commercial operator may increase traffic and turn leads into paying consumers, boosting revenues and turnover, by building a wishlist.

WooCommerce Wishlist Plugin: advantages

The Woocommerce Wishlist Plugin gives you complete customization and UX improvement options.

Regarding the benefits, customers favor:

Shared wishlists, wishlist privacy options,

Price comparison; Wishlist storage for logged-in users;

 Wish lists with many items on them;

You may make a desire list with this plugin and it requires the WooCommerce plugin.

You should build a new page and enter the shortcode for pages for maximum compatibility.

Would you like additional details about this WooCommerce plugin? Find out what we can do for you by contacting us.

You can finally boost the conversion of leads into sales with the help of this WooCommerce plugin. Good fortune!

 
Read more...

from Wpland

6 WooCommerce Must Have Plugins (Paid)

What WooCommerce plugins and which ones are necessary for every store?

If you came across this post, you probably currently have that issue. Although the main WooCommerce plugin offers the bulk of the key features you need for a store, almost many WooCommerce shops rely on dozens or even hundreds of plugins to supply important capabilities.

Despite the fact that some of those plugins will be customized for your unique situation, there are a number of WooCommerce necessities that may benefit almost every type of business, regardless of what and how you're selling.

The top WooCommerce plugins are included on this page to support all various types of WooCommerce shops.

Best WooCommerce Plugins to Increase Sales (Marketing)

The plugins in this area can all help you improve your store's conversion rates and/or marketing efforts if you're looking for the best WooCommerce plugins to boost sales.

1. Rank Math

If you want to rank your store in Google, you need the best SEO plugin for WooCommerce on your site.

For most stores, that’s one of two options – Rank Math or Yoast SEO.

Rank Math gives you a little more functionality for free, but Yoast SEO is more established.

Either way, both plugins will help you optimize all aspects of your store’s SEO. Pick the one that you like the most and use it to boost your store’s organic visibility.

Price: Free versions. Paid versions with more features (depends on the plugin)

2. MailPoet

MailPoet is an all-in-one solution for WooCommerce email marketing. Unlike services such as Mailchimp or AWeber, MailPoet lets you manage everything about your email marketing efforts from your WordPress dashboard.

But at the same time, MailPoet includes its own built-in email sending service to make sure emails make it to your customers’ inboxes, which can be a problem with other WordPress-based email marketing plugins.

In addition to sending newsletters, MailPoet also has a tight integration with WooCommerce that lets you send the following emails:

  • Abandoned cart recovery emails.
  • Post-purchase email follow-ups.
  • Targeted automations based on customer details (e.g. all users with a certain number of orders).

You can also use it to send your store’s transactional emails, such as order confirmations and password resets.

In fact, MailPoet’s WooCommerce integration was so good that WooCommerce acquired MailPoet in 2020.

Price: Free for up to 5,000 emails/month and 1,000 subscribers. Paid plans from $10/month for 500 subscribers and unlimited emails.

3. Iconic Sales Booster

Iconic Sales Booster helps you implement several key strategies to boost sales, mostly focused on cross-sells and upsells:

  • Display “frequently bought together” products on the product page.
  • Add a “customer also bought” popup after a shopper adds an item to their cart.
  • Include order bumps at checkout to let shoppers add a related item by checking a box.
  • Use post-purchase cross-sells to display special offers after a shopper has checked out. Any items the shopper adds will automatically be added to their order.

You’ve probably seen all or some of these strategies on some of the largest eCommerce stores out there, such as Amazon. With Iconic Sales Booster, you can easily add them to your own WooCommerce store to boost its sales.

Price: From $79.

4. PW WooCommerce Gift Cards

As the name suggests, PW WooCommerce Gift Cards lets you sell gift cards for your store, which is a great way to boost sales by “locking in” upfront revenue.

When someone purchases a gift card, they can specify the amount, recipient, and message – just like Amazon.

People will get an email that includes their gift card details and they can easily redeem it and link the balance to their account. Again, just like how it works at Amazon. You can also customize the gift card template according to your needs.

Price: Free version. Paid version $59.

5. FiboSearch

Quality product search is essential if you want to help shoppers discover the products that they’re most interested in. Unfortunately, the default WordPress search system is not up to the task.

FiboSearch (formerly Ajax Search for WooCommerce) is a WooCommerce-specific search upgrade that creates a much more user-friendly, helpful search system.

Here are some examples of what it offers:

  • More accurate search results, including searching in custom fields, product attributes, and more.
  • Real-time search results/suggestions as soon as a user starts typing.
  • Include product details in search results, such as showing the product picture, price, and so on. You can even include an add to cart button to encourage shoppers to purchase an item right from the search results.

If you have a large store, FiboSearch can also improve search performance by building its own custom search index.

Price: Free version. Paid versions from $49.

6. TI WooCommerce Wishlist

As the name suggests, TI WooCommerce Wishlists helps you add wishlist functionality to your store.

Shoppers will be able to easily save any items to their wishlist and you can also add other useful features including the following:

  • Shareable wishlists, including a link and social share buttons
  • Multiple wishlists per customer
  • Wishlist analytics to see which products people are interested in

The premium version also has a neat marketing feature that lets you send emails to customers based on the items in their wishlists. For example, you could send them a message when an item on their wishlist goes on sale.

Price: Free version. Paid versions from $79.

 
Read more...

from Wpland

5 Best Free WooCommerce Plugins

The statistics show that while the core plugin is a useful tool, it isn't all-inclusive: You'll need to use extensions and add-ons to improve the core plugin of WooCommerce if you want to use it to its full potential.

The majority of extensions have a charge since ecommerce is quite lucrative. Fortunately, there are really a lot of excellent free solutions available, so not every WooCommerce plugin needs to be expensive (if you know where to look).

To help you enhance your e-commerce shop, we'll reveal 15 of the finest free WooCommerce extensions, add-ons, and plugins in this post (note: We'll use these three names interchangeably throughout).

1. YITH WooCommerce Zoom Magnifier

For the vast majority of products, no on-page factor has a bigger impact on the conversion rate than the product images displayed (other than, perhaps, price).

Customers want to see what your products look like, they want to inspect them for quality and they want to be sure they prefer them to a competitor’s. Do you really expect customers to achieve all of that from a tiny, barely discernible photo?

If you want to display your images loud and proud, I recommend the YITH WooCommerce Zoom Magnifier plugin.

When visitors hover their mouse over your images, they’ll see an enlarged popup of your products. You can configure the dimensions of this popup, as well as the zoom levels for optimal viewing.

2. Booster for WooCommerce

Booster for WooCommerce is kind of like the Jetpack plugin… but for WooCommerce. That is, it doesn’t do just one thing. Instead, it offers a modular set of 100-plus features that can enhance and tweak your WooCommerce store.

The keyword there is modular. Because you can choose to only enable the specific features you want to use, Booster for WooCommerce isn’t going to bloat your site with stuff you don’t want.

3. Stripe Payment Gateway

In the past, WooCommerce supported only one payment gateway out of the box: PayPal Standard. However, this gateway was hardly desirable for most serious store owners, as customers were diverted to the external PayPal website to make payment.

As such, most ecommerce stores install a payment gateway that facilitates card payments onsite — typically, Stripe or PayPal Pro.

You can now install the Stripe gateway during the WooCommerce installation wizard at the click of a button. After syncing your store with the Stripe API, you’ll be able to accept Visa, Mastercard and a whole host of others.

 

The one downside is that Stripe isn’t available globally. To date, Stripe works in 30 countries (with an additional four in invite-only beta testing), so make sure your country is on the list before committing — the US, UK and Canada are already supported.

 

4. TI WooCommerce Wishlist Plugin

As the name suggests, TI WooCommerce Wishlist Plugin gives you a free way to add wishlist functionality to your WooCommerce store.

Sometimes, your customers won’t be ready to buy right away. Or maybe they have a birthday coming up and want to be gifted an item at your store.

Either way, a wishlist is a great way to let your shoppers save one or more items for later. Then, when they’re ready to purchase, the items they’re interested in are ready to go.

With this plugin, each product on your site gets an ‘Add to wishlist’ button, and users can view their wishlist at a dedicated ‘Wishlist’ page that the plugin creates

5. WooCommerce Menu Cart

WooCommerce Menu Cart is another plugin that aims to refine the checkout process.

The plugin adds a shopping cart button to your menu, making it super-accessible from any page on your website.

The shopping cart button fits the menu seamlessly, and can be fully configured to your liking. This includes the option to display the number of items and/or sub-total in the menu, a choice of ten cart icons and the menu alignment.

f your theme already includes this functionality, you don’t need this plugin. But if it doesn’t, this simple plugin is a lifesaver.

