TeDomum Write

Reader

Read the latest posts from TeDomum Write.

from Shinra

Les débuts en tant qu’aide à domicile.

Ça y est, j’ai déjà tenu 15 jours \o/. Ayant été embauché comme aide à domicile à temps partiel (61,75h par mois) en tant qu’agent.

Alors, qu’est-ce que ça peut être ou faire un·e aide à domicile ? Dans mon cas, ça a été de la toilette matinale dans un lit médicalisé, jusqu’à… devoir attraper le coq pour l’isoler dans un clapier. Mais ça passe aussi et surtout par faire le ménage, laver et sécher le linge, entretenir le feu et rentrer le bois, faire à manger… Bon, par contre, attendez-vous à être appelé·e “femme de ménage”, “aide ménagère” et non aide-à-domicile.

Les personnes accompagnées ont de 50 à pas loin de 100 ans, peu dépendantes dans la grosse majorité des gestes quotidiens mais ne sachant pas réaliser certaines tâches.

Les accompagnements durent au maximum 2h mais peuvent se répéter plusieurs fois sur la semaine, et sont catégorisés soit « ménage » soit « actes essentiels ». Cette seconde catégorie tourne surtout autour des toilettes et des préparations repas.

Ce que je découvre, c’est que ces accompagnements, au mieux se suivent avec 15 minutes pour réaliser le trajet jusqu’au suivant (que tu sois à 5 ou 20 minutes du lieu) mais que parfois tu as de sacrés trous entre deux… et qu’il t’arrive d’être trop éloigné de la maison pour qu’il soit intéressant d’y revenir car tu mettrais trop de temps ou tu ferais trop de kilomètres. La pire journée a été une sortie de chez moi pour aller bosser de 10h à 19h… mais avec seulement 4h30 d’intervention et pas de possibilité de revenir au domicile sans faire exploser le nombre de kilomètres de la journée.

D’ailleurs ces kilomètres me sont encore un peu obscurs, non dans leur définition vous l’imaginez bien ^^, mais leur comptabilisation : d’après la convention, tout kilomètre fait entre deux interventions est pris en charge. D’après la personne vue lors de l’entretien, les kilomètres faits à l’embauche et la débauche sont pour ma pomme. Et suivant la personne du cse que j’ai eu la chance d’entendre au téléphone, devraient être pris les kilomètres aller et retour pour les actes essentiels et ceux entre les accompagnements. Mouais, va falloir être vigilant sur le remboursement de ces kilomètres et bien comptabiliser ceux qui ont été fait (tiens, ça me rappelle qu’il faut que je retranscrive dans le petit-carnet-qui-va-bien, les différentes distances parcourues).

Petites réflexions rapides : 1° dans la campagne où je bosse, l’aide à domicile est un service qui est possible grâce au pétrole, je n’ai que très peu de chose à moins de 20 km de la maison et rien en dessous de 10 km actuellement. 2° on est catalogué comme « essentiels » de par nos actes, mais force est de constater que le salaire n’est clairement pas l’attrait de la profession 3° un peu l’impression d’avoir été lâché comme ça dans le grand bain, mais je reviendrai là-dessus. Rien de dramatique, juste un ressenti 4° je suis qualifié d’agent … mais il me semble que ce qui m’est demandé dépasse ce statut.. 5° pas de chef au quotidien sur le dos et ça, ça fait un bien fou..

allez, prenez soin de vous

si vous le voulez vous pouvez me retrouver sur Mastodon ou Diaspora* . Au plaisir de vous y lire

#travailsalarié #aideàdomicile

 
En savoir plus...

from Tonton Mollo

À propos de l'appréhension de la vitesse, Ados, Scoots/Motos et vous aussi.

Vous connaissez la question des collégiens quand on les approche en bécane : « À combien elle roule, M’sieur ? »

Leur rêve de s’éprouver, de tester leurs limites, de se procurer des sensations fortes et de frimer est bien légitime.

Reste qu’un casque moto dûment homologué ne protège que d’un impact direct à 27 km/h. (Je vous expliquerai pourquoi si vous voulez.)

Reste que ces petits bouts admettent parfaitement que l’on naît sans pouvoir marcher et qu’il faut environ 6 ans à un enfant pour maîtriser toutes les situations de déambulation, mais qu’avec un papier rose et 7 heures de formation c’est open bar pour faire vroum ! Quand bien même on leur aura aussi fait calculer qu’en classe de troisième ils auront suivi plus d’un millier d’heures de maths ou de français.

Alors si vous avez des ados qui ont des abeilles pour s’encanailler de la poignée et qui rigolent quand on leur dit vainement « ne roule pas trop vite ! », voici une modeste contribution.

Partons du postulat que leur dire « si tu roules plus vite que 50 km/h en ville tu vas avoir une contravention ! » c’est aussi efficace que le violon pour se protéger de la pluie de grenouilles.

Nous intervenons bénévolement avec la FFMC dans les collèges et les lycées, nous avons reçu une formation d’environ 30 heures pour ça au sein de notre mouvement et nous avons obtenu un agrément du ministère de l’éducation nationale renouvelé depuis 2012. Ce n’est peut-être pas utile de le préciser mais notre « protocole » nous impose d’intervenir à deux et le plus souvent leur prof n’est pas avec nous sur ce type d’interventions. Ça peut expliquer le comportement très volontaire des gamins…

Bien souvent des classes SECPA ou celles qui nous avaient été présentées ayant des réputations de « voyous » au sein du collège se sont montrées les plus participatives et mutu-enrichissantes, alors qu’à l’inverse les « dociles » vu·e·s de l’administration auront été de plus piètres participant·e·s.

Comment nous y prenons-nous, entre autres, pour essayer de faire appréhender la vitesse à ces gosses ?

C’est bien plus compliqué que de leur dire « tu vas prendre une amende si tu roules trop vite » mais à partir de notre expérience de cette tentative d’exercices scabreux, que je vais décrire, ça frappe un peu plus leurs esprits que la perspective de la prune.

On fait en 3 étapes :

— Perception des distances — Perception du temps — Le scooter magique qui passe au travers des murs.

*Distances

Nous sommes généralement dans leur salle de classe habituelle, alors on leur demande naïvement « Elle mesure combien de long votre classe ? »

— « Allez-y, nous allons noter, comme elles viennent, toutes vos propositions au tableau. »

Leurs propositions fusent, ça s’ébroue de partout et on entend des chiffres, tellement vite que l’on ne voit souvent pas l’élève qui avait son idée mais levait la main en attendant sagement pour qu’on lui dise de la dire, il faut faire attention à ces détails. On n’est surtout pas là pour en faire des huîtres.

Verdict : Disons une salle d’une longueur de 10 m, les propositions annoncées vont de 4m à 20m dans les cas les plus « extrêmes » que nous avons pu rencontrer. En moyenne c’est une marge d’erreur de −50 % à +50 %. Soit, passons à la suite :

  • La mesure du temps, ou plutôt des durées.

L’exercice qui ne dure pas longtemps non plus, est le suivant :

Nous demandons au sein de la classe si un « Huissier » peut se proposer pour observer ce jeu afin que les mioches soient assuré·e·s du résultat qui s’en vient. Contrairement à certains corps qui s’illusionnent comme la police, nous savons que notre parole n’a en principe aucune valeur à leurs yeux et que celle de l’un d’entre-eux compte beaucoup plus que nos doctes affirmations que nous évitons d’ailleurs.

Nous invitons l’« Huissier » à venir s’asseoir à une place où il voit toute la classe. Nous n’intervenons qu’avec des demis-classes et nous bouleversons l’implantation de la classe pour n’en laisser que des chaises en demi-cercle, et nous restons en leur milieu hors d’une quelconque élévation d’estrade.

Il leur est en principe assez facile de participer à ce jeu. Les règles sont les suivantes :

Nous leur donnerons un premier « TOP » où ils fermeront alors les yeux.

Puis à un second « TOP » ils doivent, toujours les yeux fermés, compter dans leur·s tête·s jusqu’à 10 secondes, des secondes pas des un-deux-trois soleil. On leur demande ici d’essayer de se comporter comme des horloges.

Puis quand ils.elles seront parvenu·e·s à 10 secondes dans leur « comptage », de lever un bras, de garder les yeux fermés jusqu’aux prochaines instructions (C’est presque fini !)

Quand toute la troupe a terminé son comptage « mental », nous les libérons de leur aveuglement volontaire, puis nous demandons à l’« Huissier » de nous décrire ce qu’il a vu à propos de la séquence des bras qui se sont levés pour signaler la fameuse mesure à « 10 secondes » de comptage qu’il a pu constater.

Vous-vous en doutez, la précision métrologique est une catastrophe, on est dans une fourchette de 5 à 15 secondes le plus souvent.

À ce stade, bien entendu, on se garde bien de fouetter au barbelé rouillé les mauvaises réponses, on se contente de noter et de remercier les contributions.

Puis, il faut leur dire gentiment que toutes leurs mesures relèvent du pifomètre complet.

Pour la mesure des distances on annonce l’imprécision, il y a toujours un Einstein en herbe qui a eu l’idée des dalles du plafond ou des plaques de carrelage pour vérifier le bon chiffre, très très souvent après coup.

Pour les durées, ma foi tout le monde admet que depuis qu’il n’y a plus d’horloges Comtoises qui battent la seconde dans les classes, hé bé on est bien emmerdés. :–)

Ça devient sensible, car ces mioches ont bien compris que nous les avions en quelque sorte piégés, ils ont alors des regards étranges, tellement habitués à être sanctionnés pour leurs erreurs. On n’est pas des chiens, on explique alors que l’on ne mesure pas leurs capacités propres mais un échantillon représentatif de l’espèce humaine et ses sens/capteurs qui ne sont pas adaptés pour ces unités ! Mesurer les mètres, les secondes ça ne sert strictement à rien pour échapper aux dangers, se nourrir et se reproduire.

Le plus dur est fait, il va falloir faire des genres de mathématiques. En expliquant que nous avons tenté collectivement de mesurer temps et distance. La crête est alors un peu raide pour parvenir à leur faire combiner ces deux « unités » pour comprendre que la distance par le temps c’est la vitesse.

À ce stade on perçoit combien cette notion est complètement vaporeuse, inscrite dans leurs (et nos) esprits par des images de compteurs de machines sportives, de panneaux de limitation de vitesse ou d’annonces fracassantes.

Ils admettent alors que leur voisin qui sort énervé sur la route pour dire « Celui-là il roule au moins à xx km/h c’est honteux ! » cela relève d’une abusive approximation.

  • On peut passer au scooter magique qui passe au travers des murs.

On leur demande d’imaginer que les murs opposés de leur classe, vous vous souvenez ceux qui sont distants de 10 m, sont des parois que l’on peut traverser à l’aide d’un scooter magique. En haut de chaque seuil il y a une lumière verte qui indique si la paroi est ouverte ou  rouge si elle est fermée.

« On roule à maximum combien en ville ? » demande-t-on.

On retiendra la bonne réponse majoritaire : 50. La proportion de réponses « 30 » progresse au fil des années, c’est bon signe.

Nous leur demandons d’imaginer l’expérience de pensée suivante :

Les deux lumières des murs sont vertes.

Derrière le premier mur, dans une autre classe, vide, un élève conduit le scooter et accélère pour franchir le premier mur à la vitesse de 50km/h, il traverse toute la longueur de la classe et disparaît derrière le second mur. Il va bien.

« À votre avis, combien de temps aura duré son transit dans la classe ? Entre sa sortie du premier mur et sa disparition derrière le second, sachant qu’il roulait à 50 km/h. Allez ! On note vos réponses.»

« 8 secondes », « 5 secondes », « 10 secondes », « 6 secondes », un timide « 3 secondes »

Ensuite ça devient compliqué pour des troisièmes ou des quatrièmes, il faut leur expliquer que l’on dispose de tous les paramètres pour calculer ce temps de transit sur 10 m à 50 km/h.

Je vous passe l’épisode de la conversion de km/h en m/s.

Des « gnans gnans c’était mieux avant avec le certificat d’études, groumpf » pourraient exploiter toutes leurs réponses farfelues car trop spontanées quand on demande « il y a combien de secondes dans une heure ? », ou « un kilomètre, c’est combien de mètres ? ». C’est vrai que dans le feu de l’action on entend des « 60 », des « 360 » ou d’étranges « 1200 ».

Spoil : 50 km/h c’est 13.88 m/s donc pour traverser cette classe de 10 m à cette vitesse il suffit de 0.72 secondes. Hé ouais !

C’est assez bouleversant de constater qu’entre leurs perceptions et la réalité on frise souvent un facteur 10.

Note de la rédaction : 50 km/h c’est la vitesse à laquelle on atterrit sur le bitume si l’on saute du troisième étage, tout nu ou avec un édredon ou un haltère.

Deuxième et dernière expérience de pensée avec le scooter magique, c’est bien, maintenant il est chaud.

C’est le même scénario que dans l’épisode précédent, mais une fois le premier mur franchi, notre vaillant conducteur de scooter magique constate immédiatement que sur le mur de sortie le voyant est rouge.

« Alors, que peut-il faire ? Freiner ? »

En fait à peu près rien, le temps qu’il aperçoive le voyant rouge sur le mur de sortie, dès qu’il a passé celui de son entrée dans la classe et qu’il décide d’envoyer un influx nerveux dans les muscles de ses mains pour freiner, et avant que les plaquettes mordent le disque il se sera écoulé dans le meilleur des cas une demi seconde.

Vous connaissez maintenant l’origine de la viande du hachis parmentier qui sera servi à la cantine pour midi.

Voilà, vous connaissez la trame à partir de laquelle on essaye de travailler.

Si ça pouvait vous servir en famille ou dans la cadre de votre enseignement à orienter vos cours d’ASSR1 et ASSR2.

C’est verbeux j’en suis navré, mais pour ça nous n’avons pas trouvé de moyens plus simples de leur faire appréhender cette notion de vitesse qu’ils vont côtoyer toute leur vie.

Remarques bienvenues en DM à @tonton_mollo@mamot.fr

Faites gaffe à vous !