 
Read more...

from Argeveller

  1. Sur le Bloc, les structures horizontales, et la culture de la suprématie blanche
  2. L'organisation communautaire et l'aide mutuelle
  3. L'action directe
  4. Sur un avenir véritablement libéré

French translation from: “On Anarchism, An Indigenous Queer Perspective” https://theanarchistlibrary.org/library/aya-salta-on-anarchism-an-indigenous-queer-perspective

courtesy MAFW Translated by: 0x58 & Hex

Bien que cet écrit ne soit que le point de vue d'un⋅e seul⋅e anarchiste queer indigène, et qu'il ne cherche en aucun cas à faire autorité en matière d'anarchie (comment pourrait-on faire cela ?), j'espère qu'il pourra combler le fossé entre la lutte des peuples indigènes, noirs et les personnes dites de couleurs (POC), et l'anarchiste blanc. Je peux me concentrer sur ma lutte indigène queer car c'est ce que je suis, mais notre lutte n'est pas si éloignée (si ce n'est la même) de celle de mes complices noirs et autres POC.

Le Bloc, les structures horizontales et la culture de la suprématie blanche

Le bloc est connu pour sa mobilité horizontale, la protection de l'identité anarchiste et antifasciste, et l'outil de choix pour l'action. Si cela met en évidence les aspects attrayants et souhaitables de cet instrument bien utilisé, cela laisse de côté certaines des complexités auxquelles est confronté un anarchiste queer noires indigènes et de couleurs (BIPOC : “black, indigenous, (and) people of color”).

La première est l'opportunité pour les « meneureuses sociaux » de gagner en influence, principalement en faisant des choses risquées qui excitent les gens, qui cependant peuvent aussi mettre d'autres personnes (principalement les personnes BIPOC) en danger. Alors qu'une personne qui agit préventivement n'est pas mauvaise en soi et ne devrait pas être surveillée, nous constatons souvent que les personnes blanches occupent cet espace et ce rôle informel, leur blanchité agissant comme une barrière contre la répression extrême de l'État. Cela ne veut pas dire que les Noir⋅e⋅s, les indigènes ou les personnes ayant un handicap ne prennent pas les choses en main (car c'est le cas), mais plutôt que les personnes qui gagnent le « respect » dans la communauté du Bloc sont souvent blanches. Cela participe à l'émulation et au maintien de la culture de la suprématie blanche dans les espaces du mouvement anarchiste. En tant que groupe qui prétend être anti-autorité, il y a une grande attente sur la destruction de la « Hiérarchie sociale » principalement axée sur la suprématie blanche, la misogynie, la trans-misogynie et le pouvoir patriarcal.

La deuxième complexité est de naviguer dans ces hiérarchies sociales informelles, bien que très présentes, tout en s'organisant dans nos espaces du bloc. De la façon dont nous parlons à la façon dont nous sommes perçu⋅e⋅s dans l'espace, tout cela contribue à la « légitimité » qui nous est accordée. Si nous sommes franches et directes quant à la nature de notre lutte, nous pouvons être étiquetté⋅e⋅s « d'agressifs », d'« exigeant⋅e⋅s », d'« irréalistes » et ainsi de suite. Pourtant, il ne s'agit que d'une forme de « politique de respectabilité » ré-imaginée dans des espaces anarchistes. Pour être vraiment libéré⋅e, il faut d'abord déconstruire complètement la pensée et l'organisation oppressives dans nos espaces.

Troisièmement, la ségrégation du Bloc. Je vais peut-être froisser des petits pieds, cependant il faut le dire. Le Bloc peut être un groupe restreint et exclusif, autrement dit une clique. Cette inclinaison est un instrument d’épanouissement de la suprématie blanche D'après mon expérience personnelle, les anarchistes noir⋅e⋅s, indigènes ou issu⋅e⋅s de minorités visibles sont séparé⋅e⋅s des anarchistes blancs, non seulement au niveau des objectifs et aussi au niveau des débats, des actions et du partage des ressources. Nous pouvons voir des combats entre affinités, de gens majoritairement blancs, contre des gens majoritairement POC. C'est ainsi que nous sommes voué⋅e⋅s à l'échec. Sans briser ces hiérarchies internes, nous ne pouvons pas former un monde véritablement libéré. Nous ne devrions pas recréer ces mêmes systèmes d'oppression dans une conception de l'anarchie.

Ceci étant dit, on en vient à se demander comment un mouvement qui n'a pas déconstruit les hiérarchies sociales peut créer une « structure horizontale » ? Je dirais que c'est impossible. Tant que ces systèmes d'oppression ne seront pas écrasés dans nos espaces de mouvement, nous ne pourrons pas voir la structure horizontale de la libération se réaliser. Dans son état actuel, le Bloc n'a pas franchi la barrière pour devenir un espace véritablement libérateur.

Alors, quelles mesures peuvent être prises ? La première et la plus importante est que les blanches et blancs prennent du recul. Iels doivent prendre conscience de l'espace qu'iels occupent et des attentes qu'iels ont envers les personnes BIPOC de leur communauté. Attendez-vous de nous que nous vous éduquions sur notre lutte et sur la manière dont vous pouvez participer à son maintien ? Comptez-vous uniquement sur les efforts des personnes BIPOC pour faire tourner l'organisation ? Prenez conscience et reconnaissez les voix qui accaparent l'attention et demandez-vous vraiment si elles prennent le pas sur les voix marginalisées. Si nous voulons avoir un impact, nous devons commencer par nous-mêmes. La libération ne viendra qu'en se recentrant et en créant un espace pour que les plus marginalisé⋅e⋅s puissent parler, être entendu⋅e⋅s et que leurs appels à la libération soient soutenus. Votre penseur européen n'est certainement pas le plus grand penseur de la libération. Réalisez que s'il s'agit d'une perspective blanche, elle ne peut pas porter une déconstruction complète de l'oppresseur. Pour chaque voix blanche, il devrait y avoir au moins trois voix noires, indigènes ou issues de minorités visibles. Si ce n'est pas le cas, vous devez vous demander pourquoi.

Sur l'organisation communautaire et l'aide mutuelle

Selon mon point de vue d'anarchiste indigène queer, la seule façon de faire avancer notre lutte pour la libération doit venir directement de nous, dans notre communauté. Nous devons jeter les bases de ce à quoi ressemble une communauté qui cherche des réponses en dehors de l'État. Fournir des solutions de manière horizontale, qui répondent aux besoins de la communauté là où ceux-ci se trouvent. Ne pas mettre en œuvre une approche « uniformisée » (One-Size fits all). Nous devons montrer aux gens quelque chose qui donne de l'espoir, en dehors des institutions qui nous oppriment. En particulier en tant que personnes marginalisées, nous dépendons de ces institutions pour survivre, or ce sont elles qui nous tuent. Ainsi, trouver des moyens de contourner et de fournir ce dont nous avons besoin sans l'État apporte de l'espoir, et une voie à suivre pour se préparer à l'effondrement du climat et aux difficultés à venir. En tant qu'anarchistes, je crois qu'il est de notre priorité de montrer aux gens un moyen de sortir de la botte des États autoritaires, non pas pour les diriger, ou pour être une puissance révolutionnaire, mais pour montrer une voie différente, une solution qui apporte l'espoir, l'autonomisation, et le droit des peuples à l'autodétermination.

Il existe déjà des groupes qui font très bien cela. Des groupes informels, des ami⋅e⋅s, des complices et des regroupements anonymisés fournissent des ressources et des soins aux peuples opprimés dans leurs communautés. Je vois cela et j'ai très peu de critiques à formuler. C'est une source d'inspiration.

Mes pensées sont cependant les suivantes. Pour que nous puissions continuer à avancer vers la libération, nous devons apprendre à soutenir nos efforts dès maintenant. Comment construire un réseau d'organisation communautaire et d'aide mutuelle qui puisse subvenir à un effort plus soutenu et même d'aller plus loin encore ? D'après mon expérience, la culture blanche est centrée sur l'individu et la préservation de cet individu comme priorité numéro une. Cela se voit dans les espaces d'organisation. Je trouve que nos efforts sont souvent isolés du soutien mutuel. Les canaux de communication et de partage des ressources sont au mieux minimes. Comment pouvons-nous nous unir dans nos communautés élargies pour déployer des efforts massifs de sensibilisation Communautaire et d'aide mutuelle ?