 
Read more...

from Nasra's games

God mod = 1

Le jeu sur PC c'est aussi la joie de pouvoir installer de nombreuses modifications faites par la communauté de joueurs ! Et il faut l'avouer, sous Linux, ces possibilités sont plus limitées. Souvent à cause de la non portabilité de certains outils bien pratiques pour les communautés (Vortex par exemple, disponible seulement sur Windows). Mais, grâce à ces trouvailles, vous devriez trouver votre bonheur maintenant !

Vortex sur Windows

Modbuddy, austère mais efficace !

Quand je parle d'austère, je parle de ce genre d'interface : ModBuddy

Le projet est tout jeune, il faut le compiler à la main, et comme l'indique son créateur : « Je ne suis pas UX designer, ni un développeur QT, ni un chat. Ceci est un projet pour mes besoins personnels que je trouve très pratique pour moi ».

Je vous laisse tester tout cela et en parler éventuellement dans le forum ou dans le discord !

SteamTinkerLaunch

Ça, c'est LA trouvaille du moment ! Si vous utilisez Steam, les SteamWorks sont votre boussole pour les mods. Imaginez que vous pouvez intégrer d'autres mods sur l'interface de Steam, intégrer d'autres outils précieux et bref, faire votre tambouille avec tout ce qui existe comme outils bien utiles aux gamers ! C'est ce que propose SteamTinkerLaunch.

SteamTinkerLaunch

Voici une liste des quelques fonctionnalités de SteamTinkerLaunch

Outils externes

Tous les outils connus comme Boxtron, Luxtorpeda, Goverlay, MangoHud, vkBasalt, etc...) et qui peuvent être activés avec une commande au démarrage d'un jeu.

Options graphiques

  • Misc : Toutes les options de configurations qui ne peuvent pas être classées quelque part mais qui sont très utiles ;)
  • Proton : Changer de version de Proton, téléchargement automatique de versions, versions customisées...
  • Gestionnaire de Shader : Téléchargement, mise à jour, installation, activation, désactivation, avec le support de ReShade et Depth3D
  • Stl : Stl a de multiples options de configuration.
  • Tweaks : Quelques mini fichiers de configuration (aussi appelés “Tweakfiles”) pour démarrer quelques jeux récalcitrants.
  • Vortex Mods (oui oui)
  • VR : Side by Side VR : Jouer avec vos jeux en VR en side-by-side mode.
  • Wine : Téléchargement et utilisation de versions différentes de Wine à la place de Proton...

Plutôt pas mal, non ? Pour la liste complète, vous pouvez aller voir le wiki. SteamTinkerLaunch

Bon jeu !

#linuxgaming #mods

 
En savoir plus...

from Nasra's games

Ça c'est pour un peu de nostalgie !

DOS ? DosBOX !

Pour lancer des jeux anciens, il vous faut un logiciel qui s'appelle DosBOX. DOSBox est un émulateur simulant un environnement compatible MS-DOS dans le but d'exécuter des jeux vidéo développés autrefois pour ce système. Et comme DosBOX est publié en licence GPLv2, il est disponible dans les dépôts de nombreuses distributions.

DosBOX

DosBOX et Steam

Avec le temps, de nombreux éditeurs se sont mis à republier leurs jeux. GOG en a fait son business en réadaptant des jeux autrefois non compatibles avec les versions plus récentes de Windows. Mais comme DosBOX va plus loin (la compatibilité avec MS-DOS, le système présent avant Windows), il est souvent aussi intégré dans les releases de GOG.

Et pour nous Linuxiens, ça va nous poser des soucis. Les launchers sont forcément des .EXE, compatibles ©Windows, et pas DOS. Nous avons donc besoin d'un outil qui intègre Wine et DosBOX pour lancer tout cela.

AlleyCat

Boxtron

C'est ici que Boxtron entre en jeu. Il s'agit d'un outil intégrant Wine et DosBOX, plus quelques bonnes idées de développement pour réduire l'input lag et quelques soucis de son et de résolution.

Comment installer tout ceci ?

Tout est là ! Installer DosBOX et ses éléments :

$ sudo apt install dosbox inotify-tools timidity fluid-soundfont-gm

Télécharger les sources, entrer dans le dossier, compiler :

$ git clone https://github.com/dreamer/boxtron.git
$ cd boxtron
$ sudo make install

Redémarrez Steam, et voilà !

Utiliser Boxtron pour vos jeux GOG

Pour installer aisément les jeux DOS (et ©Windows aussi !) venant de GOG dans votre librairie Steam, utilisez le script inclus :

$ ./install-gog-game ~/Downloads/setup_warcraft_orcs__humans_1.2_\(28330\).exe

Cela va installer le jeu dans ~/.local/share/games préparer l'installation qui marchera bien avec Steam et générera un raccourcis .desktop pour l'ajouter à votre librairie Steam. Après cela, vous pourrez jouer à votre jeu avec Proton ou Boxtron. Ce script dépend seulement d'une librairie Python standard, vous pouvez changer les dossiers de destination comme vous le souhaitez.

#steam #linuxgaming #dosbox #boxtron #wine #gog

 
En savoir plus...

from Shinra

Il y a des partages joyeux et légers car tous ne peuvent pas être tristes et compliqués.

aujourd'hui et bien presque tout va bien. La recette, une météo sympa, de la #cuisine, du #jardin et du temps, vu que je n'ai que 45 minutes de boulot ce soir.

Résultat, première tentative d’œufs en saumure avec les œufs de la maison dont il faudrait un jour que je vous présente les cocottes qui s'échinent à pondre des choses que je vais leur piquer régulièrement (bon 2 œufs marqués restent pour les inciter à couver… sait-on jamais)

La saumure? 250 ml de vinaigre ; 250 ml d'eau ; 1 cac de sel ; 70 gr de sucre. Faites bouillir le tout et verser sur les œufs durs que vous aurez placés dans un bocal à fermeture mécanique.

premiers œufs maison en saumure

Pour le jardin: semis de radis de dix-huits jours ; plantage d'oignons blancs “snowball” à deux endroits différents pour éviter les gros malheurs en cas d'invasion par les chats ou les poules. Et en faisant le tour ,je vois que les courges sortent, ainsi que la première ligne de carottes rouge-sang. Les salades et poireaux aussi mais ça semble bien timide ><

petites carottes devraient devenir grandes

et les courges poitent le bout du nez

et pour le temps, il y a suffisamment de soleil que pour créer de “jolies” ombres

désolé pour la taille des photos… me suis emballé… elle seront modifiées

 
En savoir plus...

from Carnets de Covid

Appart mal isolé, il pleut désormais dans la chambre. La défilé de moteurs à explosion continue là dehors. Trop froid pour sortir. On y est. Troisième pseudo-confinement. Au tout premier, je plaignais les gens bloqués en ville, sans soleil. M'y voici m'y voilà, avec fuites et bruit en bonus. Qu'est ce qui nous tuera en premier? Le changement climatique? L'idéologie capitaliste? Une pandémie de variants ultra-virulents? L'isolement? C'est officiel, ma famille n'est plus. Ce soir en plein dîner, mon père a eu l’indécence de lire sans avertir une sorte de contrat de loyer, avec chiffres et détails juridiques à l'appui, comme si nous étions dans une relation purement propriétaire/client. Tout le monde écoutait poliment, même mon frère, qui affirmait il y a une semaine que jamais la famille ne ferait payer de loyer à la famille. 20 ans de locations toujours plus obscènes ont dû altérer son sens de la cohérence. Je suis parti avant la fin tellement ce contrat n'en était pas un. Quand le capitalisme pourrit les relations, il n'y a plus d'amis, de famille, de proches. Tout n'est plus qu'un livre de compte, de transactions bien nettes, de possessions, possédants et possédés. On m'avait vendu une communauté, me voici dans un royaume marchand où l'argent et le statut font loi. Seul de nouveau, je refuse de marcher au pas, d'entrer dans la logique mortifère. L'avenir n'a jamais été aussi incertain. Il m'incombe désormais de transformer mon angoisse existentielle en combustible pour avancer vers... autre chose.

 
En savoir plus...

from Shinra

Envie de jouer pour se changer les idées… mais pas trop envie d'acheter du neuf.

Hello les gens,

Ce post est en fait le résultat d'une petite tranche de vie vidéoludique orientée “rétro” ^^

En fait, il m'arrive de temps à autre, comme une réminiscence, de vouloir simplement jouer avec les jeux vidéos que je n'ai pas eu étant plus jeune, bah oui, le gameboy (oui je dis le xp) a été pour mes parents, la seule console qu'ils m'ont offerte et c'était en 89 ou 90 pour les fêtes de fin d'année,un beau cadeau, reçu à la Saint-Nicolas si je ne m'abuse, et ça a été un compagnon de jeu portable du tonnerre, surtout avec super mario . Bon un peu jaloux que le petit frère de 5 ans plus jeune que moi l'ait eu en même temps mais c'était comme ça, gné.

Si cette console était arrivée à la maison, les jeux n'ont pas été très nombreux à y rentrer (dans mes souvenirs), pour quelle raison exacte? Aucune idée, probablement le prix et/ou la disponibilité. Par contre de temps à autre on en avait un d'occasion qui arrivait.

Tout ça pour dire quoi… ? Et bien qu'en fait je suis un grand fan des consoles portables, surtout celles de chez nintendo, encore maintenant. Et de temps à autre je ressorts une ancienne console pour me refaire l'un ou l'autre moment dans une bulle essentiellement 8 bits.

Et ces derniers temps, en plus des gameboys, c'est aussi la gamegear qui refonctionne et la wonderswan…et … des tas d'envies différentes.

Alors ok, c'est cool, j'aime… mais ces bêbêtes ont entre 20 et 30 ans ^^ et elles consomment à mort et les écrans laissent souvent à désirer, les jeux atteignent parfois des sommes de fou pour un bout de plastique et une pcb.

Bah pas grave va, il y a la solution des consoles portables qui peuvent les émuler toutes ces anciennes, mouais ça serait le bon plan en fait. Chic. Haaa, mais non pas trop, c'est que… ça coûte ces trucs là (et la situation n'est pas vraiment à la dépense irréfléchie à faire ><) , autant qu'une ancienne, mais des avantages en plus: on joue à pas mal d'entre-elles sur une seule machine, censée être moins énergivore, l'écran est au poil, si si , je dis que c'est du bon, allez pas grave, cède, pas grave, les chèques-cadeaux du dernier emploi salarié ont été convertis et leur valeur est dispo.

Et là, et bien, il y a une petite voie qui te rappelle tes choix de vie: tenter de moins consommer et si tu le fais, le faire de manière la moins impactante possible. Et une console neuve, et bien, ce n'est pas trop ça. Grmpf…

M*rde >< c'est que l'envie est bigrement là, surtout qu'avec le nouveau boulot, il va y avoir du temps à tuer parfois entre deux interventions à domicile. Et zut !

À 2 doigts d'acheter une anbernic rg351p neuve ou d'occasion, je prends le temps de zieuter sur le net et de glaner des infos et là, c'est une vidéo d'une personne assez critique sur cette console émulatrice, qui me donne une piste: pourquoi en fait ne pas me servir d'une de mes anciennes consoles… pour émuler les autres et la trimballer avec moi en fait ? Surtout que ce que je veux faire tourner comme roms… passe aisément apparemment sur … une playstation portable , les psp. Et ça, il y en a une là à côté des autres déjà ici.

Et bien voilà, mon dilemme est normalement résolu, il ne reste plus qu'à tenter l'aventure: crakage de la console, récupération des roms, et installation des émulateurs. Craquer une console plus très jeune en 2020, l'aventure.

yapuka

Et c'est là qu'il y a eu des surprises, et pas mauvaises ;)

psp avec émulateur

si vous le voulez vous pouvez me retrouver sur Mastodon ou Diaspora* . Au plaisir de vous y lire

#retrogaming

 
En savoir plus...

from Mémoire de Guerre par un soldat inconnu

11 Avril 2021 – Quelque part sur le front

Il y a plus d'un an, cette folle guerre a commencé en France et dans de nombreux pays en Europe. Et pourtant, nous avions vu auparavant les Chinois lancer le combat dans un grand désespoir et nous avons fermé les yeux et même rigolé de les voir réagir ainsi...

Aujourd'hui, plus d'un an après notre entrée en guerre qui a eu lieu le 17 Mars 2020, nous avons lancé l'opération Déconfinement 3 renommée Freiner sans stopper et nous ne pouvons pas dire que la situation est brillante, elle est même catastrophique... Notre Grand Leader Suprême qui aime tant tout décider sans l'aide de personne n'a visiblement pas la science infuse malgré certains commentaires relayés par les médias de propagande.

Nous aurions pourtant les moyens de nous battre si une véritable stratégie était établie et qu'on n'agissait pas au dernier moment mais on préfère laisser le Covid avoir toujours 3 coups d'avance sur nous...

Pour être tout à fait transparent, nous sommes totalement dépassés et nous ne comptons plus les morts, c'est à peine si on parle des 300 à 400 personnes qui tombent chaque jour. On devrait bien certainement en attendre parler d'ici peu quand les 100 000 morts seront atteints en France, soit un sixième des morts en Europe d'après la SPF.

Et il n'y a pas que les personnes qui se meurent... Les libertés suivent également le même chemin, ce qui ne présage rien de bon pour ce fameux monde d'après, surtout que la Milice Française gagne chaque jour plus de pouvoir et écrase les droits des citoyens sans peine. Pauvre France !

Je suis fatigué, épuisé et mes collègues aussi de continuer cette vie en voyant tout ça, sans parler que l'avenir qui se dessine ne laisse voir que du noir. J'ose espérer que la véritable flamme Française n'est pas morte et que le peuple va se réveiller prochainement et faire en sorte qu'on reprenne en main ce pays avant qu'il ne soit trop tard.

Nos espoirs seront-ils entendus ? Si oui, saurons-nous encore en vie pour le voir ?