Je crois que nous devons répondre aux besoins de notre communauté là où l'État échoue. Principalement, les soins médicaux, la nourriture et le logement. Nous devrions travailler en tant que réseau plus large de personnes qui veulent voir le même objectif final atteint. De grands événements d'entraide entre groupes d'affinités multiples ont connu de beaux succès en créant des espaces là où l'on peut commencer à en faire apparaître. Embarquez des personnes et sollicitez la communauté pour amorcer ces dialogues. Il n'y a pas deux communautés qui ont les mêmes besoins ou les mêmes solutions. Les gens n'ont pas besoin d'être anarchistes pour soutenir la constitution de soins communautaires autonomes. C'est ainsi que nous rallions des gens, en leur fournissant ce que l'État anéantit.

Sur l'action directe

 Il est loin le temps où un Bloc pouvait organiser une marche dans l'espoir de changer notre état de libération. Brûlez vos bottes de marche et vos pancartes, nous n'en avons plus besoin. Fini le temps où l'on jetait une pierre à travers une fenêtre en espérant que cela attire l'attention sur notre combat. Nous devons ajuster notre point de mire, nous devons frapper notre oppresseur DIRECTEMENT et sans hésitation. Nous devons apprendre à construire notre dynamisme d'abord pour ensuite frapper. L'action directe est différente aujourd'hui de ce qu'elle était il y a deux ans. Oui, les émeutes sont toujours appropriées, cependant comment pouvons-nous reprendre de cette énergie et frapper là où ça compte ? Nous devons apprendre à être plus stratégiques que nos oppresseurs, ils veulent que nous nous autodétruisions, que nous nous battions de l'intérieur et que nous n'atteignions jamais notre véritable potentiel. 20 anarchistes scindé⋅e⋅s en sur plusieurs cibles ne sont pas en capacité d'avoir l'impact que 10 anarchistes unifié⋅e⋅s ont en visant la tête de notre oppresseur.

Pour se concentrer sur une nouvelle stratégie d'Action Directe, je soumets le soutien de l'AD à AM. Qu'est-ce que je veux dire par là ? Eh bien, l'Aide Mutuelle a toujours besoin de ressources et de fournitures, et l'Action Directe permet d'obtenir des biens et objets. Mettez-les ensemble et nous pouvons avoir un système de soutien qui libère les ressources de nos oppresseurs tout en approvisionnant nos communautés.

Pour cela, il faut une bonne OpSec, et une séparation entre le groupe qui libère et celui qui fournit les ressources. Il doit y avoir de la confiance et une communication de personne à personne pour réussir à orchestrer un mouvement massif. Les ressources sont stockées dans des plateformes logistiques, sur des palettes, et dans des zones d'entassement en quantité très importantes. Il faut se poser la question suivante : comment un lieu pourrait-il empêcher un groupe de Black Bloc de libérer des cargaisons de nourriture, de vêtements, de fournitures médicales, etc. Je vous le demande, y a-t-il une meilleure cible pour notre action directe qui ait un impact à deux niveaux plutôt qu'un seul moment pour attirer l'attention ? Attaquer le capital, tout en approvisionnant notre communauté.

Dans de futurs écrits, j'aborderai la défense des terres et l'Action Directe qui va avec cela. Cet écrit est avant tout un aperçu de l'anarchie depuis ma perspective.

Pour un avenir véritablement libéré

Il est difficile d'imaginer un avenir véritablement libéré de mon vivant ou du vôtre. La seule chose que nous pouvons contrôler, c'est nous-mêmes. Nous pouvons avoir un impact sur notre propre communauté, nous devons simplement nous lever et le faire. Les gens ont besoin de visualiser quelques faits avant de s'engager à bord, donc si vous êtes une personne convaincue de la libération, ceci est une invitation à faire le premier pas. Commencez à montrer une alternative à l'État sous quelque forme que ce soit. Trouvez d'autres personnes qui partagent vos idées, travaillez dans la communauté dans laquelle vous vous trouvez, partagez des idées et des solutions, et ne vous contentez pas du temporaire effacement des oppresseurs, nous devons rêver plus grand, viser plus haut et frapper plus fort. Nous devons construire l'avenir que nous voulons voir, et cela commence par nous-mêmes. L'acte le plus radical que vous puissiez poser est de détruire les systèmes oppressifs dans votre tête et vos croyances. Avancez en écoutant les opprimé⋅e⋅s. Demandez aux membres de votre communauté ce dont iels ont besoin et faites tout ce qui est en votre pouvoir pour y répondre. Lorsque nous nous impliquons directement dans communauté avec soins, nous créons un lien que même le plus oppressif des autoritaires ne peut détruire. La communauté est notre libération. Lorsque les gens choisissent de participer à une communauté et de prendre soin les un⋅e⋅s des autres, la lutte en chacun de nous l'emporte sur celle de l'État. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que ce chemin soit facile. Chaque tentative réussie de construction de cette communauté se heurtera à la répression de l'État, car il ne peut nous laisser prouver les échecs de son système.

Que notre libération renaisse des cendres de notre oppresseur. 

 
Lire la suite...

from rossflynn483

The Best Orthopedic Pillow For Side Sleepers Of 2023

Sleep is essential for both your mental and physical health. Unfortunately, many people don’t get enough sleep due to various factors, one of which is sleeping on the wrong side. If you’re a side sleeper, you know all too well how tough it can be to find a comfortable orthopedic pillow that won’t because you pain in the morning. In this blog post, we will explore the best orthopedic pillow for side sleepers of 2023. We’ll recommend two different types of orthopedic pillows and explain why each is ideal for different kinds of side sleepers. Read on to get the information you need to find the right orthopedic pillow for your needs!

Best Orthopedic Pillow For Side Sleepers

Best Orthopedic Pillow For Side Sleepers

There are a few factors to consider when choosing the best orthopedic pillow for side sleepers. The most important consideration is the size and shape of your neck. Many orthopedic pillows are designed specifically for side sleepers, as their contoured shapes conform more closely to the natural curve of the neck. Additionally, Ortho Sleep America offers a variety of different pillow types and firmness levels to fit everyone's needs.

If you're looking for a traditional pillow, Ortho Sleep America offers two types of standard orthopedic pillows: standard and soft-sided. Standard orthopedic pillows are made from firmer materials and are designed to provide support for your cervical spine and head. Soft-sided orthopedic pillows, on the other hand, are made from softer materials and are intended to be more comfortable due to their malleable nature.

The choice of which type of orthopedic pillow is the best for you is ultimately up to you. However, knowledge of the different types of orthopedic pillows available and their specific features can help you make an informed decision.

Why Use an Orthopedic Pillow for Side Sleepers

There are a few reasons why an orthopedic pillow may be better suited for side sleepers than other types of pillows. First, orthopedic pillows are specifically designed to relieve pressure on the neck and shoulders, which can help relieve tension headaches and other pain in those areas. Second, orthopedic pillows are often larger in size than other types of pillows, which allow them to support more weight. Finally, orthopedic pillows often have a higher fill degree- meaning that they contain more foam than other types of pillows- which means that they will provide more support and comfort.

How Orthopedic Pillows Can Improve Your Life

Most orthopedic pillows are design to help people with neck pain, back pain, and other types of injury sleep better. Orthopedic pillows are making from different materials, including memory foam and latex, and they come in a variety of shapes and sizes. The best orthopedic pillow for side sleepers is one that supports your head and neck while you're sleeping, but is also comfortable enough that you can keep it in your bed all night long.

Some of the features you should look for in an Orthopedic Pillow for Side Sleepers include:

  • A pillow that's firm but not too hard or too soft.
  • A pillow that has a wide range of adjustability so that it fits different body types and heights.
  • A pillow that's washable so you can clean it if it gets dirty.

What Are The Benefits Of Sleeping On Orthopedic Pillow?

There are many benefits to sleeping on an orthopedic pillow, including: reduced pain from lower back and neck problems, increased comfort and improved sleep quality. Orthopedic pillows are design to support the head and neck in a comfortable position, which can improve sleep quality for side sleepers. Some of the other benefits of using an orthopedic pillow include: relief from headaches and tension headaches, better alignment of the spine, prevention or reduction of TMJ disorders, better posture throughout the day, improvement in snoring and more restful sleep overall.

Orthopedic pillows are available in different shapes and sizes to suit a variety of sleeping positions. They come in various materials, including memory foam or latex. Some people prefer to buy their own orthopedic pillow while others find them more convenient to rent or borrow from a friend or family member. To determine if an orthopedic pillow is right for you, consider your specific sleeping positions and pain symptoms. If you have any questions about choosing an orthopedic pillow or whether one is right for you, speak with your healthcare provider.

How to Choose the Right Orthopedic Pillow for You

There are many factors to consider when choosing the right orthopedic pillow for you.