Tant de questions me tiraillent et me maintiennent éveiller chaque soir. En attendant, je vais rejoindre mon lit de camp et tenter de dormir un peu pour oublier ce monde aberrant qui n'a plus aucun sens à yeux.

Bonne nuit camarades, continuez de rêver car il se pourrait que ça soit bientôt votre seul espoir.

Un soldat inconnu exténué.

 
En savoir plus...

from Carnets de Covid

Samedi soir, pas un chat dehors, la télé regorge de propagande crasse et autres programmes abrutissants. Nous entamons notre troisième pseudo-confinement, avec assez de liberté pour laisser circuler le virus et assez de restrictions pour saper le moral de tous.

Après un long réveil et une bonne chiasse, ma femme m'adresse à peine la parole et je m'interroge sur ses motivations: j'hésite entre l'engueulade avec mon frère au dîner clandestin d'hier soir, mon humeur particulièrement exécrable depuis des mois, ou son aliénation numériquo-professionnelle.

Aujourd'hui je n'ai parlé qu'à deux personnes hors de chez moi : le boucher, qui fait toujours la gueule, et une ex-psychologue déprimée, rencontrée par hasard. Son histoire m'a parue presque caricaturale : ascendants décimés, abandonnée par ses descendants, discours défaitiste et visage déconfit. Que du bonheur. On a marché ensemble, enfin, elle m'a suivi et j'ai tenté quelques tirades de réconfort, sans trop y croire moi-même. En bon connard antipathique, je n'ai ressenti aucune compassion, rien, juste une prise de conscience de mon propre déni émotionnel. Après avoir semé “la personne”, j'ai cru trouver un coin propice au lâcher prise, dans une belle petite clairière au bout d'un chemin. C'était sans compter la présence d'une caméra de surveillance, bien camouflée dans un arbre et qui eut vite fait de réveiller mon inconfort psychologique.

Quoi d'autre ?

  • Je suis logé à titre gracieux pour le moment mais ma “famille” est entrain de me concocter un loyer sur mesure. C'est ça, l'esprit de famille. Mon frère, qui vient de débarquer, n'y voit pas d'inconvénients, malgré ses arguments anticapitalistes de la veille, d'où notre accrochage verbal qui se soldera évidemment par un claquement de porte.
  • J'ai mendié mes quelques euros d'allocations pour pouvoir bouffer, avec blocages administratifs et chantages aux travaux forcés de rigueur.
  • Les expérimentations grandeur-nature vaccinations vont bon train, le passeport vaccinal se met tranquillement en place.
  • Travailler en visio est toujours aussi aliénant, stressant et déshumanisant. Cerise sur le gâteau : c'est du bénévolat.
  • Je suis sous antidépresseurs depuis des mois et pourtant je ne me suis jamais autant senti vide à l'intérieur. Les miracles de la médecine moderne.

Le printemps est là mais je ne le vois pas.

 
En savoir plus...

from Nasra's games

“C'est du chinois tout ça ?” :D

(excuses plates et coupables à la communauté chinoise qui pourrait très bien dire, “c'est du français tout ça ?” en parlant de charabia incompréhensible)

Goverlay

Goverlay est une interface graphique pour configurer plein de petits outils très utiles pour les jeux sur Linux.

Goverlay permet notamment de configurer MangoHud, vkBasalt et ReplaySorcery.

Je ne vous montre pas de capture avec ReplaySorcery, parce que je n'en ai pas l'utilité, je n'ai pas envie de compiler les paquets, et surtout il demande un GPU Nvidia pour fonctionner ce que je n'ai pas sous la main.

Avec le trio, MangoHud, vkBasalt, et Goverlay, vous avez une belle suite pour évaluer, et régler les performances des jeux sur Linux !

MangoHud

C'est le petit utilitaire qui vous permet, sur les jeux Vulkan notamment, d'afficher ça en jeu :

Mais vous pouvez aussi l'utiliser pour les jeux OpenGL, ça marche aussi. Et pour cela rien ne vaut un Goverlay pour tout configurer et tester. Vous pouvez afficher la température, les fréquences de vos CPU et GPU, les versions de pilotes utilisées... Bref plein d'infos pour débugguer un peu une installation pour optimiser vos jeux !

Ça s'installe comment ?

Dites merci à Martin Wimpress (de la team Ubuntu) d'avoir créé ce ppa pour toutes les distributions à base Debian (Ubuntu, PopOS, Mint...). Vous rajoutez cette source à votre système avec cette commande : sudo add-apt-repository ppa:flexiondotorg/mangohud Puis un petit : sudo apt update && sudo apt install goverlay mangohud vkbasalt Pour tout installer !

On me souffle à l'oreille que ces outils sont aussi disponibles dans les dépôts de vos distributions Arch préférées (Manjaro, Garuda...)...

Bonus !! Mesurer les perfs de son PC

MangoHud vous permet d'enregistrer vos FPS en jeu !

Vous devez pour ce faire spécifier un chemin cible pour stocker les fichiers logs. Quand vous activez le log (en utilisant Shift_Gauche + F2), un fichier est créé avec le nom du jeu, une date et le temps de la capture dans votre dossier fraîchement créé.

Tous les fichiers peuvent être uploadés sur le site Flightlessmango pour créer des graphiques automatiquement ! Vous pouvez les partager, il suffit de renseigner le lien vers la page de votre création !

Vous pouvez aussi uploader de multiples fichiers pour créer un seul graphique avec plusieurs lignes dans le graphique, veillez à bien les nommer au préalable. C'est le nom du fichier qui est repris dans la légende du graphique.

Voici la démarche à suivre !

Bon jeu !!

#linuxgaming #goverlay #mangohud

 
En savoir plus...

from mon-fablab-fr

Image

Ce matin, comme tous les matins depuis maintenant plus de 5 ou 6 ans, je lance mes imprimantes 3D pour fabriquer les pièces des kits, je lance les découpeuses numériques pour découper les pièces des kits également. Et au hasard d'une pensée spontanée, une sorte de flash, de prise de conscience confirmée de l'intérêt de la découpe numérique par fraisage (communément appelée CNC).

Complémentarité entre l'impression 3D et la découpe numérique 2D

En pratique, il existe une très bonne complémentarité entre l'impression 3D et la découpe numérique par fraisage :

  • l'impression 3D offre la facilité d'imprimer des pièces 3D de formes plus ou moins complexes dans un temps raisonnable, en tout cas de façon directe à partir d'une conception 3D ou d'un fichier 3D,
  • la découpe par CNC offre la possibilité de découper rapidement de pièces 2D voire 2.5D (et potentiellement 3D, mais personnellement, je n'en fais pas un usage courant)

Les limites de l'impression 3D en pratique

Ceci étant, l'impression 3D a 2 ou 3 limites conséquentes qui apparaissent clairement au fil du temps :

  • la durée d'impression est longue comparativement à la dimension de la pièce obtenue. Il est très difficile d'imprimer une petite pièce en moins de 15 ou 30 minutes et les “grosses” pièces, de l'ordre de 10 ou 15 cm dans les 3 directions, s'imprimeront en plusieurs heures. Même en optimisant, on n'arrivera pas à descendre en dessous de plusieurs heures.

  • la limite corrélative est la dimension des pièces : plus la pièce est grande et plus la durée sera longue. Et même sur une machine adéquate, si tant est que l'on en dispose, une pièce de quelques dizaines de centimètres s'imprimera en de très nombreuses heures.

  • il faut avoir du filament, ce qui en temps normal peut paraître tout à fait normal et banal, mais l'année 2020 que nous avons vécu a rappelé cette dépendance et les approvisionnements ont été à certains moments tendus voire impossibles. Et les prix montent volontiers au fil du temps... On peut même être victime d'une rupture sur un diamètre ou une couleur que l'on a l'habitude d'utiliser, et c'est une réelle dépendance, un réel blocage potentiel et parfois réel. Dans tous les cas, c'est un coût obligatoire.

A contrario, les avantages de la découpe numérique

Et c'est au vu de ces 2 ou 3 limites que l'intérêt de la découpe numérique par CNC apparaît évident :

  • la durée de découpe d'une pièce est courte pouvant aller de quelques minutes pour une pièce de quelques centimètres, à dans tous les cas moins d'une heure, même pour des pièces de plusieurs dizaines de centimètres ou avec de nombreux perçages / évidements

  • la dimension maximale est volontiers de l'ordre de plusieurs dizaines de centimètres ou du mètre selon la machine dont on dispose. On peut envisager la découpe d'un skateboard par exemple ou de petits meubles.

  • n'importe quelle plaque de matière est utilisable et çà c'est un vrai plus pour au moins 2 raisons.

    • La première c'est la disponibilité du matériau : on peut vraiment faire avec ce que l'on a sous la main, même de la palette peut être utilisée, un reste de lattes de plancher, de lambris, une plaque de mélaminé d'un vieux meuble, du médium, mélaminé ou du pin en plaques du brico du coin, et bien sûr des plaques plastiques, ou de composites achetés exprès tels que le HPL.
    • La seconde raison, c'est que l'on bénéficie des propriétés mécaniques du matériau utilisé (globalement homogène) qui en général sont bien meilleures que le plastique imprimé en 3D. Les épaisseurs peuvent aller jusqu'à plusieurs centimètres selon la machine.

En pratique, la découpe numérique par fraisage devient la technique de premier recours

Au final, au fil du temps et de l'usage régulier (dans un contexte d'usage quotidien des 2 technologies depuis plusieurs années), la complémentarité entre la découpe numérique par CNC et l'impression 3D ne se démentent pas.

Mais clairement, l'impression 3D tend à devenir une technique “spécifique” au besoin de formes 3D de petite taille alors que la découpe numérique par fraisage tend clairement à devenir la technique de fabrication de premier recours, notamment sur de nouveaux développements, car les pièces sont obtenues rapidement, c'est solide, c'est étanche si le matériau l'est, on peut utiliser des matériaux de récup', les dimensions peuvent être conséquentes.

La limite par contre avec la découpe numérique sera le besoin de pièces 3D “vraies”, et l'impression 3D garde ici clairement sa place. Diverses techniques par contre peuvent venir suppléer à cette limite, notamment l'usinage 2D successif (ou 2.5D) ou encore la possibilité d'empiler des formes découpées en 2D pour obtenir des éléments 3D plus complexes. Et là aussi, c'est intéressant en terme de souplesse et de créativité.

Bref, la découpe numérique par CNC a clairement des atouts en pratique quotidienne de fabrication numérique qui la place en technique de premier recours et de satisfaction rapide.

 
En savoir plus...

from Tonton Mollo

Ah Xavier Bertrand !

À l'époque où il avait porté la loi pour interdire de fumer dans les lieux publics, les entreprises, je l'avais très nettement entendu dire dans l'une de ses allocutions télévisées que sa loi allait sauver 2500 vies par an en citant une étude de son ministère.

La loi en question : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000818309/

Encore fumeur, je pouvais cloper dans mon burlingue sans déranger quiconque. Ça me piquait comme tous les accros/dépendants de devoir arrêter et je voulais comprendre le bien fondé de son affirmation. Elle reposait en grande partie sur les “ravages” du tabagisme passif.

Le lendemain matin de sa déclaration j'ai téléphoné au ministère de la santé, dont il était ministre, pour m'enquérir de la source de cette fameuse étude.

Des agents, au demeurant très sympathiques, m'ont indiqué que l'étude qu'il avait citée n'était pas une production de leur ministère mais une étude européenne uniquement disponible en anglais. Soit !

Les équipes qui l'ont réalisé ont fait des analyses sur les décès hospitaliers dans la plupart des pays européens et tenté de les corréler avec les signes cliniques pour déterminer une ou plusieurs causes ou facteurs.

Bien entendu ils ont pointé le tabagisme dans des cas de décès diagnostiqués avec des cancers du poumon, de la gorge ou d'accidents cardio-vasculaires.

On frise déjà le quasi pifométrique.

Puis pour chaque pays, ils ont estimé le nombre de vies pouvant être sauvées en interdisant de fumer dans les différents contextes de vie.

Alors effectivement ils concluaient que si l'interdiction était prononcée dans tous les contextes, y compris au domicile, on pouvait escompter, pour la France, une baisse de 2450 décès dus au tabagisme passif par an.

Ils présentaient un joli tableau dont je ne me souviens que des colonnes 'Domicile' et 'Travail'.

La valeur pour la catégorie 'Travail' en France qu'ils estimaient par an était de : 24 !

 
Read more...

from Argeveller

Une smartcity qui ne serait qu’une accumulation d’objets connectés, d’algorithmes, de lignes de codes informatiques alors que moins d’ 1% concentre pouvoir de décision et capital financier ; alors plus 95% de la population sait ni lire et ni écrire dans ces langages numériques et de programmation ; ce phénomène ne serait qu’un territoire de totalitarisme non citoyen exploitant jusqu’à l’épuisement des ressources naturelles puisées dans d’autres espaces moins puissant économiquement. (2016)

« Alors, voici une question pour vous, chère lectrice, cher lecteur, voulez-vous vraiment que vos gadgets et vos réseaux commencent à anticiper vos besoins et vos souhaits et à tout préempter pour vous ?

Voulez-vous arriver chez vous, dans votre maison à environnement contrôlé, avec un programme télévisé présélectionné en fonction de votre humeur, un dîner commandé pour être livré (par un drone intelligent) en fonction de votre nombre de calories quotidiennes et de votre état biologique, une liste de courses prête à être approuvée et une réservation au court de squash pour les quinze prochains jours que vous devrez approuver ?

Voulez-vous vraiment regarder des publicités personnalisées pendant que votre assistante sociale virtuelle répond automatiquement à tous ces courriels sans importance (sur la base d'une analyse des sept dernières années de votre activité de courrier) ?

Voulez-vous que la planification de vos week-ends de vacances soit automatisée, que votre emploi du temps soit réorganisé en fonction de votre rendez-vous chez le médecin et que votre service de voiture soit coordonné en même temps pour qu'il soit prêt lorsque vous sortez du cabinet médical ? C'est une bonne idée, n'est-ce pas ? » Is 'Dumb' the New 'Smart'? [Notes from the Editor] – IEEE Journals & Magazine. 2015

Un ville dans laquelle les clauses des différents contrats formels, même ceux tacites et ceux dont vous n'avez pas lu les CGU, seraient exécuter de manières automatisés par un algorithme.