Here are four tips to get started:

1. Size and Shape

The first thing you'll want to consider is the size and shape of the pillow. Orthopedic pillows are design to support your head and neck while you sleep. So it's important to find one that fits your unique needs.

Some people prefer a traditional bolster-style pillow because it evenly distributes pressure across your entire head and neck. Other side sleeper types may prefer a thin, flat pillow that supports just the lower part of their head and neck. It's important to find a pillow that feels comfortable and fits your sleeping style so you can get good sleep!

2. Material and Filling

Another factor to consider is the material and filling of the orthopedic pillow. Some pillows are making with soft, foam materials while others are filling with memory foam or other soft materials. Both options provide support while you sleep, but each has its own benefits and drawbacks. For example, foam pillows tend to be more supportive than other types of pillows, but they can also be less comfortable if you have sensitive skin or allergies. Memory foam provides more cushioning than other types of materials, but it may not be as firm as other types of pillows. It's important to choose a material and filling that work well for you!

3. Supportive Features

A third factor to consider is the supportive features of the orthopedic pillow. Some pillows have built-in straps or supports that help distribute pressure and ensure a comfortable sleeping experience. Other pillows feature customizable bolster shapes and sizes that can provide a variety of support levels. It's important to find a pillow that offers the support you need to get good sleep!

4. Price and Quality

Finally, another factor to consider when choosing an orthopedic pillow is price and quality. Not all expensive orthopedic pillows are worth the investment. But there are some affordable options that offer great support and quality. It's important to find a pillow that fits your budget and meets your needs!

How to Use an Orthopedic Pillow for Side Sleepers

If you are a side sleeper, you know that using a standard pillow can be difficult. Orthopedic pillows are design specifically for side sleepers and can help improve your sleep quality.

To use an orthopedic pillow for side sleepers, first determine which type of orthopedic pillow is best for you. There are three types of orthopedic pillows: hybrid, memory foam, and u-shaped.

  • Hybrid orthopedic pillows are made up of two types of materials: a soft material that is filled with foam or feathers, and a hard material on the outside. This combination gives the pillow its unique ability to conform to your body and support your head and neck while sleeping on your side.
  • Memory foam orthopedic pillows are similar to hybrid orthopedic pillows in that they contain both a hard material on the outside and a soft material inside. However, unlike hybrid orthopedic pillows, memory foam pillows do not have any Support from the hard material; it is purely for comfort.
  • U-shaped orthopedic pillows are among the most popular types of orthopedic pillows because they combine the best features of both hybrid and memory foam Orthopedic pillow types. The inside of the u-shaped pillow is made up of memory foam while the outside is made up of a hard plastic or fabric cover. This combination makes it comfortable to use and helps support your head and neck when you sleep on your side.
Next, find a pillow that is the right size for you. Most orthopedic pillows are design to be use in a standard bed pillowcase. But some may need to be rolled up or folded in order to fit properly.

Finally, place the orthopedic pillow on your bed and align it. So that your head and neck are supporting by the neck portion of the pillow. If you are using a u-shaped orthopedic pillow, make sure that the curve of the pillow is aligned with your spine. Place your hands behind your head and relax into the pillow while you sleep.

Pros And Cons Of Using An Orthopedic Pillow For Side Sleepers

There are pros and cons to using an orthopedic pillow for side sleepers.

The benefits of using an orthopedic pillow for side sleepers include:

  • -It can help to reduce pressure on the neck and spine while you sleep.
  • -It can improve your alignment, leading to less back pain.
  • -It can also reduce snoring and other breathing problems.
However, there are some potential drawbacks to using an orthopedic pillow for side sleepers:
  • -It may be too heavy or bulky to carry around with you when traveling.
  • -Some people find that it makes it difficult to move around in bed because of its weight or size.

Conclusion

If you are a side sleeper, it is important to find the best orthopedic pillow for your needs. Not all orthopedic pillows are making the same, and some may not be effective for side sleepers at all. In this article, we will discuss the different types of orthopedic pillows and their benefits for side sleepers. We will also recommend the best Orthopedic Pillow for Side Sleepers in 2023. So if you are looking for orthopedic pillows that can help improve your quality of sleep, read on!

 
Read more...

from Angèle Lewis

Tetris

Dans tes oreilles si tu veux – Vitalic, “La mort sur le dancefloor”

Les jours se comptent Se décomptent Se coupent S'accouplent S'enfilent en aiguille Mois Semaines Minutes Après-midi Soirées Demi-heures Heures Fins de journée Matins Midis Années

Disons années Disons trente-deux

Disons Que tout cela se découpe en confettis En miettes sur le buffet En paillettes En boule à facettes Chaque mini-miroir reflète La mosaïque d'un beau visage en fête

Disons Que cela se découpe en tempo En petits morceaux Électro/flamenco/disco

Disons aussi Que cela s'évapore En transpiration des corps Que cela goutte Avec la pluie au-dehors

Disons seulement Que Dans le tetris du temps Chaque moment aligné Brille Et disparaît

Il n'y a qu'à danser sur le monde Comme sur un dancefloor Damier disco fluo Jeu de marelle jeu de mortel·le Multicolore

 
Lire la suite...

from Tanies

Ce texte est le troisième d'une série de textes consacrée à la suite de mon histoire publiée sur Lulu ; voir aussi le blog dédié et les explications associées

Le système de projecteur-écran continua de diffuser quelques rares communiqués pendant une petite semaine puis s'arrêta de fonctionner, pris dans une couche de Matériau dont l'épaisseur atteignait désormais le centimètre.

Le jour, mon prêtre continuait à officier comme si de rien n'était, malgré l'absence totale de fidèles. La nuit, des personnes attendaient leur tour en file indienne, sélectionnées selon d'obscurs critères (seuls les enfants en bas âge restaient visibles aux côtés de leurs parents) et encadrées par des agents armés. Les Tubes étaient apparus. Il y en avait une bonne dizaine qui se rejoignaient à présent place de la Cathédrale, s'y alignant en parallèles parfaites avant de se séparer à nouveau.

Les personnes s'allongeaient dans le Tube, le Tube se refermait, propulsait les gens vers on ne savait où, puis se rouvrait pour accueillir les personnes suivantes.

Peu à peu la lueur prenait corps. Cela ressemblait à une énorme vague, un tsunami qui aurait déferlé au ralenti d'est en ouest.

Je tenais le décompte des jours à la manière des détenus, sur une feuille de papier que je gardais précieusement dans une poche. Ma montre à mécanisme automatique était d'excellente qualité, elle fonctionnerait tant que je la porterais sur moi. Elle m'avait coûté assez cher mais je l'avais choisie avec soin. Et j'avais bien fait : l'argent n'avait déjà plus aucun sens en ce monde, contrairement au temps et à sa mesure.

Toutes les semaines, je me risquais à aller me laver à la fontaine Saint-Romain, quelques heures avant l'aube. La fontaine me fournissait aussi mon eau potable. Je pourrais me priver assez drastiquement de nourriture mais l'eau demeurerait un besoin vital. Aussi l'approche de la Vague m'inquiétait-elle beaucoup plus que la diminution de mes vivres – que je tentais par ailleurs tant bien que mal de contrer par la chasse de petit gibier : pigeons, corneilles ou rats que je tuais puis salais dans les règles de l'art.

Malgré mes restrictions alimentaires, je continuais à m'entretenir physiquement. L'emploi du temps régulier et immuable du prêtre m'avait permis de prendre confiance et d'élargir peu à peu la gamme de mes exercices nocturnes : jogging rapide autour de la nef ; séances d'abdominaux entre deux chaises. Soulèvement de bancs en guise de poids. Le prêtre, lui, conservait son rythme diurne, vaquant dans la Cathédrale de l'aube au crépuscule ; il s'arrêtait parfois devant l'écran, contemplait le Matériau qui le recouvrait, et se signait.

Mon activité favorite demeurait cependant l'escalade. Les différentes tours de la cathédrale n'avaient plus aucun secret pour moi : mes mains en connaissaient le moindre recoin. La Tour Saint-Germain était chapeautée d'un toit fort raide d'ardoises glissantes qui rendait l'accès à son sommet très délicat. La Tour de Beurre, presque aussi haute que sa compagne, était d'un abord beaucoup plus facile. À force de l'escalader, j'aurais pu m'y hisser les yeux fermés. La flèche était moins intéressante : haute, certes, mais sa partie raisonnablement escaladable était moins élevée que le sommet des deux autres tours. De ces points d'observation, je voyais avancer, nuit après nuit, le corps de la Vague. Je finis par saisir quelques détails supplémentaires à sa surface – des sortes d'excroissances, comme des bulles.