C'est la smart City.

Par exemple, vous entrez dans un magasin qui vend, entre autres, de la nourriture et de l'alcool. Vous en prenez aussi un peu pour la personne qui mendie dehors dans le froid. Hors, l’arrêté préfectoral interdit la vente d'alcool après 18h, vous avez votre smartphone et avez payé avec votre CB. La mendicité est interdit en ville par la municipalité. Il est 18h24.

Automatiquement vous recevez une amende, la personne SDF est mise en GAV, le magasin reçoit un avertissement et menace de fermeture temporaire, la banque qui est aussi dans le groupe de votre compagnie d'assurance augmente vos cotisation d'assurance vie. Vous avez été filmé⋅e par la vidéosurveillance, désormais votre face et votre style de marche sont indexés dans une base de données de référence de police. L'ensemble de bailleur sociaux et des gestionnaire privé de location reçoive un point orange concernant votre dossier, ainsi que la CAF et l'assurance maladie. Votre employeur vous convoquera prochainement pour un entretien de compétence.

C'est ça la Smart City

La feuille d'arbre : pire ennemie de la smartcity résiliente durable écologique moderne métropole tech.

Elles tombent et poussent sans ordre administratif. Elles colorent le monde de mille nuances hors tout UI Design ; Elles bouchent les tout-à-l'égout, détournent l'écoulement des eaux prévues par l'hyper-ingénierie dans l'urbain. Elles rendent les territoires et trottoirs glissants ; les trajets impurs et insécures. Elles menacent la pelouse rase parfaite des green de ville, les conductrices et conducteurs des lourds véhicules smart-high-tech les redoutent.

Elles sont les feuilles autonomes qui luttent contre nos abscons contrats sur-implicites et sur-automatisés.

On fera des études, des brigades, des innovations, des technologies, des services agiles, des traitements, des plans d'urgence, des numéros verts contre elles.

Mais...

La feuille d'arbre vaincra !

All Feuilles Are Beatiful #Afab

Les feuilles des arbres sont les médiums sur lesquels écrire et partager des pensées critiques, sur lesquels pratiquer la chromatographie¹ pour relire un monde incarné.

« Le non fonctionnement est la condition de la pensée critique »

Éloge du non fonctionnement http://blog.sens-public.org/marcellovitalirosati/cequipourrait/fonctionnement.html je veux des outils qui surtout ne fonctionnent pas − Marcello Vitali-Rosati

Un billet avec éloge de l'anarchie et/comme contre GAFAMisation

« Je souhaite que rien ne marche, que rien ne fonctionne, que tout soit cassé, qu’il y ait plein de bugs. Je voudrais des designers capables de concevoir des outils compliqués, contre-intuitifs et mal fonctionnant »


[1]: Expérience de chromatographie de végétaux sur feuille papier https://notecc.frama.wiki/norae:biologicus:groupes_chromatographie_sur_feuille

 
En savoir plus...

from Argeveller

J'ai 4 points avec lesquels j'essaie d'envisager un carré, terrain d'étude, de même aire que mon cercle de tropes, avec seulement une règle et un compas.

1. Quel est le soin et le souci qu'un régime / une configuration sociale en responsabilité / un groupe a et entretien pour les libertés et les droits de ses minorités ? « La démocratie des interstices − Que reste-t-il de l'idéal démocratique » ? David Graeber. Dans Revue du MAUSS 2005/2 (no 26)

2. « Woke et déconstruit·e, critique d’une posture »

[Critique] Intersectionnalité, matérialité, héritage

« Comme on n’analyse plus les bases économiques, politiques, sociologiques, structurelles des dominations, mais qu’on ne les pense qu’en termes de « privilèges » [...] découle une moralisation de la politique & une culpabilisation des individu·e·s »

  • Et un regard sur des origines parallèles de la tentation du pure du coté du christianisme
  • Aussi un effet de « retour à une forme d’essentialisation des positions sociales »

3. « Droite Médiatique et fonctions du novlangue »

« Pourquoi est-ce que toutes les prises de parole dans les paniques morales ressemblent à un truc genre “La déconstruction woke des campus américains inspirée par Derrida contre l’humanisme universaliste des Lumières rationnelles des valeurs républicaines” ? »

4. « De « On ne naît pas femme » à « On n’est pas femme ». De Simone de Beauvoir à Monique Wittig »

« […] leurs travaux ont participé à la dénaturalisation et au questionnement du déterminisme biologique des catégories de genre, de sexe et de sexualité. Ils ont permis de questionner la supposée neutralité des sciences dans leur ensemble, reproductrices d’une pensée doxique androcentrée, jusque-là non soumise à l’épreuve des faits et de leur rationalité »

 
En savoir plus...

from dianesmart

 

Eudora Welty was a Pulitzer Prize winning novelist and short story writer whose stories centered around the America South.  Essays on Eudora Welty should include biographical information, information about her career, and literary criticism and analysis on some of her work, such as one of her best known short stories "A Worn Path", which was published in 1940.

When writing essays on Eudora Welty, students should acquire biographical information from reliable sources on Eudora Welty like write my paper service.  After summarizing her biography, essays on Eudora Welty should explain how Welty's life experiences related to her writing.  In 1931, Welty took a job as a publicity agent for the Works Progress Administration - a product of Roosevelt's New Deal.  As she met, interviewed, and photographed her fellow Mississippians, she began to collect the stories that she would soon become famous for writing.

As students think about writing an essay on Eudora Welty, they should consider reading essays on other authors from "custom writing" website like Samuel Beckett and Ernest Hemingway, as well as other papers on Eudora Welty, to get a feel for how other students describe the career of their topic author.  Welty's first story, "Death of a Traveling Salesman", was published in 1936.  She gained the immediate attention of other authors and literary critics and throughout her career she was very prolific and won several major writing awards.

Essays on Eudora Weltyshould include some analysis of her work.  For instance, the student could discuss some major themes of Welty's work and compare her to other Southern authors who often have "the importance of place" as major themes in their writing.  With solid research and a little forethought, students can produce a successful essay on Eudora Welty.

When students needed to write their own thoughts about communication , many of them strugling due a lack of writing skill, however they may decide to seek help and look for service which write to writing service, they will provide unique content in no time.

More information at:

Essay on Computer Viruses

Essays on Decolonization

Research paper about Edgar Degas

How to write an essay about existentialism

Ryanair Case Studies

 
Read more...

from Lien Rag

Shahidas, de Galandon et Volante

Suite à une réorganisation de la bibliothèque où je m'approvisionne, cette bande dessinée m'est venue sous les yeux, et comme je ne la connaissais pas, que le dessin était attirant (en fait, surtout les couleurs de la grande Scarlett Smulkowski) et que c'était quand même d'actualité, je me suis laissé tenter. Qui plus est, le bibliothécaire avait mis un “coup de cœur” sur cette série.

L'histoire policière n'est pas en soi inintéressante, l'intrigue est même plutôt bien menée. Mais les invraisemblances arrivent très tôt et concernent vite le cœur du récit, au point de ruiner toute crédibilité non seulement de l'histoire mais de toute la bande dessinée.

Le pêcheur pauvre avec son émetteur radio, pourquoi pas après tout; le tiers-monde révèle énormément de paradoxes de ce genre, c'est peut-être mon ignorance qui en a été étonnée.

Que les policiers parlent poliment à un pauvre pêcheur, pas sûr que ce soit très conforme à la réalité, mais bon on peut passer en se disant que c'est pour les besoins de la fluidité du récit et de la caractérisation du héros comme héros.

Mais qu'un suspect de terrorisme soit abasourdi de se faire tabasser dans un commissariat égyptien, là ça y est c'est l'éparpillement façon puzzle de la suspension d'incrédulité, on est dans “les experts : Los Angeles” délocalisé au Caire, plus du tout dans une BD traitant de la situation au proche-orient.

À la limite, qu'il aie passé 24 heures d'interrogatoire au commissariat sans avoir été encore torturé, c'est peut-être éventuellement possible : je ne connais pas spécifiquement l'Égypte, et globalement en Afrique du Nord ces questions ont connu des hauts et des bas, l'époque où “toute personne entrant dans un commissariat était systématiquement torturée” selon l'expression d'un ami est partiellement révolue. Au Maroc il y a même eu à la fin des années 90 des policiers qui ont été sanctionnés pour avoir torturé sans en avoir reçu l'ordre, comme quoi tout arrive (est-ce qu'il s'agissait de prétextes dans un règlement de comptes interne, je ne saurais le dire).

Mais on voit bien que le suspect en question, dont on aura confirmation par la suite qu'il est un militant endurci, est complètement surpris par le passage à tabac qu'il subit, et qu'il ne comprend pas ce qui lui arrive. Clairement, il n'a jamais vécu en Égypte et il est rentré dans un mouvement jihadiste en se trompant de porte à la sortie du cours d'aquaponey qu'il prenait chez les Bisounours...

Plus loin, on a Wafa, la fille voilée qui a un petit copain. Alors oui, que des filles voilées pour avoir la paix dans les transports en commun ou avec leur famille puissent avoir une vie sexuelle, cela existe; certaines ont même abandonné toute religiosité au-delà des apparences extérieures. Mais qu'elle laisse un garçon poser sa main sur elle en public, dans la rue ? Il est sûr qu'il parle du Caire et pas de Riverdale, Galandon ?

D'ailleurs j'ai dit que je ne connaissais pas spécifiquement l'Égypte, et si de ce que j'en sais la vieille ville notamment connaît une ségrégation socio-spatiale bien inférieure à celle qui existe en France, il y a effectivement des quartiers très riches, des quartiers très pauvres et beaucoup d'intermédiaires entre eux. Je peux donc me tromper, mais le quartier semi-populaire que montre l'auteur pour cadre de vie de son héros ne me paraît avoir ni les densités de population ni le fonctionnement social que l'on trouve dans le Caire vécu par ses habitants plutôt que fantasmé par des auteurs en mal d'exotisme (mais un exotisme qui ne soit pas trop différent de chez eux, quand même).

L'émission télé me paraît tout aussi surréaliste, bien que je doive avouer ne pas suivre la télé égyptienne. Al Jazeera a énormément modernisé le paysage télévisuel arabe, et un tel plateau contradictoire n'y serait pas impossible (même s'il me semble que leur présentatrices n'ont pas une tenue si occidentalisée). Par contre la BD montre clairement qu'il s'agit d'une chaîne nationale égyptienne (je n'ai pas reconnu le logo, j'avoue aussi), qui dans la réalité ne laisse pas une telle liberté de parole.

Un des personnages secondaire mentionne le “discours d'ayatollah” d'un autre : euh, Galandon sait que l'Égypte et l'Iran ne sont même pas sur le même continent, ne partagent ni la même langue ni la même culture ?

L'embrigadement des jeunes par les mouvements salafistes, cela existe; y compris celui des enfants, ce n'est pas si mal vu même si c'est extrêmement cliché tel que présenté dans l'album. Mais la fille qui n'était pas réellement rigoriste, dont le voile n'était qu'un camouflage, et qui devient kamikaze takfirie en deux jours ? Juste voilà elle avait un voile, alors le voile ça remplace la personnalité, et ça fait qu'une femme voilée est interchangeable avec une autre ?

Je vais m'arrêter avec ce dernier exemple trouvé dans le tome 2 : le hacker auquel s'adresse le héros lui explique qu'il s'est rangé des voitures et qu'il ne pirate plus, il se contente de gérer des sites pornographiques “mais c'est légal”. Les sites pornos sont légaux en Égypte ?!??!? Depuis que Le Caire a été transféré dans le quartier rouge d'Anvers je suppose ?

Que Bamboo ne fournisse pas un budget documentation permettant un voyage de repérage en Égypte, je veux bien le comprendre. Que l'auteur d'une BD parue en 2009 n'aie pas vu l'excellent “Le Caire Confidentiel” sorti en 2017 est également assez logique. Qu'il n'aie visiblement vu aucun film de l'abondant cinéma égyptien n'est pas forcément un crime, tellement le cinéma égyptien destiné aux spectateurs arabes est, comme Bollywood, d'une esthétique et de canons tellement différents qu'il en devient hermétique à l'occidental ordinaire.

Mais il ne pouvait pas lire Albert Cossery ou Naguib Mahfouz ? Ou pour une documentation plus récente, l'Immeuble Yacoubian ? Ou au moins trouver un égyptien en France à qui faire relire l'album pour vérifier qu'il ne racontait pas n'importe quoi ?

Galandon a en gros pris un épisode de Navarro, l'a mélangé avec un reportage de BFM TF1 sur les terres sauvages et inconnues des banlieues d'au-delà du périphérique, puis s'est contenté de mettre dessus l'étiquette “Le Caire” en se disant que le lecteur n'y verrait que du feu.

À la limite, il annonce le programme dès le titre, avec sa calligraphie pseudo-arabe d'un mot pourtant écrit en alphabet latin : la réalité du monde arabe ne sera jamais pour lui autre chose que l'enrobage de la seule réalité réellement réelle, l'occidentale.

Il ne s'agit pas d'interdire à un auteur de traiter d'un sujet qu'il ne connaît pas, encore moins lorsqu'il s'agit de fiction. Et sur un sujet d'actualité, vouloir s'intéresser à ce qu'on ne connaît pas est plutôt louable comme attitude.

Mais par contre qu'il ne se soucie pas le moins du monde de se renseigner un peu au moment de le traiter, qu'il estime ne pas avoir besoin d'en connaître grand-chose pour en faire le sujet principal de son œuvre puisqu'en tant que Blanc il en détient la vérité ultime qui est la seule dont il est besoin de parler (nous sommes les gentils, ils sont les méchants), c'est quand même révélateur de l'état où en est la société française par rapport à l'Autre et notamment par rapport à l'Autre ultime qu'est devenu l'islam.

 
Read more...