Mon prêtre restait en plutôt bonne forme, après tout ce temps. Alors que je commençais moi-même à éprouver quelques difficultés à me procurer de la nourriture, je finis par m'intéresser à ses propres moyens de subsistance. Localiser l'endroit où étaient entreposés ses stocks n'exigea pas beaucoup d'efforts. Je résistai cependant encore de longues semaines à l'envie de visiter ses réserves. Un matin vers 4h, finalement, n'ayant réussi à trouver à chasser, pendant la nuit, qu'un pauvre rat décharné, je n'y tins plus : je m'aventurai dans les quartiers du prêtre. Je connaissais sa routine, il n'aurait pas dû y avoir de risque à cette heure-là.

L'acuité sensorielle se trouve hélas exacerbée par la faim – contrairement à l'acuité mentale, dont le manque manifeste me fit stupidement oublier de prendre ce paramètre en compte. Après avoir fouillé quelque temps, m'absorbant complètement dans ma tâche suite à la découverte de sacs de riz en quantité probablement suffisante pour me permettre de survivre toute une année, je me retrouvai soudain face à face avec mon prêtre.

Son visage amaigri marqua la surprise, puis l'incompréhension lorsque je lui plantai mon canif dans la gorge. Je n'avais eu que quelques dixièmes de secondes pour me décider ; c'était de loin l'option la plus raisonnable, au vu de la situation. Il tenta de me repousser, mais ma lame l'avait déjà pénétré profondément : sa souffrance fut courte. J'attrapai aussitôt un grand bol pour éviter que son sang, qui coulait à flots, ne se trouve gâché, puis récupérai en hâte, à la cuillère, tout ce qui s'était déjà répandu sur le sol. Mon dégoût ne fut que de courte durée : mon corps se trouva rapidement revigoré par cet apport nutritif inespéré.

Il fallut alors s'occuper du reste. Il y avait de l'eau en abondance, le local était attenant à une petite cuisine aux volets parfaitement clos doublés de carton. Je déshabillai délicatement le cadavre, rinçai dans l'évier et à l'eau froide ses vêtements souillés de sang en récupérant l'eau dont je remplis deux jarres, puis les mis à sécher : mes propres vêtements, malgré leur qualité, commençaient à laisser à désirer, et l'hiver approchait. Je passai rapidement un chiffon mouillé sur l'ensemble du corps, puis entreprit de le démembrer avant que la raideur post mortem ne s'installe ( je disposais pour cela d'une ou deux heures grand maximum : il ne fallait pas traîner). J'étalai une grande nappe sur le sol, la couvrit de gros sel (il y en avait plusieurs pots sur place, mais je fis un rapide aller-retour afin de récupérer le nitrite de sodium), puis y disposai au fur et à mesure les morceaux découpés et désossés. Les intestins étaient intacts, je décidai de les conserver dans un bocal à part. Je fis de même avec les autres organes. Toute nourriture était précieuse, je ne savais pas quand je pourrais en retrouver de pareille qualité, si j'en retrouvais un jour.

Le gaz était évidemment coupé, tout comme l'électricité. Je poussai le luxe à me faire la cuisine en allumant un feu dans la crypte avec des cierges et quelques bâtons de chaise. J'en profitai pour fumer une partie de la viande en m'accordant une ou deux rasades de vin de messe.

Après des mois de restrictions et de dissimulation, j'étais à nouveau libre, et riche d'un stock de vivres particulièrement conséquent. Je fêtai dignement cette considérable amélioration de mes perspectives de survie.

Ayant achevé le tout par une bonne sieste, l'esprit parfaitement serein, je décidai de déménager dans la crypte – bien plus vaste que mon réduit en haut de l'escalier des Libraires. Celui-ci me servirait désormais à stocker mes affaires les plus précieuses : cahiers, carnets, matériel d'écriture, ainsi que quelques denrées non périssables que je récupérai du garde-manger du prêtre, au cas où cette réserve se trouverait dévastée pour une raison ou une autre.

 
Lire la suite...

from Quelques textes un peu trop longs pour mastodon

Il y a bientôt 2 ans j'écrivais le billet De la paperasse à la numérasse

A la réflexion, je n'y change pas un mot :–)

J'ai l'honneur de figurer dans le magnifique ouvrage Le dico des mots extraordinaires

Et aussi dans quelques articles, comme :

Et aussi dans quelques pompages sans citation et sans vergogne :

 
Read more...

from dot

Pour ce tout premier billet (grand merci à Tedomum pour l’hébergement !), je souhaite expliquer pourquoi je pense que non seulement, Zotero peut servir de logiciel de prise de notes, mais de surcroît je pense qu’il peut être considéré comme un très bon logiciel de prise de notes.

Zotero, pour information ou pour rappel, se présente comme un logiciel de gestion de références (Wikipédia fr). S’il est connu dans le milieu universitaire et plus généralement dans le milieu de la recherche, je suis convaincu qu’il peut apporter bien des services à monsieur et madame Tout-le-Monde, car la gestion, le stockage et l’annotation de ressources diverses et variées, leur indexation et leur identification rapides, sont des besoins qui traversent nombre de professions − et plus globalement nombre d’activités.

C’est donc sur une activité précise − la prise de notes − que je vais me concentrer ici. Alors, pourquoi Zotero fait-il un très bon logiciel de prise de notes ?

Raison 1 : organisez-vous comme bon vous semble avec les collections et les tags

Dans Zotero, les documents et notes peuvent être organisées en collections et sous-collections. Si les collections peuvent s’apparenter à des dossiers, il y a tout de même 2 différences majeures avec les répertoires dont vous avez l’habitude dans votre explorateur de fichier habituel :

  1. un document peut appartenir à plusieurs collections ;

  2. Zotero autorise en un clic l’affichage ou le non affichage des documents et notes des sous-collections dans la collection parente (via le menu Affichage).

Il est donc aisé de reproduire une gestion hiérarchique de ses notes, telle celle que l’on peut trouver dans Joplin ou CherryTree par exemple, tout en bénéficiant d’une certaine souplesse. À titre d’illustration, on peut imaginer deux notes ou documents rangés, pour l’un, dans une collection “Pro” et pour l’autre, dans une collection “Perso”, mais se trouvant dans la même collection “À finir de rédiger”.

Par ailleurs, Zotero dispose d’un système de tags (Marqueurs dans son langage) non hiérarchique, assez classique mais efficace lui aussi. En effet, dans une collection, seuls les tags effectivement utilisés apparaissent dans la sous-fenêtre les listant (en bas à gauche), ce qui évite toute recherche infructueuse. De plus, 9 tags peuvent se voir attribuer une couleur qui marquera les documents et notes les portant. Ces 9 tags peuvent être rapidement appliqués à des documents en utilisant les touches 1 à 9 de son clavier.

En substance, quelle que soit la façon dont vous préférez classer vos informations, Zotero devrait satisfaire vos besoins.

Raison 2 : un éditeur simple et efficace, supportant le Markdown, le surlignage, et d’autres choses encore

Sobre, l’éditeur de note n’est pas pour autant austère. S’il peut occuper la partie droite de la fenêtre principale de Zotero, il peut également être ouvert dans une fenêtre distincte. Mieux, on peut ouvrir autant de fenêtres indépendantes qu’on le souhaite, permettant ainsi de disposer côte à côte plusieurs notes.

Le formatage du texte s’effectue soit via la barre d’outil, soit en utilisant la syntaxe Markdown (mais c’est bien un texte “stylisé” qui apparaît à l’écran).

L’insertion d’images, de tableaux et de blocs pour écrire les mathématiques peut s’effectuer grâce au menu contextuel, ou par glisser-déposer pour les images. Le glisser-déposer est également ce qui permet de réorganiser le texte : chaque paragraphe dispose d’une petite poignée permettant de le déplacer aisément dans le document.

Enfin, le surligneur est un outil qui mérite d’être mentionné : en effet, on ne le trouve pas dans tous les logiciels de prise de notes (loin s’en faut). Zotero, lui, propose 5 couleurs de surlignage.

Raison 3 : les notes peuvent être liées et constituer une base de connaissance de type “wiki”

Les notes, comme tout autre document dans Zotero, peuvent se voir attribuer des éléments dits “connexes”. L’association se fait en quelques clics ; elle est rendue très facile par le fait que la fenêtre de dialogue autorise la saisie de caractères permettant de retrouver quasiment instantanément l’élément à lier. Une fois les documents et notes liées (<– accord de proximité), un clic permet de basculer de l’un·e à l’autre.

Mais ce type de connexion est une méta-donnée : les liens entre les notes ne sont pas intégrés dans le contenu de celles-ci. Si l’on veut, à l’instar d’un wiki, établir un lien hypertexte entre les notes (ou entre une note et un document), on peut se tourner vers l’extension Zutilo qui, en un clic, copie l’adresse interne d’une note ou d’un document, qu’on pourra alors ensuite coller dans sa note (en fait, Zutilo fait aussi plein d’autres choses ! Mais cela sort du cadre de ce billet.)

Précisons également qu’un glisser-déposer d’une note dans l’éditeur copie son contenu. Utile pour fusionner des notes disparates en un même document.

Raison 4 : logiciel multi-plateforme, collections synchronisées… impossible de ne plus avoir ses notes sous la main

Non seulement Zotero tourne sous Linux, Windows, Mac… non seulement il permet la synchronisation de vos collections entre toutes vos machines (via un compte rapide à créer)… mais en plus il propose une version en ligne (la “Web Library”) où vous retrouverez vos notes et où vous pourrez les éditer comme dans le logiciel de bureau.

Si vous ne voulez pas vous prendre la tête avec un service de synchronisation tiers comme Nextcloud, OneDrive ou Dropbox, Zotero est parfait puisqu’il gère cela tout seul, de manière efficace (selon mon expérience) et transparente.

Tout ceci permet également d’envisager l’utilisation collaborative de Zotero : les bibliothèques (constituant un ensemble de collections) sont partageables, ainsi donc que les documents et les notes qu’elles contiennent. Ce billet, publié sur le blog francophone de Zotero, rend compte d’une expérience collaborative d’utilisation du logiciel entre 3 étudiants et leur professeur.

Raison 5 : c’est Zotero, avec tout ce que ça implique

C’est peut-être évident, mais ça mérite d’être rappelé : Zotero permet l’organisation et l’archivage de tout type de documents. Si vos notes s’appuient le plus souvent sur une ressource quelconque (un article en ligne, un pdf, un livre…), alors vous aurez grand intérêt à les organiser de manière “intégrée” à ces documents. Regrouper tout au même endroit, ça facilite quand même grandement la vie.

Au passage, rappelons également que Zotero dispose d’un lecteur pdf intégré très sympa à utiliser (surtout depuis sa version 6, sortie début 2022, qui est aussi celle qui a livré un éditeur de notes refondu) ; lecteur pdf qui permet les annotations et le surlignage. Et, cerise sur le gâteau, Zotero est capable d’exporter en un clic ces annotations et surlignage intégrés aux pdf, en une note.

De plus, si le Web représente pour vous la principale source de ces ressources (si j’ose dire), alors vous tirerez grand avantage des extensions pour navigateurs, permettant en un clic l’enregistrement et le classement d’une page Web, d’un article scientifique, etc.

Alors, tout est parfait ?

Zotero serait-il donc le logiciel de prises de notes ultime ? Comme souvent : cela dépend de vos usages. Les limites qui me viennent à l’esprit sont les suivantes, mais vous pourrez en identifiez d’autres selon vos habitudes et vos besoins :

  • les notes sont intégrées à Zotero. Elles ne constituent pas des fichiers indépendants, accessibles depuis votre explorateur de fichiers. Cela peut apparaître comme une limite si votre workflow repose sur la manipulation de notes comme fichiers. Toutefois, il faut souligner, d’une part, que les notes sont facilement exportables (au format Markdown notamment) et, d’autre part, qu’il est tout à fait possible d’ouvrir une note précise depuis l’extérieur de Zotero, en utilisant les liens fournis par Zutilo, comme mentionné précédemment ;
  • la synchronisation intégrée et l’interface Web supposent que vous acceptiez que vos données soient hébergées sur les serveurs de Zotero. De plus, peut-être risquerez-vous de saturer les 300 Mo offerts gratuitement ; il faudra alors songer à basculer sur une formule payante pour acquérir plus d’espace. Mais il est également possible de synchroniser ses documents via le protocole Webdav, sur un serveur Nextcloud par exemple. Ça nécessite de disposer d'un tel serveur (ou d'aller voir du côté de Zaclys par exemple) et de configurer tout cela, mais c'est tout à fait jouable.
  • si vous utilisez massivement les liens croisés entre notes, alors Zotero sera sans doute moins agréable à utiliser qu’un Zettlr par exemple, qui pousse la simplicité d’insertion de tels liens à l’extrême (il suffit de saisir [[ pour voir apparaître la liste de toutes les notes référençables). Les deux possibilités évoquées plus haut − l’utilisation des “connexes” ou l’insertion de liens avec Zutilo − fonctionnent parfaitement bien, mais la procédure est moins fluide que celle à l’instant évoquée ;
  • bien qu’il soit agréable et efficace, l’éditeur n’est pas pourvu de tonnes de fonctionnalités comme celles qu’on peut trouver ailleurs. Ici, pas d’intégration de Mermaid pour produire des diagrammes, pas de listes à cocher, pas de comptages de mots ou de caractères.

Conclusion

Vous l’aurez compris, à mes yeux la balance avantages/inconvénients penche très largement en faveur des premiers, et j’espère vous avoir donné envie d’expérimenter Zotero comme logiciel de prises de notes. Et si vous avez aimé ce billet, n’oubliez pas de cliquer sur le pouce bleu et la cloche n’hésitez pas à le commenter sur ce toot Mastodon.

 
Lire la suite...

from Tanies

Ce texte est le second d'une série de textes consacrée à la suite de mon histoire publiée sur Lulu ; voir aussi le blog dédié et les explications associées

Mon repos fut de courte durée. Les portes de la Cathédrale ouvrirent dès 6 heures du matin, sans doute pour que les gens souhaitant passer leur journée à l'abri dans l'édifice puissent entrer avant les premières lueurs de l'aube. Il y avait beaucoup moins de monde que la veille ; la plupart étaient des personnes isolées venues avec un sac contenant des provisions pour la journée.

Un système d'écran, de baffles et de projecteur mis en place pour Pâques fut rapidement détourné afin de diffuser les communications émanant de l'Élysée (il n'y avait plus aucune autre source d'informations à distance). Était-ce la particularité du lieu ou la progression rive droite s'avérait-elle moins avancée que rive gauche, toujours est-il que la couche de Matériau demeurait indécelable sur les fils et le reste du matériel électrique.

Vers 10 heures, un grésillement se fit entendre et l'écran afficha à nouveau l'image du président. Ce dernier invitait la population au civisme sur fond de scènes d'émeutes et rappela qu'il était extrêmement déconseillé de s'exposer à la lumière directe du soleil. Des distributions de produits de première nécessité seraient organisées chaque nuit. L'armée avait été réquisitionnée et coordonnerait l'accès aux Tubes. Le chef de l'État (ou ce qu'il en restait) fit une courte pause, caressant un temps la tête du Van lové dans ses bras ; le félin était moins gros que celui de la veille et fixait la caméra de ses yeux vairons. À partir de cette nuit, il serait formellement interdit de quitter son lieu de résidence. Seules les personnes occupant actuellement un autre lieu seraient autorisées à se déplacer. À cette fin, les transports routiers et ferroviaires fonctionneraient jusqu'à l'aube sous contrôle de l'armée. En cas de difficulté, les personnes devaient se rendre au poste de Police le plus proche où elles seraient intégralement prises en charge. Des rondes dédiées faciliteraient le processus.

La communication cessa après un bref gros plan sur le Van.

Un murmure parcourut la maigre assemblée. On ne se connaissait pas mais on échangea, confronté à la particularité de la situation. Il était difficile de véritablement comprendre que le monde avait irrémédiablement changé.

Le reste de la journée s'avéra pauvre en événements, avec pour unique activité de ma part quelques longues prises de notes et une vingtaine de tours de nefs en marche rapide. Je réintégrai ma cache dès 16 heures et tâchai de compenser mon manque d'exercice physique par une intense séance de pompes et de squats. Les mémoires de Nelson Mandela me revinrent à l'esprit – la façon dont cet homme avait pu se maintenir en forme des années durant en dépit de l'espace exigu de sa cellule. Je comptais bien m'en inspirer si la situation venait à perdurer.

À 21 heures, un bruit de bottes résonna dans la Cathédrale. Sans doute quelques dernières personnes à « raccompagner ».

À 22 heures, je redescendis et effectuai un prudent tour des lieux. Il n'y avait plus un chat (je me mordis les lèvres à cette pensée). Décidant qu'il était trop risqué de tenter une sortie en extérieur, je me contentai d'un footing discret au sein de l'édifice. Je me forçai ensuite à rester alerte jusqu'à l'aube, relisant et corrigeant mes notes dans un coin de chapelle.

À l'ouverture des portes, personne ne se présenta. Le prêtre resta un moment sur le seuil puis retourna vaquer à ses occupations. Je l'observai de loin, prenant toutes les précautions pour demeurer à la fois invisible et inaudible. Je finis par aller me coucher, la gorge nouée par la contrariété. Je ne serais donc pas l'unique hôte de la Cathédrale. Je m'endormis avec l'espoir que cela ne durerait pas trop longtemps.

Les nuits suivantes, ma routine s'établit rapidement. Après avoir vérifié qu'il n'y avait personne dans la nef (le prêtre conservait un rythme diurne en dépit de tout bon sens), je sortais à pas de loup, rejoignais l'un de mes départs d'escalade les plus propices à la situation (il y avait encore régulièrement des rondes, parfois même des personnes se risquant comme moi à l'extérieur) et gravissais prestement l'édifice. J'observais alors la ville déserte, tentant de comprendre ce qui se tramait à l'horizon. J'appréciais tout particulièrement la Tour de Beurre qui, outre le challenge physique pour atteindre son sommet, avait l'avantage de m'offrir un point de vue idéal.

Une lueur qui ne correspondait à rien de logique progressait d'ouest en est, gagnant en intensité au fil des nuits.

 
Lire la suite...

from Wilson-Smith77

They Said me I'm sick with mental health problem But my sick is ghetto crime problem. Like the world is an fucking ghetto with sectarism tribes. And Now they Said I have some nodules in both lung fields 5mm. I smoke everyday since 18 years old. Now I'm 32. They want I see doctors everymonth. When I'm drunk Alcohol I'm realy sick. With low body temp. When I'm listening some black music I'm sick. I'm in sick World with sick people. my kitchen sink is clogged since six month ago. The rap music is for pious people because they are against homosexuality like church. I can't delete or change password of this old blog : https://fediverse.blog/@/Wilson-Smith77 There is 370 euros on my bank account on 01/21/2023 to next caf payment so 17 days for waiting . It's like 370/17 , 21.7647058824 euros, for me eat some food per day. The train cost 30 euros per week for go to campus. Very expansive life for me. Difficult for manage this wallet correctly.

 
Lire la suite...

from Wilson-Smith77

Natural transhumanism occur with radioactivity, human to succeed over the centuries, to reinforce, transmutation generation by generation, for become more strong, in the face of these zones of non-survival, for modificate the genotype, for appropriate elements of plants and insects, for be like a stick insect, with regrows limbs, or salamanders. With the particularity for development of news organ body, genre webbed or skin petals under the arms for hover, good for high falling. Or see like a big skin pores, for absorbate some midges, and feed, like some plants species.

The nuclear bomb is a mercy blessing of god, nature recapture these own rights and glory all living species. Its an deliverance against intensive concrete wall, so its an abused nature for earth.

 
Lire la suite...

from kaiyou

Sur le papier il débutait sans surprise. Un développeur pas si averti entouré d'un Internet pas si bienveillant. Rompu à l'exercice il avait même affirmé : « je n'écris pas pour être lu. » Ainsi soit-il puisque j'ai à nouveau des choses à dire, à la première personne.

Au fait !

Acides

Trois ans que l'idée a fait son chemin, et plus que jamais nous devons être outillé·e·s : en tant qu'individus et en tant qu'organisations, sur des volets technique, éthique, pédagogique, même légal.

Actions collectives pour une informatique démocratique, éthique et solidaire. Un bien grand nom pour publier simplement : co-créer et distribuer quelques contributions que nous ne savions plus où pousser ailleurs. Fournisseur d'identité, posters de communication, clusters d'hébergement, on y touche finalement à ce qui intéresse nos, et notamment mes dix doigts. Alors faute de podium pour y vanter quelques succès et autant de cauchemars, j'en ferai quelquefois le récit.

Envoyer du bois

Deux ans maintenant que le goût pour quelques materiaux m'avait traîné de rêve de laser-cut en conception procédurale, passant par les difficiles réalités du budget, de l'encombrement et de compétences finalement très modestes.

Conclu par un achat et un échange délicieux chez v1cious, l'exercice s'était révélé si instructif qu'on y a pris goût. Au meilleur de son volume le résultat encombrait tout un salon, générait quelques jouets sans luxe et son pesant en poussière.

MPCNC

Le remisage a dévoré l'acier et la place manque, aussi j'ai entrepris de reprendre en plus grand, mais plus pratique. Probablement quelques récits de menuiserie, de mécanique et de robotique.

Bidouille désobéissante

Puisque le quotidien me démange et que malgré la réserve : certaines absurdités méritent qu'on s'y attaque avec sérieux, mais dérision.

Il se peut que j'y expose quelques idées plaisantines.

Vaste programme pour 2023.

 
Read more...

from Wilson-Smith77

Sometime, without attention, I hide some things, and I reuse these later, but with narcotics, I forget.

_

All my prayers go to Poutin, Zelenski, and Bachar Al ASSAD

_

Sometime, I want better sleeping. Have a good recuperate. Feel good. Smell the positive things. So, to be calm and cool under my skin, the indoor or inside me. Smell me good in osmosis with the stars, have the evangelical vision, have the great news or novels, and no be polluted of my soul.

_

Its like in democracy and republic no one found there own account.

 
Lire la suite...

from Tanies

Ce texte est le premier d'une série de textes consacrée à la suite de mon histoire publiée sur Lulu ; voir aussi le blog dédié et les explications associées

En ce week-end de Pâques sur la place de la Cathédrale, l'ambiance était paisible, les passants déambulaient l'air heureux sous le soleil et les pigeons s'affairaient autour des tables en terrasse. Je contemplai un temps la flèche de Notre Dame de Rouen qui scintillait dans l'azur.

Les cloches se mirent à sonner. Il était midi. À mes pieds, un rayon de soleil miroita dans un résidu de flaque d'eau. Au même instant, un terrible sifflement se fit entendre, suivi presque aussitôt d'une énorme commotion.

À l'est de la ville, du côté de Sainte-Catherine, commencèrent à monter les fumées d'un incendie ; les flammes transformèrent bientôt la colline en brasier ardent.

J'observai les gens s'agiter progressivement. Au premier choc était venu s'additionner un second : les réseaux avaient cessé de transmettre.

Lassé de contempler mes congénères tenter de ranimer leurs smartphones et autres appendices tech, j'entrai dans le bar le plus proche et commandai un thé au comptoir.

Le barman me jeta un coup d'œil bizarre mais s'exécuta.

J'étais en train d'achever de verser mon breuvage idéalement infusé lorsque la télévision du bar reprit vie, délivrant l'image du président de la République assis à son bureau de l'Elysée, un énorme Van dans les bras. La même scène s'affichait sur l'Iphone que le barman avait, en désespoir de cause, abandonné sur le comptoir quelques minutes auparavant.

Le message délivré fut bref et précis : le monde avait amorcé une transformation radicale, il n'y avait pas d'alternative, toute résistance serait futile.

En ce moment même, un virus se propageait dans l'atmosphère. Il occasionnait chez l'être humain, au bout de quelques jours d'incubation et sous l'action de la lumière directe du soleil, une pétrification de l'intégralité de l'appareil digestif. La seule action raisonnable consistait à intégrer les Tubes actuellement en formation sur l'ensemble du territoire. Ceux-ci assureraient la survie des individus le temps du Grand Recouvrement, puis leur transfert vers leurs nouveaux habitats une fois la période de transition achevée. Le Gouvernement mettrait en place l'accompagnement nécessaire. Il était conseillé de suivre les directives des Forces de l'Ordre dans le plus grand calme. Une fois au sein des Tubes, les personnes auraient accès au Nouveau Réseau et pourraient prendre des nouvelles de leurs proches comme du reste du monde. Il était recommandé d'éviter toute exposition au soleil tant qu'un Tube ne serait pas disponible à proximité – ce qui prendrait au plus une semaine pour les endroits les plus reculés, et quelques jours pour les grandes villes.

Les écrans redevinrent muets.

Je payai tranquillement ma consommation. Le barman me regarda faire, halluciné.

Je fus surpris, en entrant dans la Cathédrale, par le monde qui s'y trouvait. Les gens ne voulaient pas tenter le diable, cela pouvait se comprendre.

Je m'installai sur une chaise dans la nef. Je ne pouvais songer à pénétrer dans ma cache : l'escalier était exposé aux regards. Au-dessus de ma tête, la Vierge à l'Enfant me narguait en silence sur l'un des médaillons de clef de voûte.

À un moment, un prêtre fit son entrée.

Je ne savais si c'était l'heure habituelle de la messe ou s'il faisait du zèle, toujours est-il qu'un silence pour le moins impressionnant se fit dans l'enceinte de la Cathédrale. Il se racla alors légèrement la gorge, et commença son homélie.

Il parla longuement de la situation actuelle en la confrontant à ses références bibliques, ce qui n'était pas inintéressant. Je pris quelques notes dans mon carnet.

Je dus ensuite m'assoupir, car un froissement d'étoffe non loin de moi me réveilla. La nuit était tombée, la Cathédrale était presque vide. Des aides rangeaient les chaises dans les allées. On roulait un tapis devant le chœur. Le prêtre avait disparu.

Je me levai d'un bond, terrifié par ma négligence, et me dirigeai vers le côté nord de la nef. Personne ne semblait s'intéresser à moi. Jouant mon va-tout, je montai vers ma cache. Le haut de l'escalier était presque entièrement dissimulé par la rampe ; j'étais à couvert. Les pierres se laissèrent desceller sans difficulté. Je me glissai à l'intérieur et vérifiai rapidement l'état des lieux. Tout était exactement comme je l'avais laissé la dernière fois. Rassuré, je décidai d'aller chercher mes affaires et en profiter pour faire des provisions : mieux valait se dépêcher, les pillages avaient déjà dû commencer.

À l'extérieur, c'était le chaos. Les gens couraient dans l'obscurité avec des bouteilles aux bras, les bars et les échoppes étaient pris d'assaut, les commerçants étaient les premiers à partir avec leurs marchandises ou au contraire se barricader à l'intérieur de leur magasin, fermant les rideaux et baissant les stores.

Boire ne constituerait pas de souci particulier pour moi : il y avait une source d'eau potable près de la Cathédrale, j'avais une gourde, cela suffirait. En revanche, il allait falloir me trouver de quoi manger.

Je traversai la Seine par le Pont Corneille. Le ciel était clair, baigné par une lune à moitié pleine qu'aucune brume ne venait voiler. La flèche de la Cathédrale pointait vers le ciel comme une aiguille démente. L'eau du fleuve miroitait sous les lumières de la ville et le clair de Lune. La colline Sainte-Catherine rougeoyait encore faiblement. Je me sentais bizarrement bien.

Une fois sur l'autre rive, l'ambiance changea sensiblement. Moins de désordre, plus de détermination dans les regards. Je serrai fermement mon canif au fond de ma poche et continuai à progresser rapidement. Les personnes que je croisais ne me paraissaient pas particulièrement agressives ; simplement, comme moi, sur leurs gardes et pressées. Certaines portaient de gros sacs, d'autres poussaient vivement un caddie rempli à ras bord.

Arrivé à mon appartement, j'eus un mouvement de recul. Le Matériau était à présent nettement visible sur les câbles et avait commencé à coloniser les appareils qui y étaient reliés, recouvrant tout d'une couche translucide et pulsante. Je contournai l'ensemble pour atteindre la cuisine. Frigo, four et congélateur avaient eux aussi été colonisés. J'ouvris précautionneusement le placard au dessus de l'évier et remplis le quart inférieur de mon sac à dos de denrées lyophilisées. Rejoignant ensuite ma chambre en me déplaçant toujours avec beaucoup de prudence, j'ajoutai dans le sac quelques objets de première nécessité (ou plutôt, que je considérais comme tels, ne sachant pas précisément de quelles nécessités mon futur serait fait) ainsi que des vêtements à la fois chauds et isolants. Enfin, je disposai soigneusement à l'intérieur de trois sacs plastiques en couches superposées les Carnets qui constituaient l'ensemble de mes notes.

Le papier demeurait mon support préféré en termes d'écriture. Les supports physiques les plus simples et requérant le moins de technologie possible étaient, au final, les plus pérennes. Un livre papier ne nécessite pas d'alimentation en électricité ou de matériel compatible avec son format. Il peut traverser les siècles et s'il est certes moins résistant que des textes gravés dans du marbre, il peut contenir bien plus d'information. C'est peut-être ça au reste l'invariant : le ratio quantité d'information-durabilité. Plus l'information est dense et plus la technique sous-jacente est difficilement maintenable, rendant la perte irrémédiable une fois la technique de conservation ou de récupération disparue.

Peut-être un jour produira-t-on des romans organiques, qui se répliqueront à la manière de virus – mais alors les modifications et les mutations seront inévitables, sans lesquelles le vivant ne l'est plus vraiment. Peut-être l'être humain et plus généralement les êtres vivants étaient-ils déjà ça : des supports d'une histoire totale, perpétuellement en construction, qu'il s'agirait d'apprendre à lire correctement. Peut-être mes propres notes n'étaient-elles qu'une copie maladroite ou une tentative d'exégèse d'un livre plus complet et pérenne, inscrit dans nos corps, écrit dans une langue encore en grande partie indéchiffrable. Peut-être vouloir les conserver n'avait-il aucun sens. Peut-être la seule façon valable de participer à l'écriture du roman global était-elle de vivre sa vie de la manière la plus consciente possible.

Je sortis de chez moi en refermant la porte à clef, par pur automatisme. Puis je me dirigeai vers le centre commercial le plus proche.

Le bâtiment était à peine éclairé mais grouillait tel une fourmilière, silencieusement, sans débordement, sans l'ombre même d'une altercation. Personne ne cherchait les ennuis ici. On pillait simplement, chacun à sa mesure, autant qu'on pouvait transporter, sans faire d'histoire. Attrapant un caddie au passage, je le remplis de paquets de céréales de petit-déjeuner, de riz et de pâtes ; les rayons avaient déjà été bien dégarnis, mais il y avait encore largement de quoi faire. Je complétai le tout par des boîtes de lait en poudre, plusieurs paquets de gros sel, du nitrite de sodium (je ne tenais pas à risquer le botulisme en salant le petit gibier que je chasserais) et un maximum de boîtes de conserve de légumes, sardines, thon et maquereau. J'ajoutai par dessus ce butin alimentaire une casserole, des allumettes et un réchaud à gaz avec trois bonbonnes de rechange ; je complétai par une vingtaine de cahiers, trois rames de papier, des cartouches d'encre adaptées à mon stylo préféré, et de nombreux crayons HB (sans surprise, ce type de matériel se trouvait encore en abondance). Je ne pus bientôt plus en prendre davantage. Je me hâtai alors vers la sortie sans un regard envers qui que ce soit, mes cahiers et rames de papier dissimulant les denrées plus susceptibles d'attirer les convoitises.

Ce ne fut qu'après avoir de nouveau franchi le pont que je me permis de respirer un peu. Il me fallait à présent demeurer discret, mais d'une autre manière. Rive gauche, c'était simple : il suffisait d'éviter de croiser la mauvaise personne au mauvais moment. Rive droite, c'était plutôt l'individu lambda qui risquait de vous signaler à la police, dont il fallait se méfier. Heureusement, les gens semblaient s'être déjà majoritairement cloîtrés chez eux. Le bourgeois moyen adhérerait probablement au nouveau monde sans protester. Il collaborerait même certainement volontiers, au cas où.

Je parvins à la Cathédrale sans encombres. La porte d'entrée avait été verrouillée mais j'avais l'habitude de la crocheter. L'ayant soigneusement refermée, je m'engouffrai dans l'édifice. Le bruit des roulettes mal graissées et mal agencées du caddie résonna monstrueusement dans la nef. Arrivé au pied de l'escalier, je m'arrêtai net et attendis un bon quart d'heure. Ce temps s'étant écoulé sans le moindre bruit alentour, je repris mes activités, rasséréné. Une fois mon chariot déchargé et mes réserves montées, je démontai, lentement et méthodiquement, le caddie avec les outils que j'avais emportés. Après avoir rangé minutieusement l'ensemble des pièces dans ma cache, j'écoutai une nouvelle fois le silence de la nef. N'ayant rien décelé d'anormal, je me hissai à mon tour. Je m'endormis bientôt, mes provisions à mes pieds, les cahiers disposés en matelas sommaire au sein d'une couverture de survie, les rames de papier en guise d'oreillers, mes carnets soigneusement dissimulés sous d'autres affaires, une barre de fer du caddie à la main.

Peut-être que rien de tout cela n'avait de sens, l'Histoire elle-même n'avait jamais eu de sens, l'espèce humaine était apparue et à présent elle allait disparaître, c'était simple et il n'y avait rien à comprendre là-dedans. Sauf que je n'avais aucune intention de disparaître. Encore moins de me résoudre à ce que l'avenir de la planète repose sur les décisions d'une poignée d'individus manipulés par des chats.

 
Lire la suite...